lundi 06 juillet 2020 19:20:04

Talaie El Houria : «Des législatives avant l’adoption de l’amendement constitutionnel»

Les propositions transmises cette semaine à la Présidence de la République

PUBLIE LE : 30-06-2020 | 0:00
D.R
Le parti Talaie El Houriat, a annoncé, dimanche dernier, que les propositions concernant l’avant-projet de révision de la Constitution seront transmises à la Présidence de la République à la fin du mois en cours, a indiqué le secrétaire général par intérim, Abdelkader Saadi. 
 
L’invité de l’émission «Fi Samim», diffusée par la télévision nationale, précise que le parti a achevé l’élaboration des propositions autour de la mouture et devait les déposer à la présidence avant de décider leur remise suite à la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de prolonger le délai de réception des propositions.
 
Talaie El Houriat a émis des réserves quant au timing du débat. 
«Le contexte actuel marqué par la crise sanitaire ne permet pas une meilleure adhésion des citoyens pour l’enrichissement du débat. Les citoyens confinés sont préoccupés par l’avenir scolaire de leurs enfants, notamment l’examen du baccalauréat et par l’effondrement des prix du pétrole et ses conséquences et la fonte des réserves de change», dit-il.  Toutefois, le parti a participé au débat et a mis en place un groupe de travail composé de cadres qualifiés pour enrichir la mouture. M. Saadi rappelle que le parti a soumis 12 propositions pour l’amendement de la Constitution, lors de son entretien avec le président de la République, dont certaines ont été prises en charge, dans la mouture. Il plaide pour «la définition des propositions liées à la nature du régime, à la moralisation de la vie publique et politique, à l’indépendance de la justice et à la libération de l’initiative parlementaire et la consécration de l’opposition». 
 
Le SG par intérim relève des avancées dans l’avant-projet de révision de la Constitution et une amélioration notamment en matière de renforcement des libertés. Il ajoute que les articles concernant la liberté d’expression sont plus clairs dans l’avant-projet mais il constate «l’absence de mécanismes à même de faire respecter ces nouvelles dispositions, notamment la neutralité de l’administration lorsqu’il s’agit des partis politiques et des syndicats». S’agissant de la proposition de la constitutionnalisation du Hirak, le parti avait appelé à la structuration du mouvement à plusieurs reprises et le SG par intérim évoque «la minorisation des aspirations du mouvement populaire du 22 février, dans l’avant-projet, à des revendications sociales, occultant les demandes de changement radical, de mise en œuvre de réformes structurelles pour l’émergence d’une économie créatrice de richesses et d’emplois ainsi que la lutte contre la corruption et l’indépendance de la justice». 
 
Sur la limitation des prérogatives du président de la République et du chef du gouvernement, le SG par intérim soutient que dans la mouture, «cette disposition s’oppose aux principes de la démocratie et à la volonté populaire». 
«On ne peut pas nommer un vice-président disposant des mêmes prérogatives que le président pour poursuivre la mission de celui-ci en cas de force majeure. Nous avons toujours revendiqué un régime semi-présidentiel, tout en respectant la volonté des électeurs avec un chef du gouvernement issu de la majorité parlementaire et un équilibre entre les prérogatives de celui-ci et celles du président», insiste M. Saadi. Le SG par intérim a émis des réserves sur la composante du Conseil supérieur de la magistrature. «L’avant-projet de révision constitutionnelle ne garantit pas l’autonomie du Conseil supérieur de la magistrature vis-à-vis de l’exécutif et ne consacre pas son autorité dans la gestion de la carrière, de l’inspection et de la discipline», dit Abdelkader Saadi. Il propose la dissolution de l’APN et plaide pour une élection législative anticipée avant la présentation de l’avant-projet de la Constitution. Enfin, M. Abdelkader Saadi plaide pour «la promotion des deux langues nationales à savoir l’arabe et tamazight dans les institutions publiques».
Neïla Benrahal 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions