lundi 20 mai 2019 04:44:29

Symposium international sur le palmier-dattier : Une feuille de route qui fera date

Un programme national de recherche sur le palmier-dattier sera lancé début 2012 afin de préserver et promouvoir la production nationale de la phoeniciculture.

PUBLIE LE : 14-11-2011 | 0:00
D.R

Un programme national de recherche sur le palmier-dattier sera lancé début 2012 afin de préserver et promouvoir la production nationale de la phoeniciculture. C’est ce qu’a déclaré hier à Alger le directeur général de l’Institut national de la recherche agronomique d'Algérie (INRAA), M. Foued Chetah, lors de la tenue du premier symposium international sur le palmier-dattier.
Organisé par le laboratoire de recherche sur les zones arides et l’USTHB, ce premier symposium tente de réaliser la synthèse des différents travaux accomplis sur le palmier-dattier, d’organiser une discussion et une réflexion sur le développement de nouvelles approches scientifiques, ainsi que tracer les grandes lignes d’un programme de recherche en vue d’aboutir à la présentation de la diversité génétique phoenicicole, l’exploitation durable des potentiels agronomiques et ethnobotaniques de l’espèce.  Dans son allocution, M. Chetah a expliqué que «ce programme qui vise la protection et l’amélioration de la production nationale du palmier-dattier s'étale sur quatre ans et coûterait une enveloppe de 9 milliards de DA, et sera soumis à la direction générale de la recherche scientifique et technologique  afin d’obtenir un apport financier après sa validation le 6 décembre prochain».
L’orateur a fait savoir que les agriculteurs algériens ont dépassé les chercheurs dans ce domaine en utilisant des techniques apportées d’ailleurs et souvent traditionnelles mettant par conséquent en péril la production nationale. 

Bilan de 50 années de recherche
Il n’a pas manqué d’indiquer, dans ce sens, que ce programme a besoin de tous les chercheurs qui souhaitent contribuer de près ou de loin avec leurs travaux afin d’apporter le maximum de technologie et d’innovation dans ce domaine. Pour M. Chetah, ce premier symposium doit être une pierre marquant l’aboutissement de 50 années de travaux, aussi un nouveau point de départ pour accélérer la recherche et obtenir des résultats de manière rapide.
C’est une occasion pour les chercheurs de d’apporter un plus pour le secteur de l’agriculture en général et à la phoeniciculture en particulier.
De son côté, la présidente du symposium spécialiste du palmier-dattier, Mme Bouguedoura, a déclaré que la production du palmier-dattier est de 17 millions de palmiers sur 160.000 ha, avec 1.000 variétés.
Selon elle, la phoeniciculture est soumise à de nombreuses contraintes qui peuvent être fatales à cet équilibre écologique et au système socio-économique des régions où cet arbre est cultivé. Dans les pays du Maghreb et en Algérie en particulier, c’est la maladie du bayoud qui a déclenché le premier programme de recherche mis en place dans les années 1970 et qui a vu le laboratoire de botanique dirigé par feu le professeur Bounaga de l’université d’Alger et l’INRAA prendre en charge des travaux sur le champignon responsable de la maladie. Mais aussi sur la connaissance de la biologie de l’espèce très mal connue à l’époque afin de comprendre les relations entre le parasite et la plante, et afin de pouvoir lancer le programme de culture in vitro des variétés qui seraient apparues résistantes au bayoud.
Il s'agit également de travailler sur les nouvelles maladies apparues comme le charançon rouge, la maladie de la feuille cassante, ainsi que sur leurs  prédateurs. Bien qu'aucun cas n'ait été enregistré en Algérie, le charançon rouge, détecté en Libye et au Maroc, constitue une menace pour les palmeraies algériennes,  selon des spécialistes.
L'Algérie, 7e producteur mondial de dattes, produit annuellement une moyenne de 200.000 tonnes, avec un record de 550.000 tonnes en 2006.
Wassila Benhamed
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions