mardi 02 juin 2020 09:57:10

Cour d’Alger : La demande de remise en liberté des deux frères Benamor rejetée

La chambre d'accusation près la cour d'Alger a rejeté, hier, la demande de mise en liberté provisoire du Pdg du groupe agroalimentaire éponyme, Mohamed Laïd Benamor, et son associé, son frère El Hadi placés en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed le 14 février dernier dans une enquête sur des soupçons de corruption, a-t-on appris de source judiciaire.

PUBLIE LE : 21-05-2020 | 0:00
D.R

La chambre d'accusation près la cour d'Alger a rejeté, hier, la demande de mise en liberté provisoire du Pdg du groupe agroalimentaire éponyme, Mohamed Laïd Benamor, et son associé, son frère El Hadi placés en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed le 14 février dernier dans une enquête sur des soupçons de corruption, a-t-on appris de source judiciaire.
Le verdict est tombé en fin de journée après plus de deux heures de délibérations. Les deux frères Benamor resteront en prison. Ils sont poursuivis suite à une enquête diligentée par la section de recherche du groupement territorial de la Gendarmerie d’Alger. Mohamed Laïd Benamor, ex-vice-président du FCE et de la Chambre algérienne de Commerce et d’Industrie (CACI), a fait l’objet, durant plusieurs mois, d’une enquête sur la gestion de son groupe. Le parquet près le tribunal de Sidi M’Hamed avait lancé en avril 2019, une interdiction de sortie du territoire national à son, encontre. Il a été auditionné avec ses frères, en leur qualité d’associés et gérants des filières du groupe, ainsi que des ex-cadres du ministère de l’Industrie et un ex-Pdg du groupe Eriad Divindus. Selon des sources proches du dossier, le patron du groupe Benamor est poursuivi pour dilapidation de deniers publics et spoliation de foncier agricole, obtention d’indus avantages, exportation de denrées alimentaires fabriquées à partir de matières subventionnées et obtention par le biais de ses relations de crédits bancaires sans garantie. Le groupe a obtenu cet espace malgré les réserves des services de l’Office national des terres agricoles, des Domaines et de la Conservation, a relevé l’enquête de la GN. Laïd Benamor a été également auditionné pour l’acquisition de l’assiette foncière du complexe de fabrication de pâtes alimentaires de Corso Eriad-Benamor. L’homme d’affaires a été auditionné sur l’infraction à la législation relative à la monnaie et au mouvement des capitaux de et vers l’étranger.
Dans cette affaire, sont cités l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, l’ancien ministre de l’Industrie, Abdeslem Bouchouareb, un ancien ministre de l’Agriculture et un ancien ministre (en détention provisoire) en sa qualité de wali d’Annaba lors des faits. Le parquet a remis en liberté 17 personnes auditionnées, dont les frères de l’accusé principal, des gérants des filières du groupe, alors que d’autres ont été entendues en tant que témoins en attendant la poursuite de l’instruction judiciaire.
Neïla Benrahal

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions