mardi 02 juin 2020 10:08:47
D.R

Désormais, le port de la bavette est obligatoire pour les citoyens. Le gouvernement a appelé, mardi dernier, les citoyens à «la nécessité d’observer les mesures de prévention et les règles d’hygiène et de distanciation sociale, ainsi que l’obligation de porter un masque de protection, en toutes circonstances et en particulier dans les espaces publics fermés ou ouverts, tels que les marchés et les cimetières».
«Le défaut de port du masque sera sanctionné», a précisé le Premier ministère, à l’issue de la réunion présidée  par M. Abdelaziz Djerad, sur la mise en œuvre des mesures de prévention, à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr.

À cet effet, la Direction Générale de la Sûreté Nationale a procédé hier, au lancement d’une vaste opération de distribution de bavettes au profit des citoyens. «Dans le cadre de l’accompagnement des efforts des pouvoirs publics et de la mise œuvre des orientations du gouvernement, le Commandement de la police a décidé la distribution, hier et aujourd’hui, de bavettes au profit des citoyens à travers le territoire national, dans le cadre de la police de proximité mais également l’action de sensibilisation sur la nécessité du port de masque de prévention», a indiqué le chef de la cellule de communication et des relations publiques à la DGSN, le Commissaire divisionnaire Amar Laroum.
Il a précisé que «les ateliers de confection relevant de la sûreté nationale ont été mis à contribution pour la fabrication des bavettes par des fonctionnaires de police bénévoles, afin d’assurer une meilleure disponibilité des masques de protection», tout en précisant que des ateliers de la police à Alger, Constantine, Oran, Béchar, Tamanrasset, Ouargla ont procédé à la fabrication de quantités importantes de masques. «Deux brigades assuraient l’activité d’une durée de 12 h, soit de 7h à 13h et de 13h à 19h», a-t-il dit. Ces bavettes sont confectionnées en tissu lavable, conformément aux normes, et distribuées gratuitement aux points de contrôle de la police et dans les lieux publics, notamment les marchés. En ce sens, l’officier a affirmé que les masques seront distribués notamment aux citoyens dans les quartiers populaires, sur instruction du DGSN, Khelifa Ounissi, afin d’instaurer la culture de prévention à travers le port de la bavette. Avec les bavettes, les citoyens peuvent circuler en toute sécurité sanitaire, durant l’Aïd, a-t-il assuré.

Cimetières et mosquées fermés  et circulation suspendue

Interrogé sur les mesures prises à l’occasion de l’Aïd El Fitr, le commissaire divisionnaire, Amar Laroum, a assuré que le dispositif sécuritaire Spécial Aïd «a été adapté à la conjoncture actuelle marquée par la crise sanitaire», tout en précisant que «la mission principale de la Sûreté nationale est la gestion des situations de crise et  l’accompagnement des décisions prises par les pouvoirs publics». Outre le renforcement de la sécurité des personnes et des biens, les services de police veilleront notamment au respect des mesures complémentaires de prévention prises par le gouvernement à l’occasion de la fête de l’Aïd El Fitr, à savoir le confinement partiel à domicile à partir de 13 h jusqu’au lendemain à 7 h dans toutes les wilayas durant les deux jours de la fête. Des patrouilles mobiles et pédestres seront mobilisées pour l’application de cette mesure, de même pour le contrôle de la suspension de la circulation de tous les véhicules, y compris les motocycles, qui sera appuyé par la télésurveillance et l’unité aérienne de la police, afin de détecter tout mouvement suspect de véhicule.

L’Aïd, difficile à domicile   mais…

Outre l’interdiction des attroupements et rassemblements, les services de police vont veiller également à l’application des mesures prises par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, notamment la suspension de la prière de l’Aïd à l’intérieur des mosquées ou d’autres espaces publics, ainsi que la fermeture des cimetières. «Les services de police sont hautement mobilisés pour imposer le respect des mesures prises par les pouvoirs publics dans la lutte contre la pandémie mais également la criminalité sous toutes ses formes. Le responsable de la communication a tenu à rassurer la population de la continuité du service des numéros verts, notamment le 15-48 pour toute intervention et assistance. L’Aïd El Fitr sera célébré cette année dans une ambiance particulière, en régime confiné.
«C’est la première fois que je n’irai pas au cimetière, pour visiter la tombe de mes parents, je sens un grand vide mais j’espère sortir très bientôt de cette situation», a confié Samia, fonctionnaire.  Nabila a salué la mesure prise par le ministère des Affaires religieuses de maintenir le Takbir à travers les haut-parleurs des mosquées.  «C’est le charme de cette fête religieuse», a-t-elle estimé. Pour un père de famille «la situation est difficile pour les enfants confinés, en l’absence de l’ambiance festive dans les rues, les lieux de loisirs. Ils vont porter leurs vêtements neufs et rester au balcon.
La prévention l’exige mais un Aïd à domicile, c’est inhabituel», a-t-il regretté. Zouheir a décidé de passer l’Aïd chez ses parents.  «L’ambiance familiale me manque. Mes parents sont âgés, peut-être que le prochain Aïd ils ne seront plus parmi nous, mais nous allons prendre toutes les mesures de prévention», a-t-il confié.  Une enseignante rencontrée dans une supérette a insisté sur le respect des règles de protection.
«Je n’ai pas reçu d’invités en ce mois de ramadhan et je suis restée confinée, j’ai fait des économies, de même pour les gâteaux de l’Aïd.  Certaines familles célébraient l’Aïd dans les plages ou à domicile et maintenant, elles se plaignent du confinement sous prétexte de passer la fête en famille. 
Il faut une prise de conscience de la situation», a-t-elle dit.
    Neïla Benrahal

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions