mercredi 14 novembre 2018 15:28:31

Formation d’une force conjointe ONU-pays arabes : L’Occident soutient l'initiative de la Ligue arabe

Moscou, par la voix de son chef de la diplomatie, a estimé hier que l'autorisation du gouvernement syrien et un cessez-le-feu sont nécessaires pour envoyer une force de maintien de la paix en Syrie.

PUBLIE LE : 14-02-2012 | 0:00
D.R

Moscou, par la voix de son chef de la diplomatie, a estimé hier que l'autorisation du gouvernement syrien et un cessez-le-feu sont nécessaires pour envoyer une force de maintien de la paix en Syrie.

L'Union européenne et d’autres capitales occidentales ont annoncé hier   soutenir l'initiative de la Ligue arabe concernant la Syrie, y compris sa demande au Conseil de sécurité de former une force conjointe ONU-Arabes pour   mettre fin aux violences sur le terrain. "Nous sommes en contact constant avec le secrétaire général de la Ligue arabe et les Nations unies afin de discuter de quelle manière ceci peut être mis en marche aussi vite que possible», a déclaré Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.
L'UE a l'intention de jouer un "rôle très actif" au sein du groupe des "Amis de la Syrie", dans le but de "construire un consensus international sur la Syrie et faire des propositions urgentes pour mettre fin à la situation qui prévaut en  privilégiant une solution pacifique à la crise et promouvoir une nouvelle ère de changement démocratique".   
De son côté, la France a réaffirmé  hier son soutien à la démarche de la Ligue arabe pour résoudre la crise en Syrie, en insistant sur la nécessité d'une "expression politique" de l'ONU mais en s'abstenant dans le même temps de se prononcer sur sa demande d'une force de casques bleus. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré lors d’un point de presse que la France "participera activement à la conférence de Tunis le 24 février" qui réunira pour la première fois le   "Groupe des amis du peuple syrien". L'Allemagne s'est également félicitée du "rôle actif et très important" de la Ligue arabe pour régler la crise en Syrie, exprimant son soutien à la demande de l'Organisation panarabe d'une libération des accès de l'aide humanitaire vers la Syrie.  
Dans un point de presse régulier, le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, a estimé que le soutien apporté à l'opposition syrienne par la Ligue ainsi que la "claire condamnation des agressions sont un signal fort envoyé à la population syrienne. "Aux yeux du ministère, la proposition d'une mission conjointe de la Ligue arabe et des Nations unies doit aussi rapidement que possible être soumise au Conseil de sécurité", a-t-il dit, à la veille de la visite à Berlin du secrétaire général de l'Organisation panarabe Nabil Al-Arabi.  Le soutien allemand au rôle de la Ligue sera au centre des discussions entre la chancelière Angela Merkel et M. Al-Arabi.   
Les décisions prises dimanche par les ministres des Affaires étrangères de   la Ligue arabe sont "courageuses", a-t-il relevé, en saluant "l'engagement clair et le «leadership» que prend la Ligue arabe pour résoudre la crise en Syrie".  Toutefois, Moscou, par la voix de son chef de la diplomatie, a estimé hier que l'autorisation du gouvernement syrien et un cessez-le-feu sont nécessaires pour envoyer une force de maintien de la paix en Syrie.  
 Pour rappel, la Syrie est le théâtre de contestations émaillées de violences depuis  la mi-mars dernier. Damas attribue ces violences à des "gangs armés" qui cherchent à déstabiliser la Syrie, dénonçant "un complot étranger". L'armée est déterminée à pourchasser les groupes armés, auteurs d'attentats contre les civils et les forces de sécurité, selon Damas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions