mardi 27 juin 2017 01:10:19

Séminaire 5+5 à Alger : Mieux contrôler la volatilité des prix des produits agricoles

Les experts des dix pays du bassin occidental de la Méditerranée ont adopté une série de mesures visant à mieux contrôler la volatilité des prix des produits agricoles et alimentaires, et mis l'accent sur le renforcement dans la région de la sécurité alimentaire.

PUBLIE LE : 09-02-2012 | 0:00
D.R

Les experts des dix pays du bassin occidental de la Méditerranée ont adopté une série de mesures visant à mieux contrôler la volatilité  des prix des produits agricoles et alimentaires, et mis l'accent sur le renforcement dans la région de la sécurité alimentaire.  Les experts des deux rives de la Méditerranée ont recommandé, au terme  des travaux d'un séminaire organisé dans le cadre du mécanisme des «'5+5» sur la sécu- rité alimentaire en Méditerranée, tenu les 6 et 7 février à Alger,  d'optimiser la production agricole et d'accroître l'offre alimentaire internationale,  à travers notamment l'accroissement des investissements, la sécurisation des  revenus des agriculteurs. Pour parvenir à une meilleure maîtrise des impacts de la volatilité des  prix des produits agricoles et prévenir l'instabilité des marchés agricoles, les experts ont préconisé le renforcement de la coopération entre les pays du  «5+5» en matière d'échange d'informations et de suivi des prix agricoles sur  les marchés internationaux. Ils ont souligné également la nécessité de favoriser une meilleure régulation  des marchés des produits agricoles et alimentaires dans la région, prenant en compte les spécificités des cadres et stratégies internationales existants et  de développer les opportunités de complémenta- rités en matière d'échanges de  produits agricoles entre les pays partenaires du «5+5».
A ce titre, les experts ont recommandé de mettre en place une cartographie  des complémentarités agricoles possibles en termes d'offres et de demandes de  produits agricoles. L'accent a été, en outre, mis sur l'amélioration de l'efficacité des  systèmes de protection des populations vulnérables dans les périodes de crise des prix alimentaires et sur l'efficacité aussi des systèmes d'approvisionnement  alimentaire dans les villes, eu égard à la forte croissance de la population  urbaine, notamment dans les pays de la rive sud.  
Ils ont appelé aussi à encourager le développement et la promotion  de produits de qualité et des systèmes de protection pour maintenir ou créer  de la valeur ajoutée pour les communautés agricoles et les territoires ruraux. Promouvoir un niveau adéquat d'investissements, tant publics que privés dans l'agriculture, les infrastructures, la recherche-développement et l'innovation, est l'autre mesure suggérée par les experts pour relever le  défi de la sécurité alimentaire dans la région.   
La création d'un cadre financier favorable, l'allégement de la fiscalité,  l'accès au micro-crédit, en particulier pour les petits agriculteurs et les femmes  entrepreneurs, sont autant d'axes prioritaires soulignés par les mêmes experts.  
Ils ont appelé à la création d'un espace de formation et de recherche  euro-méditerranéen intégrant la diffusion des savoir-faire, l'expérience  et la technologie, la mise en place d'un dispositif permanent pour dresser un  état des lieux des activités et des résultats de la recherche enregistrés  au niveau régional.  Ils ont mis l'accent, à ce propos, sur le développement des mécanismes  mutualisés de diffusion de l'information scientifi- que et technique disponible,  en association avec les acteurs et utilisateurs finaux.
Par ailleurs, les experts présents à ce séminaire ont retenu  quelques axes de partenariat, notamment la mise en place d'un observatoire sur la sécurité alimentaire des pays membres, développer la complé- mentarité en matière  d'échan-ges de produits agricoles et renforcer les relations entre producteurs des deux rives.  
D'autres axes de coopération ont été également identifiés par les experts qui ont souligné l'importance de renforcer la coopération régionale des pays membres du mécanisme des «5+5» dans le cadre des stratégies nationales et régionales d'appui à la sécurité alimentaire, la promotion de l'alimentation durable et des produits du terroir en œuvrant pour la protection des signes  distinctifs de l'origine des produits.
Les experts ont enfin convenu de créer un groupe de travail chargé de  définir des programmes de recherche prioritaires au niveau régional  en les accompagnant par les financements nécessaires.
Le groupe des «5+5» est composé, pour la rive sud, de l'Algérie, la  Tunisie, la Mauritanie, le Maroc, et la Libye, alors que la France, l'Italie,  l'Espagne, le Portugal et Malte représentent les pays de la rive nord.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions