samedi 22 septembre 2018 05:20:38

première foire des produits turcs en Algérie : Istanbul sur scène en Afrique du Nord

La première Foire des produits turcs en Algérie, organisée par la Chambre de commerce d’Istanbul, (İTO), au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger, a été inaugurée hier par M. Hayat Yazıcı, ministre du Commerce et des Douanes de la République de Turquie

PUBLIE LE : 04-12-2011 | 0:00
Ph. : Billal

 La première Foire des produits turcs en Algérie, organisée par la Chambre de commerce d’Istanbul, (İTO), au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger,  a été inaugurée hier par M. Hayat Yazıcı, ministre du Commerce et des Douanes de la République de Turquie.

Cette manifestation se déroulera   jusqu’au 6 décembre. Plus de 130 entreprises turques activant dans différents secteurs de l’agroalimentaire, des services en passant par l’immobilier et autres produits de haute qualité, prennent part à ce rendez-vous. S’exprimant, lors de l’inauguration du salon, M. Murat Yalçintas, président de la Chambre de commerce d’Istanbul, a souligné  qu’ «il est  temps désormais que nous prenions des initiatives afin  de développer le volume de nos échanges commerciaux et de multiplier la présence des entreprises turques en Algérie ». « Pour ce faire, les secteurs privés des deux pays devraient être impliqués et les gouvernements ont un rôle important à jouer et une responsabilité », a-t-il ajouté. «L’Algérie, l’étoile montante de l’Afrique du Nord, occupe une place toute particulière dans nos cœurs  et dans  notre culture. Le peuple turc vante encore les chevaux algériens dont la crinière est symbole de liberté.» Ces dernières années, les échanges économiques entre les deux pays ont connu une amélioration constante. Les exportations turques vers l’Algérie qui étaient de 807,1 millions de dollars en 2005 ont atteint 1,5 milliard de dollars en 2010, et les produits industriels y occupent une place prépondérante. Les importations turques de l’Algérie qui étaient de 861,8 millions de dollars en 2005 ont atteint le milliard de dollars en 2010. Nous importons notamment  du gaz de pétrole liquide et autres hydrocarbures. «Ces dernières années l’Algérie a mis en œuvre des projets de grande envergure conformément à une politique  d’investissement sérieuse. Et les hommes d’affaires turcs en sont  également partie prenante. Il existe actuellement quelque 150 entreprises turques implantées dans le pays », a expliqué  M. Murat Yalçintas.
Makhlouf Aït Ziane


Ankara insiste sur l’accord de libre-échange

Les entreprises turques « performantes et compétitives » sont prêtes à nouer des partenariats solides et fructueux et à transférer la technologie et le savoir-faire à leurs homologues algériennes. C’est ce qu’a indiqué hier le ministre turc du Commerce et des Douanes, M. Hayati Yazici.
M. Yazici estime que le nouveau programme quinquennal pourrait offrir aux entreprises algériennes et turques de nombreuses opportunités pour conclure des partenariats profitables pour les deux parties, notamment dans le domaine de la construction et la promotion des infrastructures de base.
«L’Algérie génère d’importantes opportunités d’investissement, notamment en matière de développement et de modernisation des infrastructures de base, ainsi que d’autres secteurs. C’est pourquoi l’Algérie est l’une des destinations attractives et parmi les plus prisées pour les entreprises turques », a-t-il affirmé.  
Par ailleurs, le responsable turc a regretté le retard enregistré dans l’application de l’accord conclu en 2006 entre l’Algérie et la Turquie.
«Notre commerce dans la région du Maghreb augmente d’une  façon importante. Avec l’Algérie, notre commerce reste très limité et on n’arrive pas à le développer, et à le hisser au niveau des relations politiques qui sont excellentes». La principale entrave qui empêche le développement du commerce réside, selon le ministre, dans les barrières douanières qui pénalisent les produits turcs.
En ce qui  concerne la zone de libre-échange qui devrait être établie entre les deux pays, il souligne que la Turquie attend toujours l’accord des autorités algériennes.
Salima Ettouahria

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions