mardi 19 novembre 2019 12:42:19

Des milliers d'Ivoiriens acclament les Eléphants

Des milliers d'Ivoiriens ont acclamé lundi à Abidjan l'équipe nationale de football, qui a reçu l'hommage des autorités au lendemain de sa défaite face à la Zambie en finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) à Libreville.

PUBLIE LE : 15-02-2012 | 0:00
D.R

Des milliers d'Ivoiriens ont acclamé lundi à Abidjan l'équipe nationale de football, qui a reçu l'hommage des autorités au lendemain de sa défaite face à la Zambie en finale de la Coupe   d'Afrique des Nations (CAN) à Libreville. Des milliers de supporters attendaient autour de l'aéroport les Eléphants, accueillis dans l'après-midi à leur descente d'avion par le président Alassane Ouattara et son épouse Dominique Ouattara, dans une ambiance de fête. M. Ouattara a exprimé "toute (sa) fierté" pour "notre grande équipe   nationale", après son "parcours sans faute" (0-0 a.p, 8 t.a.b à 7). "Nos   compatriotes sont fiers de vous, bravo à vous!", a-t-il lancé sous les vivats. "Nous n'avons pas eu de chance et de ce fait la coupe nous a échappé", mais "ce n'est que partie remise", a-t-il assuré, se disant certain d'une victoire   ivoirienne à la prochaine CAN en 2013 en Afrique du Sud. Sur un air de fanfare, le Premier ministre Guillaume Soro et de nombreux officiels,
militaires, chefs religieux et traditionnels, entouraient les joueurs et leur capitaine Didier Drogba, qui a raté un penalty à la 70e minute   du match. Ce lundi a été décrété férié par les autorités pour le retour de l'équipe, qui a ensuite traversé la ville dans un interminable cortège.  Une foule de supporters, vêtus du maillot orange de l'équipe, chantaient et dansaient le long du parcours, parfois hissés sur des arbres ou des monuments. "On n'a pas gagné, on s'en fout!", entonnaient de nombreux jeunes, tandis qu'on apercevait des pancartes reprenant la devise "découragement n'est pas   ivoirien".  Le pays a été déchiré par une crise politico-militaire (décembre 2010-avril 2011) qui a fait quelque 3.000 morts, épilogue d'une décennie de tourmente, et le pouvoir comptait sur une victoire pour accélérer la "réconciliation".    

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions