mercredi 05 aot 2020 03:10:33
D.R

Ouvertes depuis le 10 décembre dernier, les inscriptions de la formation et de l’enseignement professionnels  pour la session de février se poursuivront jusqu’au 9 février 2012. Plus de 240.000 nouveaux postes de formation, dont 68.000 relevant de l’apprentissage, 65.000 de la formation résidentielle, 18.000 de la formation en cours du soir et 4.000 pour la formation à distance sont mis à la disposition de cette seconde session prévue pour le 26 février 2012.
La sélection des dossiers déposés ainsi que l’orientation des candidats inscrits sont programmées juste après la clôture de la phase inscriptions, à savoir les 12,13 et 14 du même mois.
Cette 2e session sera marquée par le suivi du lancement officiel du nouveau cursus de l’enseignement professionnels qui a touché durant la session d’octobre dernier des wilayas-pilotes, à savoir Constantine, Blida et Sétif, à la faveur de la mise en œuvre des réformes relatives au secteur. Ce nouveau cursus ajouté au programme pédagogique qui compte 222 spécialités couvrant 20 branches professionnelles, dont 138 spécialités demandées par les différents départements ministériels, concerne près de 3.000 nouveaux stagiaires répartis sur différents établissements de la formation et de l’enseignement professionnels. Les responsables du secteur affirment que le cursus de l'enseignement professionnel d'une durée de quatre années, réparti sur deux cycles, sera enseigné dans certaines spécialités, comme le froid, l'art graphique et l'électrotechnique. Le premier cycle qui s’étalera sur une durée de deux années sera sanctionné par un diplôme d'enseignement professionnel du premier degré (DEP 1), alors que le second, réparti en deux ans également, préparera à un diplôme d'enseignement professionnel du deuxième degré (DEP 2). Ces deux diplômes ouvrent au postulant uniquement la chance d'accéder au monde du travail.
Il y a lieu de noter que le programme de ce cursus comporte 50% du programme de l'enseignement général et technologique, en plus des cours pratiques au niveau des ateliers.

Une seule méthode, l’approche par objectif
La présente année d’enseignement professionnel se distingue  par l’ouverture de centres de formation technique, qui possèdent le statut de grandes écoles et dont les élèves lauréats pourront passer le baccalauréat après six années de formation au niveau de ces centres.
On notera aussi l'ouverture de cinq centres de formation mobiles, qui accueillent les apprentis, soit dans les métiers de l'artisanat ou dans la lutte contre l'analphabétisme. Pour les responsables du secteur, il y a lieu de renforcer ce genre de formation afin de lutter contre les déperditions scolaires et de préparer nos enfants à la vie active. Enfin, le secteur compte également augmenter le nombre de centres de formation pour personnes aux besoins spécifiques.
Sur un autre plan, l’approche par objectif est la nouvelle méthode adoptée depuis  2011 par le secteur. Et pour parvenir à former pour les besoins de l’économie du marché du travail, le ministère de la tutelle juge nécessaire de coordonner le travail des inspecteurs du secteur et les chefs d’établissement, car la performance dans le cursus de formation est tributaire des efforts des inspections.  
Par ailleurs, des conventions- cadres portant sur la mise en place d'un partenariat "actif" dans les métiers dans plusieurs secteurs, tels que le bâtiment et les travaux publics (BTP), ont été signées entre le ministère de la Formation et de l'Enseignement professionnels et des sociétés étrangères.
Ont citera, entre autres, la convention signée avec la Société chinoise de construction China State Construction Engineering Corporation qui prévoit l'accompagnement par la société chinoise de l'effort de formation en matière de placement d'apprentis, la mise en stage pratique des stagiaires des établissements de formation professionnelle et la création d'un espace d'échange "durable".
Ce partenariat renforcera également la nomenclature nationale des spécialités de formation et d'enseignement professionnels par l'intégration des filières développées par l'entreprise chinoise.
Il est question, selon les responsables du secteur, d'œuvrer "en commun" à l'amélioration, l'actualisation et l'adaptation des programmes pédagogiques et des spécialités enseignées dans les établissements de formation et d'enseignement professionnels, notamment dans le BTP.
Sarah SOFI
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions