vendredi 14 aot 2020 08:15:42

Exil : Les médecins réfugiés veulent apporter leur contribution

Les réfugiés et immigrants détenteurs de diplômes de médecins veulent que leurs qualifications soient reconnues afin de pouvoir sauver des vies et lutter contre la pandémie, a indiqué lundi l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

PUBLIE LE : 19-05-2020 | 23:00
D.R

Les réfugiés et immigrants détenteurs de diplômes de médecins veulent que leurs qualifications soient reconnues afin de pouvoir sauver des vies et lutter contre la pandémie, a indiqué lundi l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Alors que la pandémie continue de se propager et de faire des victimes dans le monde entier, New York est l’un des six Etats américains à faciliter l’accès des réfugiés, des immigrants et des migrants formés à l’étranger à la pratique de la médecine au moins pendant la crise. «Nous faisons maintenant pression pour que les progrès soient permanents», a déclaré Esther Benjamin, PDG et directrice exécutive de World Education Services, une organisation à but non lucratif de New York qui aide les étudiants internationaux et les immigrants à mettre leur formation et leurs compétences à profit aux Etats-Unis et au Canada. Face aux pénuries potentielles de personnel médical, plusieurs pays dans le monde ont mis en œuvre des mesures similaires. Parmi eux figurent le Pérou, le Chili et l’Argentine qui ont récemment commencé à autoriser des médecins, des infirmières et d’autres personnes ayant une formation médicale à travailler dans le cadre des efforts de prévention et de lutte contre la pandémie de Covid-19. Les réfugiés et les immigrants diplômés de médecine représentent un vaste réservoir de talents inexploités dans de nombreux pays où les procédures et réglementations de revalidation sont longues ou coûteuses. Beaucoup de ceux qui arrivent dans un nouveau pays doivent trouver du travail immédiatement pour survivre et n’ont pas les moyens de recommencer leurs études et leur formation. Il en résulte que des centaines de milliers de professionnels médicaux qualifiés dans le monde entier occupent des emplois qui n’ont rien à voir avec leur formation - souvent des emplois de bas niveau qui exigent à peine plus qu’un diplôme d’études secondaires. Rien qu’aux Etats-Unis, pas moins de 263.000 immigrants et réfugiés titulaires de diplômes liés à la santé sont au chômage ou sous-employés, selon le think tank Migration Policy Institute.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions