dimanche 17 dcembre 2017 09:19:24

M. Benatallah réunit les compétences nationales de la région lyonnaise : L’élite algérienne se mobilise

Une réunion de travail a regroupé hier au consulat général d'Algérie à Lyon des représentants de la communauté nationale pour faire part de leurs suggestions en faveur du renforcement des liens avec leur pays d’origine, l’Algérie.

PUBLIE LE : 04-12-2011 | 0:00
D.R

Une réunion de travail a regroupé hier au consulat général d'Algérie à Lyon des représentants de la communauté nationale pour faire part de leurs suggestions en faveur du renforcement des liens avec leur pays d’origine, l’Algérie.

Présidée par le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, M. Halim Benatallah, cette réunion qui s’est déroulée en présence du consul général d’Algérie,  M. Abdelkader Kacimi El-Hassini, a permis aux compétences nationales établies dans la région lyonnaise d’exposer, par catégorie socioprofessionnelle, leurs points de vue sur les segments où ils peuvent intervenir en matière de savoir-faire, de technicité et d’expériences dans le cadre d’une collaboration entre l’Algérie et sa communauté structurée en comités. Le représentant du comité économique a relevé que malgré l’effort fait sur l’ensemble des textes et d’institutions modernes en matière économique, des «freins demeurent» sur le chemin de l'instauration d'un climat favorable à l’investissement. Il a dans ce cadre proposé, entre autres, la création d’un institut de droit économique par la création d’un pôle d’excellence universitaire et la mise en place d’un programme de mise à niveau de cadres des administrations en économie, droit et gestion. Le comité a particulièrement insisté sur l’amélioration de l’accès à l’information, pour «éclairer les investisseurs» sur les changements et amendements apportés aux textes juridiques, ainsi que la mise place de tribunaux commerciaux pour l’accélération de règlements et litiges. Le comité socioprofessionnel des médecins de la région Rhône-Alpes, qui a exprimé sa volonté d’apporter sa contribution en matière de santé en Algérie, a cependant estimé qu’il est nécessaire d’abord d’inciter la demande, d’identifier les besoins réels en matière de santé, pour pouvoir collaborer avec les confrères d’Algérie. «La demande doit être exprimée par nos confrères en Algérie, qui doivent comprendre que nous sommes disponibles pour une mise à niveau du secteur de la santé en Algérie», a jugé un médecin praticien, proposant la mise en place de banques de données des médecins et chercheurs et l’organisation de tutorats en Algérie en faveur des étudiants. Le volet cultuel a également été évoqué lors de cette réunion par le recteur de la Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, qui a évoqué l’intérêt d’une mise à niveau des imams envoyés d’Algérie en matière de langue et de connaissance de l’environnement où ils sont mutés. Il a également attiré l’attention sur le manque d’effectifs dans ce domaine (un imam pour quinze mosquées) et appelé à une évolution de la réflexion dans ce sens.
Des membres du mouvement associatif, social et culturel sont également intervenus pour faire part de leurs «difficultés» à couvrir les besoins de la communauté, notamment en matière d’apprentissage de la langue et de prise en charge des jeunes et des personnes âgées. Interrogé au terme de cette séance de travail où il a invité les intervenants à établir des «passerelles» entre elles pour aboutir à l’adoption d’un plan d’action servant de modèle aux compétences nationales des autres régions de France, M. Benatallah a indiqué que dans cette région «il y avait un nombre d’associations actives mais la mise en cohérence et la transformation de ces énergies en une force cohérente manquait». Il a rappelé que quatre groupes de travail ont été mis en place il y a un an pour réfléchir sur les thématiques et formulé des conclusions et recommandations.
Les documents y afférents ont été examinés dans le cadre de cette réunion de travail, a précisé M. Benatallah, soulignant que «nous avons abouti aujourd’hui à des conclusions allant jusqu’à dix groupes de travail thématiques». Le message de la communauté est le suivant, a-t-il dit : «Elle est preneuse, a des offres à faire et souhaite contribuer activement au développement du pays».
«A partir de janvier pro- chain, a-t-il ajouté, dix groupes de travail vont ainsi poursuivre leur réflexion ou entamer des réflexions nouvelles sur des sujets tels que les jeunes, les personnes âgées et les retraités, les difficultés sociales de la communauté, en plus du groupe de travail  chargé de l'aspect culturel».

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions