jeudi 19 octobre 2017 17:23:32

Intégration des compétences nationales dans les programmes de recherche : Séminaire d’information à Montpellier

Les intervenants ont exprimé leur «ferme volonté» d’apporter leur savoir-faire mais ont souhaité la création d’un observatoire local regroupant toutes les compétences et rattaché aux services consulaires pour que la collaboration «ne se fasse pas à titre individuel, mais dans un cadre concerté»

PUBLIE LE : 11-12-2011 | 0:00
D.R

Les intervenants ont exprimé leur «ferme volonté» d’apporter leur savoir-faire mais ont souhaité la création d’un observatoire local regroupant toutes les compétences et rattaché aux services consulaires pour que la collaboration «ne se fasse pas à titre individuel, mais dans un cadre concerté»

Un séminaire informatif sur l’intégration des compétences nationales à l’étranger dans les programmes sectoriels de recherche  s'est tenu hier au consulat d’Algérie à Montpellier pour présenter les offres susceptibles d’intéresser les élites nationales désireuses d’inves-tir leur savoir-faire dans l’essor de développement de l’Algérie.
Cette réunion, présidée par le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger,    M. Halim Benatallah, a permis à de nombreux intervenants de faire part de leur volonté de contribuer à l’effort national de développement pour peu que la demande soit «clairement» formulée par les secteurs demandeurs. Plusieurs Algériens activant dans des secteurs tels que la santé, l’industrie, l’énergie, l’environnement, l’aménagement du territoire et l’enseignement supérieur, ainsi que des opérateurs privés ont permis, à leurs repré- sentants respectifs, d’exposer successivement les segments où la demande est forte en matière de redéploiement et qui pourraient s’ouvrir à une collaboration féconde avec les compétences nationales de Montpellier et des autres villes de France.
Tous les intervenants ont exprimé leur «ferme volonté» d’apporter leur savoir-faire mais ont souhaité la création d’un observatoire local regroupant toutes les compétences et rattaché aux services consulaires pour que la collaboration «ne se fasse pas à titre individuel, comme c’est parfois le cas, mais dans un cadre concerté pour pouvoir travailler avec transparence et efficacité» avec les institutions nationales et créer une «véritable synergie en mesure de cerner les vraies demandes formulées à partir de l’Algérie et orienter les offres disponibles». D’autres ont exprimé des réticences sur l’environnement bureaucratique de l’administration algérienne qui, ont-il estimé, suscite en eux des appréhensions et leur fait craindre des lenteurs de procédure quant aux projets qu’ils souhaitent réaliser en Algérie. Certains, qui ont insisté pour créer des passerelles entre l’Algérie et les membres de la communauté qualifiés, ont cependant affirmé que des secteurs leur ont opposé une «fin de non-recevoir», préférant travailler «plutôt» avec des étrangers qu’avec des Algériens et ont exprimé leur refus d’apporter leur contribution en Algérie «sous un encadrement étranger».
A l’issue du débat de la première séance de ce séminaire, qui se poursuivra sous forme d’ateliers, M. Benatallah a appelé les participants à éviter d’être "contre-productif", soulignant que la volonté de l’Algérie est de "donner des garanties à tous pour établir des relations de confiance". Il a indiqué que le but "essentiel" dans ce cadre est de "créer des banques de données et recenser les compétences nationales". Une tache, a-t-il dit, qui est "loin d’être aisée".

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions