vendredi 14 aot 2020 20:29:12

Le football et ses maux : Le nécessaire assainissement

Le football national est malade. Malade de plusieurs maux. Parmi eux, le manque de moyens financiers. La majorité des clubs n’ont de professionnel que le nom.

PUBLIE LE : 08-07-2020 | 23:00
D.R
En effet, dépourvus de moyens sur le double plan infrastructurel et financier, en plus d’une gestion approximative, les équipes dites de l’élite souffrent financièrement et vivent, chaque saison pratiquement, des situations de crises récurrentes, ne voyant point le bout du tunnel. 
Devant cette situation complexe, à multiple facettes, il est plus qu’évident, que l’on ne pourra pas continuer indéfiniment dans une telle tourmente, qui n’augure rien de bon pour le football national dont le niveau ne cesse de régresser.  Le problème se résume en deux points essentiels : l’absence d’une structuration digne de ce nom au niveau administratif de la plupart de nos clubs avec, la plupart du temps, un personnel peu qualifié et un environnement économique qui n’est ni propice ni adapté au monde du sport en général, à celui du football en particulier. Il est absolument nécessaire de réfléchir à mettre en place les mécanismes adéquats qui permettront une réelle osmose entre le sport et l’environnement économique. 
 
Pour cela, les différentes parties concernées devront se mettre autour d’une table pour discuter, dialoguer et proposer des solutions. 
Cela permettra à moyen et long terme aux clubs de parvenir à un autofinancement, qui sera salutaire pour leur avenir. 
Les clubs professionnels, plus particulièrement, doivent absolument planifier dès à présent leur plan d’action afin de répondre aux exigences du statut qui est le leur, qui est tenu par ailleurs de répondre à un cahier des charges bien défini et suffisamment étudié. Les autorités compétentes du pays, les spécialistes en matière de gestion et structuration du football et les clubs professionnels, sont appelés à faire le travail nécessaire pour que le sport le plus populaire de la planète puisse répondre aux attentes des amoureux de la balle ronde nationale. 
On connaît la ferveur et la passion des supporters algériens à travers toutes les régions du pays, pour le football plus particulièrement. Certes, les pouvoirs publics seront inévitablement appelés à accompagner le projet de développement du sport et du football, en apportant leur aide comme ils l’ont toujours fait. Toutefois, désormais, il ne faudra le faire que pour les clubs qui présentent un vrai programme et qui disposent d’un organigramme qui réponde aux normes.  Il n’est plus possible que l’Etat soit considéré comme une vache à traire, attirant les opportunistes et prédateurs de tous bords, prêts à tout pour profiter de la manne ainsi distribuée, sans que l’on se soucie d’un quelconque développement de la pratique sportive, ni de l’épanouissement de la jeunesse algérienne à travers le sport. 
Quand assistera-t-on enfin à un véritable travail dans le sens souhaité ? Seul un personnel qualifié et donc un sérieux investissement sur de véritables compétences en la matière, à travers le choix des hommes intègres et qualifiés, pourra faire la différence. L’ère du bricolage est révolue, les autorités du pays et la tutelle, à travers le MJS, le soulignent à chaque fois depuis l’avènement de l’Algérie nouvelle. De bon augure. 
 
Mohamed-Amine Azzouz
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions