vendredi 22 novembre 2019 12:26:47

Industries agroalimentaires : Objectif 60% du PIB en 2014

La création de pôles d'excellence dans le secteur de l’agroalimentaire constitue une étape première dans la démarche de restructuration du secteur national des industries agroalimentaires.

PUBLIE LE : 21-11-2011 | 0:00
D.R

La création de pôles d'excellence dans le secteur de l’agroalimentaire constitue une étape première dans la démarche de restructuration du secteur national des industries agroalimentaires. L’initiative est  basée sur la créativité et l’innovation et traduit, par la même occasion, une volonté de partage d’expériences et de savoir-faire. Aussi, l’action de l’Etat traduit cette volonté  d’améliorer  les capacités des PME à s’imposer sur le marché et à aller vers l’exportation. Un objectif qui constitue une priorité d’autant plus que le secteur en question contribue à hauteur de 50% dans le produit interne brut (PIB) et emploie plus de 120.000 personnes, soit 40% de la population active de l’industrie répartie à travers plus de 17.000 entreprises. Aussi, le programme       « DEVED » étalé sur la période 2010-2013 a mis l’accent sur la nécessité de renforcer les capacités des petites et moyennes entreprises activant dans le créneau de l’agroalimentaire dans le sens où elles offrent de grandes potentialités en matière d’emploi et de valeur ajoutée. L’intérêt accordé à cette filière s’explique, d’autre part, par la place qu’occupe le secteur de l’agroalimentaire dans l’économie nationale et les perspectives de développement cernées à ce niveau. Le choix des filières pilotes éligibles à ce programme obéit à des études faisant ressortir la dimension de leur tonnage sur le marché intérieur. Ces efforts ne peuvent être consolidés qu’au prix d’une véritable réorganisation des filières basée sur la fédération des efforts et des moyens à même de rétablir la compétitivité de la production agricole et des PME nationales face à la concurrence extérieure de plus en plus rude et inéquitable au regard des exigences en matière de normes et standards notamment à l’export. Dans cette perspective, l’enga- gement de l’Etat à mettre à niveau 20.000 PME à l’horizon 2014 pour un montant de 386 milliards de dinars doit impérativement être soutenu par l’initiative privée qui peut intervenir en appoint de la dynamique des pouvoirs publics par le biais de partenariats et d’échanges mutuels  qui ne peuvent être que bénéfiques à l’essor de la filière. Il s’agira, en définitive, d’optimiser les capacités compétitives des industries agroalimentaires dont la contribution au PIB, selon les projections arrêtées, devrait passer de 50% en 2009 à 60% en 2014.                                         
D. Akila

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions