lundi 06 juillet 2020 18:50:24

Projet de loi de finances complémentaires pour 2020 : Le texte adopté par l’APN

Les députés ont adopté hier le projet de loi de finances complémentaire (PLFC-2020), lors d'une séance plénière présidée par Slimane Chenine, en présence de membres du gouvernement.

PUBLIE LE : 01-06-2020 | 0:00
D.R
 
Le quorum n'étant pas atteint,  la séance de vote prévue initialement dans la matinée, a finalement été reportée  à l’après-midi. La séance s’est tenue en présence du ministre des Finances Abderrrahmane Raouya et du ministre des relations avec le Parlement, Basma Azouar.
Le ministre de Finances a déclaré à l’issue du vote que le gouvernement vise la protection du pouvoir d’achat des citoyens et la préservation de leur dignité, notamment les classes sociales vulnérables, en mobilisant tous les moyens disponibles et ce «en dépit d’un contexte difficile marqué par les retombées de la crise économique mondiale, de la stagnation et de la crise sanitaire»
 
«A travers les dispositions du PLFC, les autorités publiques œuvrent à ressusciter la dynamique économique et l’activité productive par la mise en place de mesures incitatives pour la création de projets innovants  porteurs d’une valeur ajoutée qui seraient à même d’améliorer la situation du pays et de stimuler son économie», ce qui serait, ajoute le ministre «un facteur de stabilité et ferait de la connaissance et de l'innovation le moteur de cette économie et le garant de sa stabilité». Le ministre a expliqué que la vision économique du gouvernement «favorise l'évolution qualitative et une ouverture sereine sur les expériences réussies, notamment la rationalisation des ressources, la mobilisation des ressources humaines, matérielles et des nouvelles technologies».
 
M. Raouya dira que les dispositions de PLFC «constituent des piliers sur lesquels repose l’économie nationale et constituent un cadre propice pour une contribution précieuse à la relance des activités économiques dans notre pays à travers un réseau d’entreprises innovatrices élargissant les horizons de l’investissement économique pour la création de richesse et d’emploi».
 
«L’objectif escompté par le gouvernement est de restaurer les grands équilibres macroéconomiques, de créer les conditions d'une croissance durable et de mettre en place une stratégie cohérente pour le recouvrement fiscale afin de réussir un développement durable» a souligné M. Raouya, notant au passage que «le Gouvernement travaille à la mise en œuvre des solutions les plus convenables conformément à l’environnement global caractérisé par une crise structurelle» les Pouvoirs publics, poursuit-il «tâcheront de corriger les déséquilibres».
 
Le PLFC 2020 prévoit la baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 mds DA  (mds DA) contre 7.823,1 mds DA dans la Loi de finances initiale. Les recettes budgétaires devraient, elles aussi, baisser à 5.395,8 mds DA contre 6.289,7 mds DA dans la LF initiale. Le déficit budgétaire devrait atteindre 1.976,9 mds DA (-10,4% du PIB)  contre 1.533,4 mds DA dans la LF initiale (-7,2% du PIB).
Compte tenu de la dégringolade des cours des hydrocarbures ces derniers mois, le prix de référence du baril a été revu à la baisse de 50 à 30 dollars et le prix du marché est passé de 60 à 35 dollars dans la PLFC  2020. 
 
La commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale a décidé d’annuler la baisse du montant minimum en devises soumis à la déclaration douanière, prévue à 1.000 €. Cette décision intervient dans le cadre d’une série d’amendements apportés dans le projet de loi de finances complémentaire 2020.
 
Il convient de noter que les députés de l'Alliance MSP et ceux de l'Alliance Nahda-Adala-Bina ont voté contre la PLFC alors que les autres formations politiques ayant  participé à la séance de vote ont approuvé le texte.
Tahar Kaidi
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions