vendredi 15 dcembre 2017 14:54:46

Les archives de la révolution algérienne de Mohammed Harbi : Un éclairage historique inédit

La Révolution algérienne a connu un long cheminement politique qui a présidé dans une période tumultueuse — et sans doute pas aussi linéaire que l’on pourrait le croire — avec la constitution des différents mouvements et partis politiques d’avant-garde jusqu’à son déclenchement en Novembre 1954.

PUBLIE LE : 16-10-2011 | 0:00
D.R

La Révolution algérienne a connu un long cheminement politique qui a présidé dans une période tumultueuse — et sans doute pas aussi linéaire que l’on pourrait le croire — avec la constitution des différents mouvements et partis politiques d’avant-garde jusqu’à son déclenchement en Novembre 1954.

La publication d’un large éventail de documents inédits rassemblées et commentés par l’historien Mohammed Harbi sous la forme d’une première édition française à Jeune Afrique en 1981 a donné lieu en 2010 à une seconde publication au vu de l’importance de cet ouvrage aux éditions algérienne Dahlab.
Avec cet éclairage inédit offrant aux lecteurs de nouvelles pistes pour une meilleure compréhension des circonstances réelles dans lesquelles la Révolution algérienne était entrée dans sa marche historique, les lecteurs auront à leur disposition des documents demeurés secrets pendant une vingtaine d’années rassemblant des rapports internes, lettres, messages qui s’étalent entre 1948 et 1962.
Dans son édifiante introduction, l’auteur nous explique la raison et l’utilité de cette publication qui aborde le thème crucial de la Révolution algérienne et ce, malgré la complexité d’un sujet qui peut prêter à controverse stérile ou passion exacerbée des deux côtés de la Méditerranée : «L’occultation et la déformation intentionnelles des faits n’épargnaient pas les acteurs eux-mêmes.
Peu de militants algériens peuvent se vanter d’avoir toujours fait leurs choix en connaissance de cause. Peut-on éclairer une scène où règne la confusion sans en finir avec le culte du secret et la censure, forcée ou volontaire, que chacun s’impose ? Evidemment, non !
La publication de ces archives se veut donc une réponse à cette question.», écrit l’auteur. Composé de huit chapitres présentant, documents à l’appui, toutes les composantes du Mouvement national et des diverses virtualités inhérentes au processus historique avec l’étude des alternatives proposées par le MNA de Messali Hadj et le Parti communiste, l’ouvrage apparaît comme un livre d’histoire contemporaine avec une première partie du recueil qui porte sur la préparation de l’insurrection et la scission du MTLD  et une attention particulièrement concentrée sur la période de 1954-1962 d’autant que l’auteur en travaillant sur ces documents collectés s’est rendu compte de l’importance décisive à travers son étude des années qui ont précédé le 1er Novembre.
La seconde partie qui porte sur la Révolution armée est un condensé de textes plus homogène. L’ouvrage qui est une tentative éclairée  aux fins de susciter une «véritable libération sociale» de montrer certaines zones d’ombre sur un passé prestigieux et de donner au lecteur un ensemble de pages qui reflète l’esprit dans lequel cet historien a contribué à sa manière au défrichage de l’histoire de la guerre d’indépendance, est en même temps une nouvelle forme de reconsidération, par l’auteur, du passé héroïque de l’Algérie, un passé qui comme un accouchement ne s’est pas fait sans douleur et de façon linéaire, mais a, au contraire, été source d’affrontements incessants au sein des mouvements prônant la libération du peuple algérien sous des angles différents.
C’est ce cheminement politique qui a évolué en dents de scie contrairement à l’opinion officielle que se propose Mohammed Harbi d’étudier sur la base de précieuses informations qui contribueraient dans l’avenir à voir de façon plus claire le présent car écrit Mohammed Harbi à ce sujet : «Le passé, en Algérie doit redevenir le patrimoine de chacun.
Privé de mémoire, un peuple peut errer longtemps dans les ténèbres (…) L’histoire, on le sait est une reconstruction. Les mêmes matériaux peuvent donner à des interprétations différentes. Les archives de la Révolution algérienne ne doivent pas rester le monopole de gardiens jaloux, hommes de pouvoir ou opposants, qui gèrent le passé sans que personne ne soit en mesure de les contester.
La confrontation des idées et des expériences et la formation des opinions politiques ne peuvent qu’y gagner. Sans cela, il n’est guère de progrès réels et irréversibles.» A signaler dans ce livre le remarquable texte de la postface rédigé par l’historien  spécialiste des questions algériennes et magrébines Charles-Robert Agéron qui présente ce livre comme «le tableau éclatant de la Révolution algérienne qu’il nous ait été donné de lire jusqu’ici.» Et mentionne l’acuité des analyses de l’auteur ainsi que la rigueur de sa réflexion qui font de ce témoignage, unique en son genre, un livre de documents inédits qui pourrait s’adresser au public jeune d’aujourd’hui.
Lynda Graba

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions