samedi 30 mai 2020 16:43:36

Désagréments sur les lieux Saints de l’Islam : Contrairement au hadj, l’Etat ne gère pas la omra

L’organisation du hadj et de la omra pose toujours problème. Hier comme aujourd’hui, les candidats et candidates au hadj font face aux mêmes problèmes de transport, d’hébergement, d’organisation…

PUBLIE LE : 04-09-2011 | 0:00
D.R

L’organisation du hadj et de la omra pose toujours problème. Hier comme aujourd’hui, les candidats et candidates au hadj font face aux mêmes problèmes de transport, d’hébergement, d’organisation…
Certes, l’augmentation croissante du nombre de pèlerins, chaque année, constitue un argument de poids pour les divers organisateurs du pèlerinage, mais il ne peut justifier  à lui seul la mauvaise prise en charge des pèlerins algériens. C’est le cas justement de certains de nos concitoyens, qui sont allés accomplir la omra durant le mois de Ramadhan dernier, et qui se trouvent dans un état de fatigue limite, du fait de la chaleur torride qui caractérise la péninsule arabique, de leur âge avancé, des maladies qui les affectent, auxquelles s’ajoutent les tracasseries interminables du transport aérien, au niveau des aéroports saoudiens.
Si l’opération hadj, dont la période de déroulement est fixée dans le temps, est gérée en grande partie par les pouvoirs publics qui, ce faisant, veillent constamment à assurer une bonne prise en charge des hadjis, le problème vient du petit pèlerinage ou omra, qui se déroule tout au long de l’année et dont l’organisation est laissée entre les mains des agences de tourisme et de voyages privées, lesquelles n’arrivent pas, pour certaines d’entre elles, à assurer correctement le rôle et la mission pour lesquels elles ont été payées. Conscientes de leurs responsabilités, les autorités du pays essaient d’apporter de l’aide en ouvrant les structures de santé de la mission algérienne du hadj aux pèlerins, mais c’est insuffisant par rapport aux énormes besoins des hadjis, lesquels sont, dans beaucoup de cas, livrés à eux-mêmes. Plusieurs raisons matérielles et techniques sont invoquées par les 133 agences de tourisme et de voyages privées qui ont pris en charge les 120.000 candidats à la omra cette année, sur la base d’un cahier de charges en bonne et due forme, en prenant soin de taire l’inexpérience, le manque de professionnalisme et la recherche du gain facile qui caractérisent nombre d’entre elles… et qui sont à l’origine des mésaventures de nos pèlerins. Cette déplorable situation ne peut durer indéfiniment, pour le bien de tous, sachant que le pèlerinage aux lieux saints de l’islam, auquel participent une vingtaine d’agences publiques et privées, se trouve à quelques encablures, d’où la nécessité d’une évaluation rigoureuse de la participation de ces agences à la omra 2011.

Mourad A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions