mercredi 13 novembre 2019 17:16:46

Can 2012 : La gazette

Les Ghanéens se sont appropriés mardi le terrain de Bata, où ils mettaient les pieds pour la première fois dans le tournoi. A la fin de leur entraînement, ils ont dansé une espèce de queue leu leu compacte, au rythme d'un djembé et en chant.

PUBLIE LE : 09-02-2012 | 0:00
D.R

Danse     
Les Ghanéens se sont appropriés mardi le terrain de Bata, où ils mettaient les pieds pour la première fois dans le tournoi. A la fin de leur entraînement, ils ont dansé une espèce de queue leu leu compacte, au rythme d'un djembé et en chant. Ensuite, ils se sont donné la main, en cercle, et ont encore chanté, de manière plus  solennelle, puis prié.          

Nom  
Un journaliste a demandé aux joueurs zambiens venus en conférence de   presse de se présenter, avouant qu'il ne les connaissait pas. Le capitaine de   la Zambie Christopher Katongo a d'abord ironisé : "Vous ne nous connaissez pas,  c'est mieux comme ça." L'attaquant a ensuite répondu à une question sur le statut de favori du Ghana. "Si vous battez le Swaziland, vous ne serez pas reconnu. Demain, c'est une occasion pour les joueurs d'être reconnus et de faire un pas vers la Coupe du monde." Et de conclure : "Et vous, les journalistes, vous ne nous demanderez plus comment on s'appelle."          

Nom (bis)  
Asamoah Gyan assume son ego. A la question de savoir si son manque d'efficacité dans ce tournoi l'inquiétait (1 but), il a répondu : "Je sais que je suis venu avec le statut de grand attaquant du Ghana et d'Afrique. Je suis arrivé blessé. J'ai toujours deux ou trois défenseurs sur moi, alors j'essaie de créer des occasions pour les autres. Rien que mon nom crée du danger. Mais je sais que je continuerai à marquer des buts, ici ou après."          

Reconnaissance
Hervé Renard et André Ayew se connaissent bien, du temps où le premier a exercé comme adjoint du sélectionneur du Ghana Claude Le Roy en   2007-2008. L'entraîneur a les yeux de Chimène pour son ancien protégé : "C'est le futur N.1 en Afrique, cette année (2011) il n'était pas loin de Yaya Touré" pour le Ballon d'Or africain. Le joueur lui a rendu la pareille : "Si je suis   costaud en sélection, c'est aussi grâce à lui. Il m'a montré comment me tenir,   me comporter."         

Étudiants
 N'allez pas parler aux Zambiens du match amical perdu face au  Ghana en 2009 comme point de comparaison. "On n'était que huit, les trois joueurs qui avaient fait l'appoint étaient des étudiants venus du Royaume-Uni, se souvient le défenseur Francis Kasonde. Le Ghana ne nous avait pas battus  parce qu'il était bon, mais parce que la Zambie était diminuée."         

Recueillement  
Le président de la Fédération zambienne (FAZ), Kalusha Bwalya, s'est recueilli lundi soir à l'endroit où s'est écrasé l'avion qui transportait l'équipe nationale de Zambie en 1993, près de Libreville. A cette époque, il évoluait en Europe, au PSV Eindhoven, et ne disputait pas tous les matches de sa sélection. Il avait ainsi pu échapper à l'accident décimant les Chipolopolos

Réconfort
Le président Ali Bongo Ondimba a reçu, lundi soir, l’équipe du Gabon au lendemain de son élimination aux tirs au but contre le Mali. Il en a profité pour réconforter Pierre-Emerick Aubameyang, seul joueur à avoir raté sa tentative : "Il y a des grands joueurs qui ont raté des penalties dans leur carrière.
Pelé a raté des penalties. (Roberto) Baggio a raté des penalties (finale du Mondial-1994 contre le Brésil), (Michel) Platini (quart de finale du Mondial-86 contre le Brésil)", a notamment énuméré le président du Gabon.  

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions