samedi 04 avril 2020 04:04:05

Education-syndicats : Qui va gérer les œuvres sociales ?

Le département de Benbouzid s’engage à solutionner les dossiers conflictuels relevant du secteur, dans le cadre de la concertation éducation-syndicat, en vue de mettre fin au spectre de la paralysie des établissements scolaires.

PUBLIE LE : 12-11-2011 | 0:00
D.R

Le département de Benbouzid s’engage à solutionner les dossiers conflictuels relevant du secteur, dans le cadre de la concertation éducation-syndicat, en vue de mettre fin au spectre de la paralysie des établissements scolaires.
 La finalisation de deux avant-projets portant création de postes aménagés dans le cadre de la médecine du travail et gestion des œuvres sociales ont fait l’objet jeudi dernier d’une réunion qui a regroupé, au siège central du ministère de l’Education nationale, les responsables centraux de l’éducation nationale et les syndicats agréés du secteur, ainsi que les représentants de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves.
Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée à huis clos, la première commission a abordé les maladies à longue durée qui touchent les enseignants qui ne peuvent plus répondre à leur vocation, à savoir enseigner, éduquer, évaluer et suivre les élèves tous cycles confondus. La commission «postes aménagés»   s’est étalée sur la clarification du  cadre juridique tout en définissant les catégories pouvant bénéficier des postes aménagés. Il s’agit des enseignants qui ont  contracté une maladie au cours de leur parcours professionnel et qui ne peuvent plus accomplir leur mission. Une revendication de longue date portée par les syndicats autonomes qui sont arrivés enfin à  des solutions adaptées qui arrangent les personnels du secteur ne pouvant plus assurer leurs fonctions suite à des maladies professionnelles.
Le règlement de ce dossier a été suivi par celui des œuvres sociales sur lequel les syndicats sont divisés.
Ce volet contient deux propositions, à savoir le vote des commissions au niveau des wilayas et de la commission nationale en dégageant trois personnes de chaque établissement. Cette proposition a été rejetée par les syndicats, car elle exclut les chefs d’établissements, les inspecteurs et autres assimilés.
La deuxième proposition qui est selon les syndicalistes « plus proche des travailleurs du secteur », c’est le vote au niveau de chaque établissement scolaire qui aura au moins un milliard de centimes à gérer.
Cela dit, la mouture  finale de ce document a été finalisée, a-t-on appris auprès de sources syndicales. Ces mêmes sources ont affirmé que la mouture finale de la circulaire  en question "est fin prête dans l'attente de sa signature demain dimanche".
Les élections débuteront vers la fin de la première semaine du mois  de décembre au niveau des établissements alors que la deuxième semaine sera consacrée aux élections des commissions nationales et de wilaya.
 "Un accord a été conclu sur les modalités de vote, à savoir deux coupures,  la première portant mention « pour » et la deuxième « contre », ont souligné les  mêmes sources ajoutant qu'il s'agira plutôt d'un référendum où chaque établissement  choisira ses représentants pour avoir à la fin un seul délégué pour chaque établissement.
Concernant les élections de wilaya, elles se dérouleront en fonction des cycles, chaque commission de wilaya devant être composée de 9 membres représentants les trois cycles de l'enseignement.
Une fois les membres des commissions de wilaya élus, une rencontre nationale sera organisée pour élire le président de la commission nationale et ses  vice-présidents.
De son côté, le chargé de la communication au Conseil national autonome  des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (CNAPEST), M. Messaoud  Boudiba, a indiqué que la circulaire interdisait aux élus de se porter candidats au nom d'un syndicat donné. Tous les employés du secteur de l'éducation peuvent se porter candidats aux élections des commissions nationales et de wilaya pour un mandat de trois  ans.
Avec la promulgation de la  circulaire relative aux élections des commissions nationale et de wilaya,  la candidature sera ouverte à tous, y compris aux corps communs et aux enseignants. Ainsi, expliquent les syndicalistes, si le taux de participation à ces élections dépasse les 50%, elles seront incontestables.
Dans le cas contraire, les œuvres sociales, gelés en 2010 et  2011 et  dont  la valeur des fonds  est de 3.000 milliards de centimes,  seront confiées aux établissements scolaires, et bénéficieront donc d’une gestion décentralisée.
Sarah S.

Pourquoi il a été mis fin au monopole de l'UGTA
La question des œuvres sociales du secteur de l'éducation, qui a divisé les syndicats, a enfin trouvé son épilogue avec l’installation des commissions de wilaya et l’organisation des élections des représentants des travailleurs, vers la première semaine du mois prochain. La gestion des œuvres sociales, qui représentent 17 % de la masse salariale de tout le secteur, ne relèvera plus du monopole de l’UGTA. C’est d’ailleurs l’une des principales revendications formulées par les syndicats autonomes du secteur.
De longs mouvements de grève ont été menés par ces derniers durant des années.
Dans cette instruction adressée aux syndicats agréés, le département de Benbouzid informe toutes les parties concernées que cette instruction annule de fait la décision ministérielle 158/94 du 22 août 1994, et précise que désormais, la gestion des «œuvres sociales de l'éducation est l'affaire de tous». L’article 2 précise qu'à la rentrée scolaire 2011-2012,  tous les organismes chargés jusque-là de la gestion des œuvres sociales du secteur de l'éducation sont considérés comme dissous.
Dans l’article 3, le ministre de l'Éducation nationale annonce qu'en application de la décision du gouvernement, une commission interministérielle composée de membres des ministères des Finances, du Travail et de l'Éducation, ainsi que de représentants de l'UGTA se chargera du suivi et de l'établissement des comptes relatifs à l'organisation et au fonctionnement des structures et commissions des œuvres sociales.
S. S.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions