mardi 15 octobre 2019 22:40:18

Prestations bancaires : Le «e-bdl» un nouveau service sur le marché

4.037 crédits ont été accordés par la BDL aux entreprises durant l'année 2011, ce qui représente une augmentation de 18% par rapport à 2010.

PUBLIE LE : 28-11-2011 | 23:00
Ph. : Louiza

4.037 crédits ont été accordés par la BDL aux entreprises durant l'année 2011, ce qui représente une augmentation de 18% par rapport à 2010.

La Banque de Développement Local (BDL)  a  lancé, hier, un nouveau service nommé « e-bdl » via  Internet dans le cadre du « e-banking ».
Lors de son intervention M. Toumi Nabil, directeur des moyens de paiement,  a  donné des explications sur ce nouveau service, en indiquant que « celui-ci permettra de  gérer l'ensemble des comptes de la clientèle de la banque, à partir d’un ordinateur personnel, 7 jours/7, 24h/24 ».
Selon lui, le client peut consulter toutes les opérations « aussi souvent qu’il le souhaite, avec un  historique sur 30 jours ». Et il ne s’agit pas seulement de consulter ses avoirs, a-t-il signalé, avant de préciser la palette de choix qui s’offre désormais aux détenteurs de comptes au niveau de cet établissement. En effet, comme M. Toumi le formulera : « On peut également accéder à l’état des ordres de virements, effectuer une recherche ciblée et trouver l’opération recherchée, télécharger les relevés aux formats Excel, envoyer les fichiers de virements en toute sécurité et recevoir des messages personnels en provenance de la BDL ».
Néanmoins, le responsable a tenu à préciser que « l’accès au service e-bdl, nécessite un abonnement préalable auprès de l’agence qui tient les comptes du client. L’agence lui communiquera alors un identifiant et un mot de passe qui lui permettront d’accéder au site « e-bdl » .
Concernant l’accès au service, celui-ci est « évidemment sécurisé », partant du principe que « toutes les données échangées entre la banque et le client sont cryptées grâce à un certificat SSL 128 bits. Le site propose alors au client d’accepter ce certificat pour pouvoir continuer la navigation », a expliqué M. Toumi Nabil, qui a par ailleurs annoncé « qu’en 2012 les clients vont consulter leur compte via leurs téléphones portables ».
Lors de cette rencontre, la question qui a suscité des interrogations n’est autre que l’aspect réglementaire de l'utilisation de la signature électronique en Algérie, surtout que l’ARPT (Agence de régulation de postes et télécommunications) n'a pas encore sélectionné un bureau de certification agréé en Algérie. M. Toumi Nabil a expliqué « que la signature électronique dispose de l'ancrage juridique en Algérie. Il dira dans ce contexte que « effectivement, l'ARPT a opté pour une technologie de certification internationale, mais ça s'est fait conformément à la réglementation  qui autorise cette agence de régulation à choisir des producteurs de certificats étrangers ».

Crédits au profit des entreprises et des jeunes : en très forte hausse en 2011
De son côté, le P-DG de cette banque, M. Mohamed Arslane Bachtarzi a mis l’accent sur la situation de son établissement, en indiquant que « celui-ci a poursuivi en 2011 la consolidation de sa stabilité financière. Il  relevé que le chiffre d'affaires de la banque  durant les 9 premiers mois de l'année est en hausse de 18% par rapport à la même période de 2010 ».     
Abordant la question des crédits octroyés aux entreprises,  M. Mohamed Arslane Bachtarzi a souligné que  « 4.037 crédits ont été accordé durant les 9 premiers mois de l'année  2011 dont pour un montant de près de 123 milliards de dinars ».  
En ce qui concerne les crédits  accordés aux jeunes promoteurs porteurs de projets d'investissement dans le cadre du  dispositif ANSEJ, il a indiqué que « 20 milliards de dinars de crédits ont été accordés, dont  9,7 milliards de dinars aux promoteurs bénéficiant du  dispositif CNAC et 550 millions de dinars ont été accordés pour accompagner les jeunes souhaitant créer leur propre activité dans le cadre du dispositif ANGEM ».
Dans le cadre d’accompagnement et le financement des entreprises, il est à rappeler que la BDL, avait signé en 2010 une convention-cadre avec la Société des participations de l'Etat Travaux publics (SGP-SINTRA) pour l'accompagnement financier des entreprises relevant du portefeuille de la SGP dans l'exécution de leurs contrats de performance.  
En vertu de cette convention, la BDL prend en charge le plan de développement  des entreprises et bureaux d'études de la SGP-SINTRA. Un cahier des charges définissant les conditions et les modalités de  cet accompagnement financier qui s'étalera sur le quinquennat 2010-2014, a été élaboré à cet effet.     
Makhlouf  Ait Ziane    

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions