lundi 19 octobre 2020 16:28:29

Association nationale des commerçants et artisans : Réduire la facture des importations

L’Association nationale des commerçants et artisans vient de mettre en place un programme spécial visant à garantir une offre abondante en différents produits de consommation afin de réduire la dépendance du pays à l’égard du marché international.

PUBLIE LE : 10-09-2020 | 0:00
Ph. Wafa

L’Association nationale des commerçants et artisans vient de mettre en place un programme spécial visant à garantir une offre abondante en différents produits de consommation afin de réduire la dépendance du pays à l’égard du marché international. «Cette démarche concrète vise à dynamiser la production nationale et à réduire la facture des importations», a déclaré, hier à Alger, le président de l’association, El Hadj Tahar Boulenouar lors d'une conférence de presse tenue au niveau de son siège de la SAFEX.
M. Boulenouar a fait savoir que ce programme regroupe, dans un premier temps, pas moins de 30 entreprises exerçant dans différents domaines d’activités (commerce, services et artisanat).
Ces entreprises devraient améliorer et développer leurs activités respectives à travers la mise en place d’une feuille de route spécifique à chaque créneau.
Détaillant la finalité de ce programme, le président de l’ANCA dira que le but essentiel et de lever les contraintes qui se dressent devant le développement et opter pour une véritable stratégie en la matière. «La faiblesse de la production nationale, la complexité du réseau de distribution (plusieurs intermédiaires), le déficit en marchés de gros et de proximité ne jouent pas en faveur de l’essor de l’activité commerciale dont une bonne partie évolue dans l’informel», a-t-il noté.
Ces 30 entreprises sélectionnées vont améliorer le réseau de distribution efficace pour garantir aux commerçants et aux artisans la commercialisation de leurs marchandises de manière plus fluide et plus sûre.
L’ANCA a imposé des critères pour que ces acteurs économiques puissent bénéficier de ce réseau. Il s’agit de la qualité des produits qui doivent répondre aux normes internationales et la quantité et l’abondance des articles à un prix concurrentiel. Cet accompagnement concernera également les grossistes autorisés à réaliser des opérations de commerce de troc frontalier avec le Mali et le Niger.
M. Boulenouar a fait savoir que le cap sera mis les prochains jours, sur la poursuite du programme de réalisation des marchés de gros et de détail à travers le pays. Il a insisté sur l’urgence de la mise à niveau des marchés. «On n’a pas un marché de gros digne de ce nom. Il faut noter que beaucoup des commerçants et artisans refusent d’exposer leurs produits dans ces conditions.
Cela a un impact négatif sur la relance de l’économie nationale», dit-il. Il a estimé que la spéculation est le résultat d’un monopole et que le manque de production ne fait que renforcer.
«Pour éradiquer ce phénomène, il faut impérativement encourager la production nationale qui est la seule alternative pour lutter contre la spéculation», a-t-il indiqué. De son côté, l'analyste et expert économique, Abdelkader Berriche a souligné que le professionnalisme des commerçants passe par des règles qu’il faut instaurer au plus vite.
«Il faut aller vers la formation des commerçants. Grâce au professionnalisme, à l’accueil et à la disponibilité, le commerce de proximité va tirer son épingle du jeu», a-t-il souligné.
    Sarah Benali Cherif

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions