mardi 20 aot 2019 12:59:25

USMA  : L’argent ne fait pas forcément le bonheur

Etonnante remarque établie par le nouvel entraîneur de l’USMA, Meziane Ighil.

PUBLIE LE : 14-02-2012 | 23:00
D.R

Etonnante remarque établie par le nouvel entraîneur de l’USMA, Meziane Ighil. En effet, lors de sa présentation par les dirigeants du club à la presse dans le cadre de l’officialisation de sa nomination à la tête de la barre technique usmiste et dans l’une de ses interventions, Ighil fera remarquer : « Lorsque j’ai observé les joueurs lors d’un match d’application, j’ai ressenti comme un manque de motivation et d’ambiance chez les joueurs. Je vais faire en sorte d’y remédier afin d’enclencher une nouvelle dynamique et remettre l’équipe sur rails », a-t-il affirmé en substance. Le néo-coach usmiste a donc ressenti comme un manque d’enthousiasme au sein du groupe. Pourquoi a-t-on qualifié l’observation d’Ighil d’étonnante ? Et bien tout simplement parce qu’on n’arrive vraiment pas à expliquer ce manque d’enthousiasme et de motivation constatés par ses soins lors de sa première observation de l’équipe à l’entraînement ! En fait, comment se fait-il que des joueurs gracieusement rémunérés avec des primes de matches conséquentes, qui en plus sont mis dans les meilleures conditions de travail, d’hébergement et de restauration, en sus d’être chouchoutés puissent manquer de motivation ?!!! Apparemment l’argent ne fait pas nécessairement le bonheur…
Certes, il est important de disposer d’une manne financière conséquente pour assurer le bon fonctionnement d’un club dit professionnel, mais l’argent seul sans une bonne politique au sein de l’équipe ne suffit pas pour lui permettre d’aller de l’avant et de répondre sur le terrain comme attendu d’elle et espéré par les dirigeants et les supporters du club, en termes de qualité de jeu et de résultats. Il est impératif que les joueurs soient animés d’un véritable esprit professionnel avec toutes les exigences que cela suppose, avec un bon état d’esprit, l’acceptation des lois du jeu, comme par exemple se plier aux choix de l’entraîneur, la solidarité du groupe, accepter de prendre place sur le banc des remplaçants sans provoquer de malaise au sein de l’équipe, demeurer discipliné en toute circonstance et se fondre dans le groupe, s’appliquer et rester motivé pour servir le club dont-on défend les couleurs et autant d’autres valeurs inéluctables lorsqu’on se considère comme un vrai professionnel.
Ceci d’autant plus que les joueurs ramenés à grands frais à l’USMA sont tenus de justifier les fortes sommes qu’ils perçoivent en traduisant cela sur le terrain. Il est vrai que l’argent et le statut ne peuvent à eux seuls garantir la réussite d’une équipe de football, si la politique générale instaurée au sein du club par les dirigeants n’est pas adéquate, bien réfléchie et bien ficelée selon des normes et des paramètres qui puissent enclencher une dynamique et un bon état d’esprit au sein de l’équipe. Comme on dit, il faut choisir les bons ingrédients pour réussir un bon plat. On ne dit pas ça pour dénigrer la politique des actuels responsables de l’USMA, qui pour leur part sont animés de bonne foi. Seulement, ils sont en train de se rendre compte, que ce n’est pas en ramenant les éléments parmi les plus prisés sur la scène footballistique nationale sur le marché qu’on réussira forcément quelque chose de bon. Le recrutement doit se faire sur la base des besoins technico-tactiques de l’équipe, selon les recommandations d’un staff et d’une structure technique au sein du club. Un choix judicieux de joueurs à cibler pour mettre en place une équipe homogène, complète et équilibrée dans ses différents compartiments. Il est vrai que le football n’est pas une science exacte, mais les dirigeants de l’USMA avec à leur tête le patron actuel du club Al Haddad sont appelés à revoir leur stratégie s’ils veulent faire de l’USMA la meilleure équipe d’Algérie et un solide représentant du football algérien sur le plan continental. On ne terminera pas sans faire aussi remarquer qu’il ne faudra pas s’attendre à grand-chose lorsqu’on change en l’espace d’une demi-saison seulement pas moins de trois entraîneurs… cela n’est pas du professionnalisme !  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions