mercredi 14 novembre 2018 06:40:27

M. Jean Marie Dauger, président du conseil de chefs d’entreprise France : “Nous respectons la souveraineté de l’Algérie”

Une délégation du patronat français Medef depuis hier à Alger

PUBLIE LE : 13-12-2011 | 0:00
Ph. Nacéra

«La visite des hommes d’affaires français en Algérie témoigne de la confiance qu’on a envers l’économie de ce pays, le souhait d’investir durablement et d’aller plus loin dans notre partenariat», a notamment  déclaré hier M. Jean Marie Dauger, président du conseil de chefs d’entreprise France.
S’exprimant lors d’un point de presse organisé en marge de  la visite d’une forte délégation du patronat français Medef, M. Jean Marie Dauger a indiqué que cette mission marque «l’importance tangible des liens qui existent entre les entreprises françaises et algériennes».
Tout en évoquant les relations entre les entreprises françaises et algériennes, M. Jean Marie Dauger a insisté sur les liens extrêmement  nombreux qui caractérisent les deux parties et qui touchent plusieurs les secteurs. «Il y a lieu de consolider  le partenariat en la matière et de trouver des solutions adéquates aux problèmes qui touchent certaines  entreprises.»  Mettant l’accent sur la règle 49/51, le président du Medef a rappelé que « cette loi ne relève pas du  choix des entreprises, mais elle concerne le gouvernement algérien qui est souverain dans ses décisions ». De son côté, Réda Hamiani, président de Forum des chefs d’entreprise (FCE), a indiqué que « la France et le premier partenaire de l’Algérie avec qui elle réalise 10 milliard d’euros d’échanges». Il dit qu’«’il est toute à fait normal que  nous retrouvions un intervalle régulier  pour faire des analyses,  des rapports d’état pour juger la conjoncture». Selon M. Hamiani, la présente rencontre est une occasion «pour faire le point sur les relations entre les entreprises des deux pays dans le cadre d’investissement et dans le domaine des échanges, et pour évoques les différents secteurs qui peuvent intéresser les hommes d’affaire français». Il n’a pas omis de noter la réussite affichée par les entreprises françaises en citant, à titre d’exemple, la société des eaux et de l’assainissement (SEAAL), la gestion du tramway et le métro d’Alger, etc.». Il dira que « ce succès  atteste la bonne relation qui existe entre les deux partenaires ». M. Hamiani a par ailleurs annoncé «la visite prochaine d’une délégation d’hommes d’affaires algériens en France pour rencontrer leur homologue à Paris». Avant d’ajouter que «cette visite  entre dans le cadre des  relations de partenariat entre les deux pays». Abordant à son tour la fameuse loi 49/51, Hamiani a souligné qu’il faut partir du principe que cette loi existe. C’est une formule qui protège les entreprises nationales dans un tel cadre.
En ce qui concerne l’investissement des entreprises étrangères, Réda Hamiani a fait savoir que  «celui-ci ne peut pas s’exécuter dans l’immédiat. Il s’agit d’un processus de décisions pour conquérir un marché».
Makhlouf Ait Ziane
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions