mardi 02 juin 2020 09:16:55

OUED SMAR : Le parc urbain ouvrira bientôt

À l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la diversité biologique, coïncidant avec le 22 mai de chaque année depuis 1993, la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Nassira Benharrats, et le ministre délégué, chargé de l’Environnement saharien, Hamza Al Sid Cheikh, se sont rendus, jeudi, sur le site de l’ancienne décharge publique d’Oued Smar et au Jardin d’Essai d’ Alger.

PUBLIE LE : 23-05-2020 | 0:00
Ph. Nacéra I.
Ils ont visité le nouveau parc urbain érigé sur le lieu de l’ancienne décharge qui ouvrira au public à l’issue du règlement des questions administratives et se sont enquis de l’avancement des travaux d’aménagement et d’équipement.
 
Après avoir écouté les explications fournies par le directeur général de l’Agence nationale des déchets (AND) qui supervise le projet, la ministre a fait part de sa satisfaction du résultat du travail effectué et souligné qu’il était primordial de prendre soins de ce bijou environnemental.   
Mme Benharrats a affirmé que le parc en question est une source de gaz naturel dérivé de déchets précédemment jetés avec une capacité de production de 1 mégawatt, qui va couvrir largement les besoins énergétiques du parc mais, a-t-elle ajouté, il alimentera une bonne partie des structures alentour du parc.
 
Au Jardin d’essai d’El-Hamma, elle a insisté, en présence des membres de la commission ministérielle mixte des Espaces Verts qu’elle préside, sur la nécessité de lancer dans les plus brefs délais le processus de classification nationale du plus grand espace  luxuriant en Algérie en prévision de la même procédure au niveau international pour le classer au patrimoine universel. « Nous accordons une importance accrue à la biodiversité biologique qui est l’avenir de l’humanité », a-t-elle noté.
 
Très riche en espèces rares et diverses de plantes ainsi que d’animaux, sans oublier ses superbes paysages, le jardin d’essai est considéré comme l’un des sites les plus magnifiques au monde.
Pour rappel, en 2018, les pouvoirs publics avaient préparé un dossier pour le soumettre à l’UNESCO pour sa classification mais en vain. Aujourd’hui, il semble que les pouvoirs publics sont plus que jamais décidés à aller de l’avant et à redorer le blason ce chef d’œuvre environnemental, créé en 1832. 
 
S’étendant sur une superficie de 32 ha, il a été rouvert aux visiteurs en 2009 après l’achèvement des travaux de réaménagement et de modernisation qui ont duré cinq ans. Pour sa part, le wali d’Alger, Abdelkhalek Sayouda, a mis l’accent sur la nécessité de préserver cette richesse naturelle et de travailler continuellement pour la classer comme réserve nationale dans le cadre de la préparation des procédures de classement au patrimoine universel. 
 
Sur un autre registre, les deux ministres et le wali ont procédé à la distribution de bavettes afin de sensibiliser les citoyens sur la propagation du Covid-19 et de prendre aux sérieux les mesures de protection.
Mohamed Mendaci
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions