lundi 06 juillet 2020 17:30:39

M. Aymen Benabderrahmane, ministre des Finances

«Instaurer de nouvelles règles de gouvernance budgétaire»

PUBLIE LE : 30-06-2020 | 0:00
Ph. : Billal
«La mise en place d’une nouvelle gouvernance budgétaire appropriée et rénovée des finances publiques est aujourd’hui plus que nécessaire», a déclaré, hier, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, lors d’une journée d’étude portant sur la mise en œuvre de la réforme budgétaire.
 
Il affirme qu’il est «impératif de suivre et d’évaluer chaque dinar dépensé, notamment sur le budget de l’Etat». Dans son discours, le premier argentier du pays dira que l’instauration de nouvelles règles de gouvernance budgétaire constitue «l’un des axes inscrits au titre de l’action relative à la mise en place de la réforme financière, prévue par le plan d’action du Gouvernement». Cette réforme budgétaire, explique le ministre, portera sur les principes de la bonne gouvernance et reposera sur la gestion par la performance, la modernisation et l’informatisation des outils budgétaires, la transparence et la maitrise des risques. Des atouts qui «constitueront l’assise du système de gestion des finances publiques». Sur sa lancée, M. Benabderrahmane indique que la nouvelle approche et les nouveaux instruments de gestions budgétaire prévus par la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF), «se basent sur une logique de budget dont les crédits sont globalisés dans un cadre pluriannuel, et ce, tout en garantissant un niveau important de fongibilité des crédits ouverts». Dans le même ordre d’idées, le ministre souligne que l’entrée en vigueur de la LOLF, prévue pour 2023, «nécessite la contribution de tous» avec à la clé une «prise de conscience de l’importance de cet enjeu». Pour sa 2e étape, le nouveau cadre budgétaire s’articulera sur la mise en place des textes d’application prévus par la LOLF, la mise en place des systèmes d’information appropriés, et le lancement d’un programme de formation pour la gestion budgétaire sous les règles de la LOLF. 
 
Vignette automobile : délais prolongés au 15 juillet
 
Notons par ailleurs que le projet de modernisation budgétaire verra une refonte du cadre juridique. A ce titre, le premier apport de la LOLF est la consécration de l’approche managériale du budget ou gestion axée sur le résultat, au lieu d’une approche traditionnelle basée sur les moyens. Il est également question de la mise en place d’un système informatique. La LOLF implique d’opérer la transition numérique à travers le développement et la mise en œuvre de solutions informatiques de gestion, dont le Système intergouvernemental de budgétisation et le Système intégré de gestion de gestion budgétaire. Sur la formation des cadres, l’objectif actuel pour le ministère est de former 150 formateurs qui dispenseront la formation aux agents budgétaires estimés à environ 6.000. La formation a pour objectif d’initier les acteurs budgétaires au cadre légal et réglementaire de la LOLF et de maîtriser les techniques de la gestion axée sur les résultats pour exercer efficacement leurs nouvelles tâches. 
 
Endettement extérieur :  «une voie pénalisante»
 
Dans un point de presse tenue à l’issue de cette rencontre, le ministre des Finances a annoncé que le délai d'acquisition de la vignette automobile est prolongé jusqu'au 15 juillet prochain, initialement prévu au 30 juin. Répondant aux questions des journalistes, il réaffirme la décision du Chef de l’Etat de ne pas recourir ni à l'endettement extérieur, précisant que cette voie pénalise le processus de développement et l’indépendance de notre décision économique et financière. En écartant cette possibilité, M. Benabderrahmane précise que l’Algérie dispose de marges que nous allons exploiter pour financer les déficits budgétaires, et rassure que l’investissement ne s’arrête pas en Algérie et le gouvernement s’attèle à déployer tous les moyens.
 Sur une question inhérentes aux liquidités de la Banque d’Algérie, le ministre rassure qu’elles sont à «un niveau acceptable», écartant tout éventuel impact négatif sur l’investissement. 
Concernant le thème de cette journée d'études, le ministre a fait savoir qu'il s'agit d'évoquer le début de réforme globale des finances publiques afin d'instaurer plus de transparence «et donner plus de diligence aux responsables des différents responsables ministériels et des organismes publics à l'effet de préparer leurs budgets sur un objectif triennal». 
Il ajoutera «Cela permettra aux gestionnaires de maîtriser les flux budgétaires et à l'Etat de se projeter sur des espaces temporels plus conséquents, notamment pour éviter d'être pris au dépourvu et éviter ainsi de dévier des objectifs initiaux ainsi que les réévaluations budgétaires qui ont impacté négativement le budget de l'Etat dans le passé».
 Sur un autre sujet, M. Benabderrahmane promet une réforme bancaire et financière qui sera porteuse de «belles surprises» et dont les maîtres-mots seront la monétique, la digitalisation, la numérisation. Le tout s’inscrit dans la nécessaire réforme de la gouvernance et la structuration des banques. 
Fouad Irnatene
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions