jeudi 04 juin 2020 22:18:15

Séminaire sur la normalisation du 26 au 28 septembre : La certification et la contrefaçon dans les TIC en débat

Les travaux de cette rencontre de trois jours seront axés notamment sur la réduction de l’écart en matière de normalisation au niveau des pays arabes et africains.

PUBLIE LE : 18-08-2011 | 0:00
D.R

C’est pour permettre aux entreprises du secteur de s’adapter aux normes internationales que l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) organise, en collaboration avec le bureau de la normalisation de l’Union internationale des télécommunications (UIT), du 26 au 28 septembre à l’hôtel Sheraton d’Alger, un atelier régional sur la normalisation.
Les travaux de cette rencontre de trois jours seront axés notamment sur la réduction de l’écart en matière de normalisation au niveau des pays arabes et africains.
L’objectif, explique l’organisateur, est de fournir à ces pays en voie de développement des conseils pratiques pouvant les aider à se mettre aux normes internationales de normalisation dans le secteur des TIC.  
Les experts de l’UIT qui seront présents à l’événement aborderont également la problématique de la contrefaçon dans le secteur des télécommunications à travers ses divers segments d’activité. En effet, ce phénomène n’épargne plus aucun secteur, et les pertes financières subies par les opérateurs de télécommunications deviennent de plus en plus importantes ces dernières années.
Des interventions des représentants de l’Institut algérien de la normalisation (IANOR) et de l’Institut national de la propriété industrielle (INAPI) sont également prévues à cette rencontre qui consacrera, par ailleurs, la troisième journée de ses travaux à la formation interactive au profit de certaines universités algériennes, et ce, dans le cadre de l’ouverture de l’UIT sur le monde universitaire.
En somme, il est attendu de cet événement de sensibiliser davantage les intervenants dans le monde des Tic sur la nécessité de la certification et de la normalisation afin de hausser le niveau de leurs entreprises aux standards internationaux.
Car il demeure que l’écart à combler en matière de normalisation, au niveau des pays arabes et africains, est très grand. En Algérie, le nombre total des entreprises certifiées, tous secteurs confondus, est très faible, et ce, en dépit de l’existence d’un cadre juridique assez renforcé inhérent à la normalisation, l’accréditation et la métrologie.
Et pour sensibiliser au mieux les opérateurs économiques sur la question, les pouvoirs publics ont accordé plus d’efficacité aux organismes de normalisation et prévoient la réalisation de trois laboratoires spécialisés en qualité et normalisation, respectivement à Sidi Abdallah (Alger), à Constantine et à Ouargla.
Hamida B.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions