mercredi 08 juillet 2020 16:30:13

Tabari : L’historien des rois et des peuples

Il est le premier musulman a avoir rédigé un ouvrage monumental sur l’histoire du monde depuis ses origines jusqu’au troisième siècle de l’hégire.

PUBLIE LE : 30-08-2011 | 0:00
D.R

Il est le premier musulman  a avoir rédigé un ouvrage monumental sur l’histoire du monde depuis ses origines jusqu’au troisième siècle de l’hégire. Abou Djaafar Mohamed ibn jarir ibn Yazid est né en 839 au Tabaristan d’où son surnom de Tabari.   « La chronique, histoire des prophètes et des rois » est une référence incontournable pour celui qui veut jeter à travers les « enquêtes » de Tabari un œil « indiscret » sur les oppositions de nombreux chefs politiques pour l’accession au pouvoir.  Dans ce livre, Tabari déroule l’histoire du monde telle qu’elle est  décrite dans le livre saint mais aussi telle qu’elle est interprétée par les hommes et traduite dans des légendes et poèmes. Mais à partir de la période islamique et concernant la vie du prophète, Tabari ne s’appuie que sur deux sources ; le Coran et le Hadith.
Bien qu’étant d’origine iranienne ce n’est, pourtant, pas dans sa  langue maternelle  qu’il  va s’exprimer .  Sunnite, il écrira,  « vivre et mourir à Bagdad». Une ville qu’il  rejoint tôt dans l’espoir de côtoyer Ahmed  ibn Hanbal ; mais ce dernier décède juste avant que le jeune homme âgé de 17 ans  n’arrive à cette ville. Tabari va, malgré tout, s’établir  définitivement dans cette ville et rédiger la totalité de ses chroniques dans la langue du Coran .
Dans la tradition des savants de l’époque Tabari fera de nombreux voyage après celui, le premier, qu’il a effectué à l’âge de 12 ans en quittant le domicile familial avec comme bagage intellectuel une connaissance par cœur du Coran.  Il a séjourné en Irak, exactement à Koufa et à Bassorah . Il a aussi voyagé en Egypte, en Syrie et en Palestine.  Des voyages « ponctuels » car il retournait à chaque fois dans sa ville d’adoption : Bagdad .Vers l’âge de 30 ans il cessa définitivement ses voyages et passa le reste de sa vie (une cinquantaine d’années) à Bagdad  où il décède  en 923.
Tabari a écrit de nombreux ouvrages touchant à presque tous les domaines du savoir qu’il a étudié. Son «Tafsir» du Coran qui a traversé les siècles en perdant, malheureusement, quelques  chapitres ne compte pas moins 3000 pages !
Écrivain prolifique  et penseur «total» Tabarî a écrit des livres touchant à presque tous les domaines de la vie musulmane : histoire, commentaire du Coran (tafsīr,  exégèse»), recueil de hadiths, commentaires de droit (fiqh).
Il s'est aussi intéressé à la médecine profitant de ses connaissances pour prescrire des remèdes à ses amis et étudiants. Ses œuvres les plus connues et les plus volumineuses sont  celui qu’on a déjà évoqué : les Chroniques de tabari, histoire des prophètes et des rois; le Jāmi` al-bayān `an ta'wīl āy al-Qur'ān, plus connu sous le nom de Tafsir At-Tabari ; il a été édité en 896 et 930. Ce tafsir allait devenir un des travaux de ce genre les plus connus et un des plus précoces. Un  exemplaire original se trouverait  en Afghanistan et Tahdhīb al-Athār ; ce dernier  traite des  traditions rapportées des sahabahs (les compagnons du prophète) Il est , malheureusement, inachevé. L’auteur, y, rapporte les évènements avec leur isnâd (chaîne de transmission) laissant aux savants postérieurs le soin de distinguer les récits authentiques des récits forgés : les faits et les légendes sont traités à égalité
M. K.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions