lundi 06 juillet 2020 19:38:19

Les jeunes promoteurs s’impliquent

13 000 micro-entreprises ont été financées par l’ANSEJ depuis la création de ce mécanisme en 1998, a indiqué Tarek Belmili, directeur de l’agence de wilaya, au lendemain d’une rencontre en visioconférence des jeunes chefs d’entreprise et des représentants du mouvement associatif.

PUBLIE LE : 29-06-2020 | 0:00
D.R
 
l s'agissait d’évaluer le chemin parcouru, de cerner les contraintes qui ont marqué ces étapes et formuler des propositions allant dans le sens de l’émergence de la meilleure vision qui soit pour impulser la dynamique de la richesse et de l’emploi. 
Cette rencontre est organisée en application des orientations du ministère délégué chargé des incubateurs et du DG de l’Ansej pour promouvoir le dialogue et la concertation avec les jeunes. Des membres de l’association de l’élevage bovin, de l’Union nationale des jeunes investisseurs, de l’Ansej, de l’Angem et la CNAC ainsi que de la Fédération nationale des jeunes investisseurs et le Groupe national de jeunes d’aide aux petites entreprises(CAME) y ont participé.
Les chefs d’entreprise ont demandé à relever le plafond des investissements et  à avoir accès aux différents crédits bancaires, notamment les crédits d’exploitation pour ne pas aller à l’autofinancement, souligne le directeur de l’ANSEJ, avec un accès au foncier industriel, sachant que certaines entreprises ne bénéficient pas de cet avantage malgré leurs demandes qui datent de plus de 8 ans. Une demande d’autant plus justifiée par le fait que ces entreprises commencent à exporter et qu'elles ont besoin d’être accompagnées par les pouvoirs publics, ajoute l’intervenant, qui stipule que sur 24 demandes exprimées, une seule entreprise à bénéficié d’une assiette foncière. Des propositions qui font également état de la place importante qui doit être consentie à la formation continue sur la gestion de l’entreprise et du marketing au moment où d’autres jeunes relèvent le besoin de locaux adaptés, voire modulables pour y exercer leurs activités.
La restructuration des crédits bancaires en gardant le même avantage de bonification et l’effacement des pénalités de retard pour les petites entreprises impactées par la pandémie de Coronavirus avec, dans ce contexte, l’intervention du fonds de garantie à réhabiliter est aussi réclamé. Cela à côté du respect des 20% de la commande publique énumérée sur les cahiers des charge avec l’intégration de la sous-traitance. Une dynamique de la culture entrepreneuriale qui est également développée par l’agence de l’ANSEJ avec les deux universités de Sétif à l’effet d’informer et former des chefs d’entreprise qui sont à même de s’inscrire dans la durée avec l’objectif premier de la création de la richesse et de l’emploi. C’est à ce titre que des maisons de l’entreprenariat sont implantées et activent au niveau des deux universités Ferhat-Abbès et Mohamed Lamine-Debaghine.
 
F. Zoghbi
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions