mercredi 15 juillet 2020 13:14:52

Energie, agriculture, habitat et travaux publics : des secteurs prometteurs

Questions orales à quatre ministres au Conseil de la nation

PUBLIE LE : 06-06-2020 | 0:00
Ph. : Y. Cheurfi

Les secteurs de l’Énergie, de l’Agriculture, de l’Habitat et des Travaux publics ont fait l’objet, jeudi, au Conseil de la nation, d’une séance plénière consacrée aux questions orales posées aux ministres des départements concernés.

///////////////////////////////////////////

Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie :  
«Réadaptation de la stratégie de commerce international du gaz»

Les perspectives de l’activité de raffinage ont été expliquées dans le détail par le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, dans sa réponse à une question sur le projet de construction d’une raffinerie à Tiaret. La réalisation de cet important projet, très attendu pour insuffler une dynamique économique au développement local, sera engagée à partir de 2022.

Il a réaffirmé l’intérêt que requiert le segment de la pétrochimie en tant qu’axe majeur dans la politique énergétique. En plus de la raffinerie de Tiaret, deux autres infrastructures du genre verront le jour à l’horizon 2024, l’une à Hassi Messaoud et l’autre à Skikda. Une fois réceptionnées, chacune de ces trois raffineries aura une capacité de production de 3 millions de tonnes de carburants, a-t-il ajouté, précisant que les études techniques et d’aménagement des sols ont été achevées en 2017.
Concernant la raffinerie de Hassi Messaoud, sept sociétés ont présenté des offres techniques sur les 18 ayant retiré le dossier d’appel d’offres national et international restreint lancé par Sonatrach. Il s’agit des groupements Sinopec/Cti, Petrofac/Gs, Tecnicas Reunidas/Samsung Engineering, des sociétés China Huanqui Contracting & Engineering, Hyundai Engineering, Maire Tecnimont/Petrojet et Hualu Ingineering. La réalisation de cette raffinerie, d’un coût d’environ 4 milliards de dollars, obéit essentiellement à l’idée de répondre aux besoins des régions du Sud en carburants, particulièrement le gasoil, actuellement produit à Skikda. Une fois opérationnelle, elle permettra «d’économiser les frais de transport et de distribution», fera observer le ministre. Ces trois projets seront réalisés durant la période 2021-2024 et visent, dit-il, «à assurer les approvisionnements nationaux en carburants à moyen et long termes, de même qu’à augmenter les capacités du pays en valeur ajoutée manufacturière». Il ajoute qu’un groupe d’experts s'attelle actuellement à l’examen des spécificités du carburant en vue d'augmenter les capacités de production des raffineries actuelles, et ce sans recourir à des quantités de pétrole brut supplémentaires. Cela permettra, dit-il, de consolider les recettes d’exportation des hydrocarbures et de réduire, de surcroît, le déficit budgétaire dans la balance des paiements. La consommation nationale en carburants est en outre sans cesse croissante, a fait savoir le ministre, expliquant que celle-ci est passée de 5,6 millions de tonnes en 2000 à 14,4 millions de tonnes en 2019, soit une hausse annuelle de 5,1 % durant cette période, d’où le recours à l’importation. Toutefois, la récente réhabilitation des raffineries d’Alger, de Skikda et d’Arzew ont permis de réduire très sensiblement la facture d’importation du carburant, ces infrastructures assurant une production de 100% en essence et 84% en gasoil.
Le ministre fera savoir que le recrutement par Sonatrach des personnes du Sud obéit au principe d’égalité des compétences.
«Sonatrach et ses filiales appliquent un plan annuel dans le respect des lois en vigueur et avec la participation de l’Agence nationale de l’emploi», a-t-il soutenu. Évoquant le concours de recrutement de 450 employés de Laghouat en 2019, il précise que 279 employés avaient été officiellement recrutés, en attendant la réorganisation du concours pour les postes restants en coordination avec les autorités locales.
En marge de la séance plénière, M. Arkab a déclaré à la presse que Sonatrach s’emploie à réadapter sa stratégie de marketing dans le domaine du commerce gazier pour faire aux nouvelles mutations du marché mondial. Il explique, à ce titre, que «plusieurs autres pays injectent sur le marché de grandes quantités, notamment avec le développement de la production de gaz de schiste et de gaz liquéfié». Il a assuré, en ce sens, que l'Algérie «restera le fournisseur préféré» des pays européens, notamment grâce aux pipelines garantissant le raccordement direct aux clients. «Nous exportons toujours de grandes quantités vers l'Europe et nous avons des partenariats fructueux, tout en œuvrant à préserver nos clients et à négocier avec eux selon le principe de l'intérêt commun» a-t-il dit, mettant l’accent sur la nécessité de voir ces partenariats contribuer efficacement au succès de la politique de la transition énergétique à laquelle aspire le pays. Concernant la prochaine réunion OPEP-non OPEP (Opep+), la semaine prochaine, il dit que son ordre du jour traitera essentiellement de l'évaluation des engagements de chaque partie concernant l'accord de réduction de la production de pétrole et la poursuite de cette coopération fructueuse. L’application des parts de réduction convenues pour tous les pays, dans le cadre du groupe Opep+, fait ressortir des indicateurs positifs. Cette dynamique est aussi soutenue par des réductions spontanées de la part de la Russie, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Koweït, a et a permis «des résultats dans le redressement des cours du pétrole». Comme prévu, poursuit M. Arkab, le déconfinement dans plusieurs pays en Asie et en Europe, outre l’application stricte de l’accord de réduction (9,7 millions de barils/jour en mai et juin) ont grandement contribué à la tendance haussière des cours. «Ce redressement se poursuivra en parallèle avec la reprise progressive des activités économiques, notamment dans le secteur des transports», a-t-il ajouté. S’agissant de l’impact des difficultés financières sur les projets du secteur, il a affirmé que leur réalisation se fera en fonction des priorités, précisant que le secteur « ne rencontre aucun problème en matière de parachèvement des projets en cours de réalisation».
Karim Aoudia

----------------------------

Chérif Omari, ministre de l’Agriculture et du développement rural :
«Nouvelles mesures  pour l’octroi des terres  aux investisseurs»

L’investissement dans les filières de l’agriculture sera davantage promu par le recours à de nouveaux mécanismes en matière d’octroi des terres aux porteurs de projets, a expliqué le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Chérif Omari. Parmi ces mécanismes, il cite la création d’un dispositif pour le recensement des investisseurs et le suivi de leurs activités. Il explicite la nouvelle orientation de son département visant à encourager l’activité agricole, à travers le lancement d’une nouvelle dynamique dans les grandes surfaces, comme c’est le cas dans le sud où les difficultés rencontrées sont en cours de résolution. Il a affirmé en outre qu’en vertu de la nouvelle politique adoptée, «la définition de la relation de partenariat et des conditions d’exploitation des biens agricoles relevant de l’État se front sur la base de la contribution de chaque partenaire, par les moyens de production, dans les projets d’investissement». À ce titre, il rappelle que dans l’objectif d’assurer une meilleure protection aux investisseurs, son département a initié «un décret interministériel visant à éclaircir certaines dispositions de la loi sur l’investissement agricole de la loi de finances complémentaire de 2009, de manière à garantir une exploitation optimale de tous les moyens». Il évoque aussi la mise en place du guichet unique, pour alléger les mesures d'accès au foncier et réduire les délais d’exécution des contrats.

Les capacités frigorifiques de stockage consolidées

Répondant à une autre question traitant des capacités des chambres froides, il fera savoir que le programme de développement des capacités frigorifiques, confié à l’entreprise Frigomédit, a été revu en 2018 pour englober 30 unités de froid, dont deux au sud du pays (El-Menia et Timimoune), avec une capacité pouvant atteindre 383.500 m3. «Ce programme vise à élever les capacités nationales de stockage, à réguler le marché pour l'équilibre entre l’offre et la demande, et à diversifier les moyens de stockage et de distribution au profit des consommateurs et du marché algérien» a-t-il expliqué. Il a fait état de la réception de deux nouvelles unités frigorifiques, l’une à El-Oued d'une capacité de 20.000 m3, et l’autre à Boufarik d'une capacité de 20 .000 m3. Il annonce également la réception prochaine de trois autres unités à Oran, à Médéa et à Chlef, auxquelles s'ajouteront les unités de Laghouat et de Tindouf qui seront mises en service très bientôt. Par ailleurs, le ministre a précisé que des appels d’offres nationaux et internationaux ont été lancés pour la réalisation de sept unités frigorifiques à Adrar, à Biskra, à Ouargla et à Tamanrasset, et trois unités dont le foncier est en voie de régularisation.
K. A.

----------------------------

Kamel Nasri, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la ville :  
«Les chantiers de 10.000 logements LSP à l’arrêt»

La réalisation de quelque 10.000 logements de type socio-participatif (LSP) est actuellement à l’arrêt à travers le territoire national, a indiqué le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri. La raison tient essentiellement aux tergiversations des promoteurs chargés des travaux. Il a affirmé en outre qu’une quantité de 3.000 unités sera livrée au courant de cette année à Alger, où est programmée la réalisation de plus 42.000 logements LSP dont 27.000 sont achevés, alors que 15.000, soit la moitié à réaliser au niveau national, attend le lancement des travaux. Quant aux projets à l’arrêt, il a estimé que la meilleure solution pour garantir les droits des bénéficiaires est de s’organiser en associations, vu que les promoteurs ne répondent pas aux mises en demeure. Il expliquera en outre que la résiliation des contrats avec ces promoteurs ne fera qu’exacerber les choses, car l’achèvement des travaux par un nouveau promoteur après le recours à la justice impliquera forcément un retard supplémentaire, en sus du problème de financement. D’autre part, concernant le projet de réalisation de 400 logements type location-vente (AADL), dans la région de Mezghitane (Jijel), le ministre a indiqué que la reprise de la réalisation des logements restants est tributaire de la résolution du litige, actuellement en justice, entre l’entrepreneur et le maître d’ouvrage. En attendant, l’AADL prendra en charge la réalisation des voiries et autres réseaux pour la partie restante, a-t-il ajouté.
K. A.

----------------------------

Farouk Chiali, ministre des Travaux publics et des transports : 
«Lutter contre la pose anarchique de ralentisseurs»

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Farouk Chiali, a affirmé que «certaines régions connaissent une réalisation anarchique des ralentisseurs, et le non-respect des dimensions de réalisation provoque des embouteillages importants, outre les dommages importants causés aux véhicules et aux piétons, si l'on y ajoute l'absence d'éclairage et de plaques de signalisation», a-t-il déclaré.
Il rappelle que quelque 20.200 nouveaux ralentisseurs ont été implantés en 2019 et 5.400 autres ont été réhabilités l’année dernière.
Il souligne également que «les opérations d'implantation, d'enlèvement et de réhabilitation des ralentisseurs se poursuivent conformément aux dispositions de l'arrêté ministériel du 9 avril 2006 définissant la nature, la forme, les dimensions et les prescriptions techniques des ralentisseurs». Il précise que l'implantation des ralentisseurs s'effectue sur instruction des walis, conformément à l'étude d'une commission technique locale.
À une question portant sur le projet d’autoroute Est-Ouest, il dit qu’il s'inscrit dans un plan régional pour la réalisation de la route maghrébine reliant Alger à Tripoli (Libye) et l'Algérie à la Mauritanie, qui sera raccordée de manière graduelle aux ports commerciaux. Quant aux contrats de réalisation de cette structure empruntant le territoire de 24 wilayas sur un itinéraire global de 1.216 km, il rappelle que le ministère a contraint les détenteurs de projets publics du secteur à publier des appels d'offres sur le site électronique du ministère, ajoutant que cette initiative a été saluée par les sociétés de réalisation.
K. A.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions