mercredi 14 novembre 2018 04:45:34

L’essai non commercial du métro d’Alger vient d’être lancé : Epreuve réussie

Alors que le prix du ticket ne devrait pas dépasser 50 DA, le métro fonctionnera de 5h à 23h et desservira neuf stations.

PUBLIE LE : 09-09-2011 | 19:16
Ph : Nacera

Après 30 années d’attente, Alger aura enfin son métro, à l’instar des grandes métropoles du monde. Il va traverser plusieurs communes du centre de la capitale, à savoir Sidi M’hamed, El-Hamma, Hussein Dey, El-Maqaria et Bachdjarah. Ce qui permettra ainsi à la population de se déplacer dans les meilleures conditions de confort et de sécurité, et en un temps court.
 « La mise en service commerciale de la première ligne du métro d'Alger est prévue pour la fin d’octobre-début novembre de l’année en cours », a annoncé jeudi le ministre des Transports, M. Amar Tou.  
Le ministre, qui s’exprimait lors du lancement de la mise en service non commerciale du métro d’Alger, à laquelle la presse a été conviée, a affirmé que « cette étape constitue la dernière phase avant la mise en service du projet, afin de permettre au futur opérateur du réseau de transport de commencer à prendre la main sur le système et les équipements ».   
Mettant l’accent sur le prix du ticket, il a fait savoir que celui-ci ne dépassera pas 50 DA. Il dit, dans ce sens, que le fonds de promotion d’aide prévoit de subventionner le prix du ticket de métro. Se voulant plus explicite, il dit que dans un souci de simplification  de la billetterie, « il y a une forte possibilité d’unifier les tickets de métro et de tramway d'ici à la fin de l'année ».
Quant à l'exploitation du métro, le ministre a affirmé qu’« elle  sera assurée par un personnel algérien  à 98,5% », précisant que       « 86% du personnel d'exploitation a moins de 35 ans », ajoutant que son fonctionnement est prévu sept jours sur sept, de 5h à 23h.
Pour sa part, le directeur général de RATP El Djazaïr a souligné que le début de la phase de fonctionnement non commercial est une « grande première » pour la ligne 1 du métro d’Alger.
S’expliquant, par ailleurs, sur les huit semaines supplémentaires, il dit que celles-ci correspondent à la dernière phase avant la mise  en service du projet de ligne de métro. « Cela signifie que les travaux et les essais menés par les constructions sont terminés, pour permettre au futur opérateur du réseau de transport de commencer à prendre la main sur le système et les équipements », a-t-il estimé.  
 Le responsable a également souligné que durant cette phase de fonctionnement non commercial, « dite marche à blanc », la ligne 1 du métro d'Alger va transporter un nombre limité de passagers qui  sera augmenté progressivement en prévision de sa mise en service effective.
 Pour ce qui est des membres de la presse qui ont eu l’honneur d’être les premiers passagers de la ligne 1, les avis sont unanimes quant à la réussite de la conception du métro.
D’ailleurs, dès l’entrée, la délégation, composée également de membres du Parlement et de représentants de la société civile, a été agréablement accueillie par la fraîcheur émanant de la climatisation et par l’espace illuminé, tandis que le métro avançait silencieusement sur la rame. Un métro qui peut contenir jusqu’à 500 personnes en même temps, nous dit-on, et dont la rotation est de 10 minutes environ. On vous laisse imaginer la fluidité de la circulation qui va en découler sur cette zone.

Le PCC est doté d'un système électronique parmi les plus modernes au monde

 Les participants à cette opération de lancement ont aussi relevé la qualité de service et de réalisation répondant aux normes internationales en la matière.
   A cette occasion, la délégation a visité le poste de commande centralisée (PCC - Ruisseau), véritable « cerveau » du fonctionnement du métro d'Alger. Il se charge de la gestion et du contrôle des mouvements, de la position, de l'autorisation de mouvement et de l'itinéraire des trains. « Le PCC est doté d'un système électronique parmi les plus modernes au monde,  et permet, en cas de besoin, une conduite automatique des trains », a souligné le PDG de l'Entreprise  du métro d'Alger (EMA), M. Aomar Hadbi. Il a précisé  que « ce système électronique qui contrôle et gère à la fois les trains et les cellules d'énergie électrique est le même que celui utilisé par le métro de New York, celui de Barcelone et récemment de Lausanne ».
 S’agissant des étapes à suivre avant que le voyageur ne prenne son métro, nous apprendrons, à titre d’exemple, que l’achat du titre de transport se fera à l’intérieur des stations, aux guichets de vente ou aux distributeurs automatiques prévus à cet effet. Les tickets seront également disponibles à l’extérieur dans certains commerces tels que les kiosques et les taxiphones, facilement repérables.
Pour avoir accès aux quais du métro, le guide nous a expliqué que le titre de transport devra être validé. Pour ce faire, il faudra l’introduire dans un appareil de contrôle pour permettre l’ouverture de la barre de sécurité (tripodes), libérant ainsi le passage. Rendez-vous est donc pris pour le début du mois d’octobre !
Makhlouf Ait Ziane
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions