mardi 19 novembre 2019 22:59:03

25 heures par semaine au lieu de 30 heures : 406.285 enseignants pour plus de 8.239.000 élèves

L’année 2011 se distingue par l’allégement du volume horaire dans les établissements primaires.

PUBLIE LE : 28-12-2011 | 0:00
D.R

L’année 2011 se distingue par l’allégement du volume horaire dans les établissements primaires.  Ainsi, la journée est répartie de 8h à 11h et de 13h à 14h30. Le volume horaire oscillera entre 24 et 25 heures par semaine au lieu de 30 heures auparavant.  
A  la fin des cours, les élèves ne sont pas mis dehors : des activités sportives et culturelles sont au programme. La  réduction du volume horaire dans les établissements scolaires, dans une première étape pour le cycle primaire, est  de trois heures pour les premières, deuxième et troisième années et de deux heures pour les quatrième et cinquième années.
A partir de la présente année scolaire, le ministère compte instaurer  entre 32 à 34 semaines de cours, alors que jusqu’à la fin de l’année dernière, c’était 27 semaines seulement par an.  La rentrée de septembre 2011 enregistre une hausse significative avec un effectif global de 406.285 enseignants et 8.239.000 élèves.
Dans le cadre de la stratégie nationale d’alphabétisation dont le taux est fixé à 19%, l’année en cours compte  1.620.000 apprenants encadrés par près de 26.000 agents d’alphabétisation. L’évaluation des progrès accomplis par le système éducatif fait apparaître, pour l’année en cours, un taux de scolarisation des enfants âgés de six (06) ans, de 98,16%, un taux de scolarisation de la tranche d’âge 6-15 ans qui dépasse les 95,50% et un taux d’occupation moyen national des classes au niveau du primaire qui a baissé à moins de 30 élèves par classe.
L’évolution positive des taux de réussite enregistrés ces dernières années aux différents examens (fin de cycle primaire, brevet d’enseignement moyen et baccalauréat), montre que les performances scolaires s’inscrivent dans une logique de progression constante au double plan quantitatif et qualitatif. Les aspects quantitatifs sont illustrés par le taux de réussite au baccalauréat qui a atteint, cette année, plus de 62%, alors qu’il ne dépassait guère les 30% avant l’application de la réforme. Les aspects qualitatifs de cette évolution sont traduits par l’accroissement, au fil des années, du nombre de candidats reçus avec mention (près de 44% de l’effectif global admis pour l’année 2010-2011). Parmi les objectifs visés par le secteur, la nécessité de veiller constamment à l’amélioration de la qualité du rendement et de l’efficacité du système éducatif en s’appuyant notamment sur le développement de l’enseignement des disciplines scientifiques. Il y a lieu d’insister, par ailleurs, sur l’impérative poursuite de la mise en œuvre des mesures destinées à réduire davantage les déperditions scolaires à l’effet de concrétiser le principe d’équité et d’égalité des chances de réussite.
Toujours dans le cadre de la réforme, l’année en cours se caractérise par la généralisation de l’outil informatique à tous les établissements scolaires. La numérisation des programmes pédagogiques concerne, dans un premier temps, la troisième année secondaire, avant d’être généralisée aux autres années. Dans le même cadre, chaque établissement secondaire sera doté de deux laboratoires informatiques. Concernant les 5.200 établissements du cycle moyen, le taux de couverture en laboratoires informatiques est de l’ordre de 40%, alors que les 18 000 établissements primaires seront équipés de petits laboratoires avec une capacité de dix ordinateurs chacun.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions