samedi 20 janvier 2018 23:34:34

Accord entre le groupe Gica et l'Aprue pour l'économie d'énergie dans les cimenteries : Une meilleure maîtrise de la consommation

Un accord portant sur la maîtrise de la consommation énergétique par les cimenteries publiques sera conclu cette année entre le Groupe industriel des ciments d'Algérie (Gica) et l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), annonce un responsable de cette agence.

PUBLIE LE : 04-01-2012 | 0:00

Un accord portant sur la maîtrise de la consommation énergétique par les cimenteries publiques sera conclu cette année entre le Groupe industriel des ciments d'Algérie (Gica) et l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), annonce un responsable de cette agence.

Les deux parties se sont engagées à signer cet accord en 2012 pour accroître  l’efficacité énergétique dans la production de ciment par les usines publiques, grandes consommatrices d'énergie, et de réduire leur émission de gaz à effet  de serre, a expliqué à l'APS M. Kamel Dali, directeur des projets à l'Aprue.  Ce partenariat s'inscrit dans le cadre du programme " Top industrie " lancé en 2010 par l'Aprue, visant à garantir la réduction des coûts de production et l'amélioration de l'efficacité énergétique au sein des entreprises industrielles. Financée à hauteur de 70 % par le Fonds national de maîtrise de l'énergie  (FNME), la première phase " aide à la décision " du programme, porte sur la réalisation d'audits énergétiques et d'étude de faisabilité dans ces entreprises. Quant à la deuxième phase " aide à l'investissement ", elle vise à rendre l'investissement dans le domaine de l'efficacité énergétique plus attractif,  en accordant une subvention à hauteur de 30 %, financée par le FNME. Outre l'accord global à conclure l'année prochaine avec le groupe Gica, des accords " volontaires " d'une durée de trois ans seront signés en 2012 entre l'APRUE et les douze cimenteries publiques, définissant les objectifs  à atteindre pour chaque cimenterie, a-t-il précisé.          
Ces accords qui s'inscrivent dans le cadre du programme national de  la maîtrise  d'énergie (PNME), pourraient bénéficier d'une aide à hauteur de 30 % octroyée par le FNME. Des consultants indépendants vont accompagner ces cimenteries dans la mise en œuvre des projets d'investissement définis dans ces accords, visant  à identifier les gisements d'économie d'énergie et de proposer des actions appropriées  de maîtrise de consommation de ressources. Ces conseillers ont déjà bénéficié d'une formation pilotée, en partenariat avec l'agence néerlandaise d'efficacité énergétique NL, en juin dernier. Cette expérience touche dans une première étape les cimenteries publiques,  qui ont une longueur d'avance par rapport aux autres entreprises industrielles en matière de maîtrise de l'énergie, et sera généralisée par la suite. M. Dali a indiqué par ailleurs la mise en place en 2012  de nouveaux brûleurs à haute efficacité énergétique dans les cimenteries de Meftah (Blida) et de Beni Saf (Aïn-Témouchent). Le groupe Gica et l'Aprue étudient également la possibilité d'installer  dans les cimenteries de Saida, de Sour El Ghozlane et de Meftah, à l'instar  des  autres cimenteries publiques, une nouvelle génération de filtres à manches  en remplacement des actuels électro-filtres pour améliorer la lutte contre la  pollution et les poussières de ciment dégagées par les usines. Il s'agit d'un matériel employé pour la protection de l'environnement des rejets solides dégagés par les cimenteries, permettant un gain d'énergie,  de matière et d'eau. L'autre avantage de cet équipement est qu'il récupère les quantités de ciment rejetées pour les commercialiser sur le marché national. Selon M. Dali, ce projet pourrait lui aussi bénéficier d'une subvention  du FNME. La cimenterie de Beni-Saf bénéficiera pour sa part de l'installation d'un nouveau matériel à haute efficacité énergétique. Cette nouvelle approche consiste en l'installation de nouveaux variateurs de vitesse permettant de consommer uniquement la quantité d'énergie correspondant aux besoins de production, contrairement aux variateurs actuels qui fonctionnent à plein régime quels que soient les niveaux de production. Le nouveau matériel permet à l'évidence d'obtenir à la fois une économie d'énergie, un  gain de temps et une réduction des coûts.  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions