lundi 25 mai 2020 19:52:34

Rebond des crédits hypothécaires bonifiés durant le 1er semestre : Bonus…

Les crédits hypothécaires à taux bonifiés de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (Cnep-banque) ont rebondi durant le premier semestre de l’année en cours, dépassant l’ensemble des crédits bonifiés octroyés en 2010, selon cette banque publique.

PUBLIE LE : 23-08-2011 | 0:00
D.R

Les crédits hypothécaires à taux bonifiés de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (Cnep-banque) ont rebondi durant le premier semestre de l’année en cours, dépassant l’ensemble des crédits bonifiés octroyés en 2010, selon cette banque publique.        
 Ces crédits sont passés de 142 crédits d’une valeur globale de 209 millions de dinars durant le premier semestre 2010, ou plus précisément le 2e trimestre  puisqu’ils n’étaient effectivement appliqués qu’à partir du 20 mai 2010, à 6.588 crédits totalisant plus de 9 milliards durant les six premiers mois de l’année en cours, soit une hausse de 4.539 % en nombre et de plus de 4.237 % en termes de montant.       
Les crédits bonifiés de la Cnep, à 1 % et à 3 % ont ainsi dépassé en six mois l’ensemble des crédits bonifiés accordés durant les trois derniers trimestres de 2010, estimés alors à 6.218 crédits d’un montant total de 7,73 milliards de dinars, selon la Cnep-banque.  
Toutefois, la cadence de l’octroi de ces crédits, que ce soit pour l’accession ou pour la construction de logements, s’était accélérée dès le deuxième semestre de 2010.  De 142 crédits durant le second trimestre 2010, ces crédits sont passés à 6.218 à la fin de l’année 2010.       
 Les crédits bonifiés pour l’accession, classés "meilleur produit" de la CNEP pour 2010, avaient atteint, à eux seuls, 5.319 crédits pour un montant  total de 6,51 milliards de dinars. Le 14 mars 2010, un décret exécutif avait fixé les modalités d’octroi de crédits bonifiés pour l’achat d’un logement collectif ou pour la construction d’un logement rural.  Le texte fixe à 1 % les taux d’intérêt appliqués sur les revenus allant de 1 à 6 fois le SNMG (soit de 15.000 à 90.000 DA), et à 3 % pour les revenus représentant 7 à 12 fois le SNMG (jusqu’à 180.000 DA).        
Avant cette mesure, les taux s’inscrivaient dans une fourchette de 5,75 %  à 6,5 %, voire 8 % dans certaines banques. La différence entre le taux "préférentiel" des crédits immobiliers, fixé à 6 %, et les taux bonifiés est prise en charge  par l’Etat.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions