samedi 29 avril 2017 06:31:10

Témoignages inédits sur la Révolution algérienne : Un autre regard

L es tragiques vérités qui n’ont pas été dites sur la Révolution algérienne, tel est le titre du nouvel ouvrage sur l’histoire de la lutte de libération nationale qu’a dédicacé Arezki Basta samedi dernier à la librairie générale d’El-Biar.

PUBLIE LE : 23-11-2011 | 0:00
Ph. Wafa

L es tragiques vérités qui n’ont pas été dites sur la Révolution algérienne, tel est le titre du nouvel ouvrage sur l’histoire de la lutte de libération nationale  qu’a dédicacé Arezki Basta samedi dernier à la librairie générale d’El-Biar. Le livre qui est publié à compte d’auteur est une contribution personnelle par un acteur de la lutte armée qui vient rétablir certaines vérités officielles sur le déroulement des faits historiques et sur les liens souvent houleux qu’entretenaient les différentes factions politiques dont les tendances divergeaient quelque peu et dont le rôle dans le déclenchement de la révolution de 1954 reste souvent méconnus.
Il paraît opportun de signaler que les nouvelles productions sur les écrits s’attachant à éclairer l’opinion mettent actuellement un point d’honneur à dire, affirmer la vérité d’après l’expérience vécue par les militants dont la parole revêt d’autres versions sur l’histoire, des expériences qui viennent contredire le contenu du discours officiel distillé depuis l’indépendance ou qui s’inscrivent en porte-à-faux formulant des réactions souvent passionnées contre d’autres publications. Dans cette optique, le témoignage qu’offre à lire Arezki Basta se situe dans ses grandes lignes dans le rétablissement des événements tels qu’ils se sont déroulés par rapport à des vérités occultées, voire carrément travesties, et entend clarifier l’histoire à sa manière, avec un style très imprégné de religion, comme en témoignent les larges extraits des versets du Coran qui abondent dans le texte. L’ouvrage qui est préfacé par le président de la Fondation du 8 Mai 1945, M. Boukherissa Kheiredine, qui vante les mérites de cette publication, est écrit par un militant originaire d’Azzefoun et natif d’un des terreaux de l’action armée, La Casbah où il a vu le jour en 1930. L’adolescent est proche du Parti du peuple algérien (PPA) et milite dans ses rangs avant de s’inscrire au MTLD en 1952.
« Mon devoir de témoin, d’acteur et de victime, écrit-il en page 19, ne m’a pas laissé indifférent pour taire ce mensonge et laisser les héros martyrs devenir à leur yeux des « traîtres ». Plusieurs livres ont été écrits sur la Révolution algérienne par en « haut ». Pour une fois, elle sera écrite par en « bas ».  
Le livre qui est truffé de mises au point avec en grande partie une vision personnelle des faits, notamment quand il s’agit des rapports difficiles du FLN, du PCA et MNA, tente de réécrire l’histoire sur « la vérité sur ce qui n’a pas été dit sur la préparation et le déclenchement de la révolution du 1er novembre 1954 et ce qui a poussé à la guerre fratricide entre le FLN et le MNA de Messali Hadj». (p 47). C’est en réalité l’histoire d’un militant de base du PPA face au services du contre-espionnage français durant 43 jours d’interrogatoire, qui s’étalent entre le 7 mai jusqu’au 19 juin 1955, après un accrochage avec l’ennemi au Sahara tunisien durant la nuit du 6 au 7 mai 1955. « C’est la véritable histoire de l’arrestation du grand martyr et chef de wilaya des Aurès, Mostapha Ben Boulaïd, et son compagnon Amar Breeck à la frontière tuniso-libyenne le 11 février 1955 et les raisons qui l’ont poussé à quitter les Aurès pour l’Egypte. C’est aussi l’histoire sur l’infiltration des services du contre-espionnage français au sein des filières d’armes du FLN en Europe, au Sahara (…) C’est l’histoire de ces mêmes services sur l’infiltration au sein du FLN-ALN, du CNRA et GPRA, qui a failli ébranler la révolution et qui a fait croire à plusieurs gouvernements français le fameux « Dernier quart d’heure » de la révolution algérienne. » p (47). L’ouvrage retrace la guerre sans pitié entre les services d’espionnage et du contre-espionnage français et égyptiens pour le contrôle de la Révolution, et met en valeur l’histoire secrète des services secrets algériens formés sur le terrain pendant la guerre de libération nationale.
Lynda Graba

----------
Les tragiques vérités qui n’ont pas été dites sur la Révolution algérienne, d’Arezki Basta, aux éditions Arcanes,
Alger, 543 pages.      

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions