mardi 12 novembre 2019 13:19:38

2011, L’année politique : Discours du 15 avril : une nouvelle page sur la voie des réformes

Incontestablement, l’année qui s’achève marquera le pays sur le plan politique.

PUBLIE LE : 29-12-2011 | 0:00
D.R

Incontestablement, l’année qui s’achève  marquera le pays sur le plan politique.
Et pour cause, le discours adressé à la nation par le Président de la République, ce  vendredi 15 avril 2011  en début de soirée, aura été le socle de la refondation du champ politique national. En 20 minutes, durée du discours, M. Bouteflika a non seulement fait le bilan de ses deux mandats et demi, mais surtout il a donné une nouvelle dynamique politique à l’Algérie en  annonçant  plusieurs réformes pour la fin de son troisième mandat.  Les profondes réformes  annoncées dans ce discours et portant sur l’exercice de l’activité politique, les lois organiques  relatives aux partis politiques, la loi organique relative au régime électoral,   l’élargissement de la participation des femmes aux assemblées élues  et enfin le mouvement associatif et le champ médiatique, ont suscité une large adhésion tant au niveau national qu’international. Des réformes qui vont "dans la bonne direction" a déclaré le chef de la diplomatie française le samedi 16 avril, en référence  aux décisions annoncées par le Président algérien Abdelaziz Bouteflika dans son discours à la nation. L’autre annonce d’une importance cruciale faite à cette occasion aura été celle relative à la décision du Président  de la République de procéder à la  révision de la Constitution en vue de "renforcer la démocratie".  M. Bouteflika a expliqué sa décision par sa volonté  “d’ancrer le pays définitivement dans la démocratie. Pour couronner l'édifice institutionnel visant à renforcer la démocratie, il importe d'introduire les amendements nécessaires à la Constitution" de 1996, a  ainsi affirmé le Chef de l’Etat. Il rappellera aussi qu’il avait " exprimé, à maintes reprises, (sa) volonté de faire réviser la Constitution". La révision est prévue pour l’année 2012 dès l’élection de la nouvelle assemblée législative.
Nadia K.

------------------------

Voici les principales annonces du Président Bouteflika :

• Sécurité :
- Le projet de la réconciliation nationale est un succès qui a permis le retour de la paix en Algérie et permis aux Algériens de sortir de la peur.
• Bilan des deux programmes économiques entrepris par le gouvernement :
- Les deux programmes lancés par son gouvernement ont donné des résultats probants, estime le Président.
a- Un million de logements ont été construits,
b- Le chômage, notamment des jeunes, a reculé,
c- L’Algérie a remboursé ses dettes à l’étranger,
d- L’Etat subventionne les produits alimentaires de première nécessité,
e- Un troisième programme économique va être lancé pour parachever ces réalisations
•  La situation à l’étranger et les révoltes dans les pays arabes :
C’est pour la première fois que Bouteflika se prononce sur les soulèvements populaires dans les pays arabes.
- Il comprend les revendications de ses peuples pour  plus de liberté, de justice sociale et de démocratie ;
- L’Algérie soutient ses peuples et refuse l’ingérence étrangère dans les affaires de ces pays souverains
• La situation en Algérie :
Les revendications des Algériens sont légitimes, a déclaré le Président, qui promet :
•  Social :
- Une lutte plus efficace contre le chômage ;
- Un accès plus facile aux crédits pour la création d’entreprise;
- Des allocations rehaussées pour les chômeurs ;
- Construction de deux millions de nouveaux logements sociaux, dont un million sera livré avant fin 2014 ;
- Lutte contre la corruption, la gabegie…
• Politique :
- Des réformes pour renforcer la démocratie ;
- Révision de la Constitution par vote du Parlement ou par référendum après la mise en place d’une commission qui étudiera les propositions des partis politiques présents au gouvernement et de l’opposition, ainsi que de la société civile ;
- Révision de la loi électorale ;
- Révision de la loi relative aux wilayas ;
- Accorder plus de prérogatives aux élus ;
• Médias :
- L’ENTV sera ouverte à la société civile et à l’opposition ;
- Révision du code de l’information ;
- Dépénalisation du délit de presse ;
- Création de nouvelles chaînes publiques thématiques ouvertes à la société civile, aux partis politiques et à l’opposition.

------------------------

23 février 2011 : Levée  de l'état d'urgence
Instauré en 1993 dans le cadre du dispositif sécuritaire mis en place, l'état d'urgence a été levé par décret présidentiel le 23 février 2011. L'état d'urgence en vigueur en Algérie depuis 19 ans a été levé par un décret publié au Journal Officiel.   Le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, qui avait demandé cette levée le 3 février, a promulgué l'ordonnance d'abrogation du "décret législatif numéro 93-02 du 6 février 1993 portant prorogation de la durée de l'état d'urgence instauré par décret présidentiel numéro 92-44 du 9 février 1992", lit-on dans le Journal Officiel en ligne en date du 23 février.  L'armée reste toutefois  en charge de la lutte antiterroriste. Elle reste en première ligne dans la lutte contre les groupes armés islamistes. Le Conseil des ministres a adopté un texte qui "confirme que la conduite et la coordination des opérations de lutte contre le terrorisme et la subversion sont prises en charge par l'état-major de l'ANP" (Armée nationale populaire), selon le communiqué.   

------------------------

Entame de consultations politiques le 21 mai 2011
Dans son discours prononcé le 15 avril 2011,  Abdelaziz Bouteflika, a annoncé la création d'une commission constitutionnelle "à laquelle participeront les courants politiques agissants et des experts en droit constitutionnel". La commission "me fera des propositions dont je m'assurerai de la conformité avec les valeurs fondamentales de notre société, avant de les soumettre à l'approbation du Parlement ou à vos suffrages par la voie référendaire", a-t-il expliqué. Dans le sillage de cette annonce, une commission de consultations politiques  dont la présidence a été confiée à M. Bensalah, président du Conseil de la Nation,  a été installée. Elle a entamé son travail le 21 mai 2011. Elle avait pour mission de  collecter les propositions et autres suggestions que les chefs de partis, personnalités nationales et autres représentants de la société civile et du mouvement associatif étaient conviés à faire. Les propositions recueillies ont été transmises au Président de la République. Elles ont servi d’outils pour le gouvernement qui a été chargé  par M. Bouteflika d’élaborer les lois relatives aux élections, aux partis et à l'information, ainsi que la participation de la femme.
N. K.

------------------------

Chronologie des “consultations” de la commission Bensalah-Touati-Boughazi

Lundi 16 mai 2011 :  Un communiqué de la présidence de la République fixe la date du début des consultations sur les réformes politiques «visant l’approfondissement du processus démocratique et le renforcement de l’Etat de droit» pour samedi 21 mai 2011.  
Samedi 21 mai 2011 :  El Islah  et Mohamed Saïd/  La commission Bensalah-Touati-Boughazi (BTB) a reçu une délégation du Mouvement El Islah conduite par son secrétaire général, Djamel Benabdessalam.
Dimanche 22 mai : L’ancien chef du gouvernement, Sid Ahmed Ghozali et le MSP.
Lundi 23 mai 2011 : PT,  SMA et ONEM.
Mardi 24 mai 2011 :  Farouk Ksentini, RPR et le Parti de la nature et du développement.
Mercredi 25 mai 2011 : Boukhezna et Chalabia Mahdjoubi.
Jeudi 26 mai 2011 : Le général Nezzar, Zeghdoud et Bouacha.
Samedi 28 mai 2011 :  L’ancien bâtonnier et ancien sénateur du tiers présidentiel (2001-2007), Réda Boudiaf, Miloud Brahimi, l’ANR et le PRA.   
Dimanche 29 mai 2011 : Boukrouh, PNSD, UGTA, Syndicat national des magistrats, Union des barreaux d’Algérie.
Lundi 30 mai 2011 : Deux chefs de groupes parlementaires  et l’association des Oulémas.
Mardi 31 mai 2011 : Ennahda et Smaïl Hamdani.
Mercredi 1er juin 2011 : Organisations estudiantines et Djahid Younsi.
Jeudi 2 juin 2011 : Le RND et deux « notables » du Sud Ahmed Adabir  et Ibrahim Ghouma.
Samedi 4 juin 2011 : UNFA et  Meriem Belmihoub-Zerdani.
Dimanche 5 juin 2011 : Zohra Bitat, l’ONEC et les organisations patronales.
Lundi 6 juin 2011 : Hocine Zehouane, président de la LADDH  et des «représentants» du mouvement associatif des jeunes.
Mardi 7 juin 2011 : Syndicats des enseignants du supérieur  et l’UNPA.
Mercredi 8 juin : CNEC, FND et des personnalités religieuses.
Jeudi 9 juin : FLN  et ONM.
Samedi  11 juin : Organisations de femmes, MNE et cheikh Bouamrane.
Dimanche 12 juin 2011 : Abdelhamid Mehri et des syndicats de l’éducation.
Lundi 13 juin 2011 : Groupe d’organisations du mouvement associatif et l’ancien archevêque d’Alger, Mgr Henri Teissier.
Mardi 14 juin 2011 : Trois jours de repos.  
Samedi 18 juin 2011 : Reprise des consultations  FNA , associations de la communauté algérienne et syndicats des journalistes.
Dimanche 19 juin  : Monde sportif, PRP et Faux Snapap.
Lundi 20 juin 2011 : Quatre syndicats de la santé publique et des personnalités du monde de la culture et de l’art.
Mardi 21 juin 2011 : Dernier jour de consultation : des professeurs d’université  et des personnalités de la recherche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions