lundi 24 septembre 2018 15:30:42

Boulangeries : La vente du pain se fait de manière anarchique

Le commerce informel s’est élargi pour toucher tous les secteurs, et même ce produit stratégique n’est pas épargné.

PUBLIE LE : 27-12-2011 | 0:00
D.R

La vente du pain est de plus en plus banalisée, voire même clochardisée. En effet, si autrefois, seuls les boulangers étaient habilités à vendre et donc, à manipuler ce produit,  aujourd’hui, la baguette est malmenée à tout bout de champ puisqu’elle est écoulée en deuxième main, d’autant plus que  tout le monde,  jeunes et moins jeunes, ainsi que des enfants se lancent dans le commerce de ce produit qui constitue l’aliment de base de l’Algérien.

Le pain fuit petit à petit les boulangers qui ont choisi le créneau de la pâtisserie, de la brioche,  du vol-au-vent,  pour ne citer que ceux-là. Le pain  est  vendu  dans les rues, les marchés, sur le trottoir, ou à même le sol  pour atterrir   chez le consommateur après une longue et épuisante traversée qui l’expose à une multitude de  risques de pollution. Le commerce informel s’est élargi pour toucher tous les secteurs, et  même ce produit stratégique n’est pas épargné.      
Le pain envahit les marchés, les supérettes et autres espaces de commerce, et trop souvent l’hygiène reste le parent pauvre de l’activité.  Les vendeurs, en fait, piétinent tous les jours que Dieu fait, les  règles d’hygiène et d’éthique  commerciale, en  proposant leur «mar-chandise»  aux passants qui n’hésitent pas,  à leur tour,   à  manipuler   toutes les baguettes avant de se décider enfin de prendre ou de ne pas prendre, c’est selon, ce dont ils ont besoin.   
Tout comme les autres  segments, la vente du pain est censée être  régie par  une réglementation qui en fixe les modalités. Mais celle-ci est tout bonnement reléguée au second plan  quand il s’agit de gain facile. La santé du consommateur  semble être le cadet des soucis de ces revendeurs qui semblent  avoir mis la main sur une activité très lucrative, sachant que la baguette de pain  est cédée  plutôt à 15 DA. Trop souvent, les corbeilles dans lesquelles sont entassées les baguettes de pain  sont dans un piteux  état.  Parfois même, ces corbeilles sont déposées  pèle-mêle,  à proximité  d’amas d’ordures et des décharges  improvisées ou d’égouts éclatés.  Aujourd’hui, le commerce du pain n’obéit à aucune logique si ce n’est le gain facile. Peu importe les règles d’hygiène et la santé du consommateur. Il faut dire que même les associations de protection du consommateur brillent par leur absence, se contentant souvent  du rôle de spectateur. Pourtant, sous d’autres cieux,  seul  le boulanger est en mesure de vendre  cet  aliment.  L’engouement  des Algériens  pour  le pain  n’a fait, à vrai dire,  qu’encourager cette pratique. Ce n’est pas étonnant que les frais pour l'achat de l'aliment battent tous les records. On dépense 1 milliard de centimes/jour pour le pain et on consomme 49 millions de pains. Les Algériens sont classés à la quatrième place dans le monde, en matière de consommation de pain.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions