mercredi 05 aot 2020 22:34:14

Dans une déclaration au journal online Axios : Trump envisagerait de rencontrer Maduro

Après une mise à prix de plus de 15 millions de dollars, le Président américain a, dans une interview à l’agence de presse Axios, déclaré dimanche qu’il envisagerait de rencontrer le président vénézuélien Nicolas Maduro, et a également suggéré qu'il avait réfléchi à sa décision de reconnaître le chef de l'opposition Juan Guaido comme chef légitime du pays.

PUBLIE LE : 22-06-2020 | 23:00
D.R

Après une mise à prix de plus de 15 millions de dollars, le Président américain a, dans une interview à l’agence de presse Axios, déclaré dimanche qu’il envisagerait de rencontrer le président vénézuélien Nicolas Maduro, et a également suggéré qu'il avait réfléchi à sa décision de reconnaître le chef de l'opposition Juan Guaido comme chef légitime du pays. Une sortie déroutante à laquelle il nous a tant habitués durant son mandat qui a été surtout marqué par des challenges qu’aucun de ses prédécesseurs n’a osé relever, comme les deux sommets avec le leader nord-coréen Kim Jong-un, ou son rapprochement avec le patron du Kremlin, Vladimir Poutine ou le Chinois Xi Jinping, avant que toutes ces relations de conjoncture ne se s’affaissent comme des «îles flottantes».
Si Donald Trump avoue avoir refusé par le passé de se réunir avec l’homme fort de Caracas, l’idée d’un sommet semble faire son bonhomme de chemin. «J'y penserai peut-être... Maduro aimerait me rencontrer. Et je ne suis jamais opposé aux réunions», a déclaré Trump à l'agence de presse en ligne. Une évolution surprenante alors que quelques semaines plus tôt, le locataire de la Maison Blanche accusait clairement le Président vénézuélien d’être à la tête d’une organisation de narcotrafiquants. Le procureur général américain, William Barr, avait même accusé le Venezuela et son président d’avoir «fomenté un plan pour inonder les Etats-Unis de cocaïne», et ce, en lien avec les FARC de Colombie. Une accusation suivie immédiatement de faits sur le terrain par une démonstration de force de la Marine américaine au large des côtes vénézuéliennes. Le 1er avril, Donald Trump a annoncé le déploiement dans les Caraïbes, à proximité des côtes vénézuéliennes, d’une force navale et aérienne, dans le cadre d’une «opération antidrogue dans les Caraïbes». Les tentatives de chasser le dirigeant chaviste du pouvoir se sont enchaînées côté américain. La veille de l’annonce du déploiement militaire, le 31 mars, Washington avait proposé au dirigeant vénézuélien comme à l’opposant Juan Guaidó de lever les sanctions contre le Venezuela en contrepartie d’un «plan pour une transition démocratique». Pour certains analystes, cette démarche était déjà synonyme d’une nouvelle amorce dans la politique américaine envers Caracas.  La déclaration du Président Trump, qui n’en est pas à son premier coup d’essai comprend à s’y méprendre les même ingrédients et les mêmes dosages que ceux utilisés avec Pyongyang. Une rencontre, une poignée de main historique et la remise sur la table du plan pour «une transition démocratique» en échange d’un allègement des «pressions maximales» imposées à la République bolivarienne. Tout cela dépendra des résultats du scrutin de novembre prochain.
M. T.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions