dimanche 27 septembre 2020 17:18:16

Affaires religieuses : Des prêches diffusés sur des plateformes numériques

Le ministère des Affaires religieuses a élaboré un programme spécial, pour permettre aux imams de diffuser des prêches dans les mosquées par le biais de haut-parleurs et via des plates-formes virtuelles pendant ce mois de Ramadhan.

PUBLIE LE : 29-04-2020 | 23:00


Le ministère des Affaires religieuses a élaboré un programme spécial, pour permettre aux imams de diffuser des prêches dans les mosquées par le biais de haut-parleurs et via des plates-formes virtuelles pendant ce mois de Ramadhan.
Cette procédure est motivée par la fermeture des lieux de culte et l’annulation de la prière du vendredi et des Tarawih, en raison de la pandémie de Covid-19. Il faut dire qu’en plus des exhortations et orientations religieuses qui seront incluses dans ledit programme, qui sera diffusé à travers les minarets, chaque imam se verra également attribuer une plate-forme virtuelle sur les réseaux sociaux. Ainsi, tous les imams disposeront de ces espaces technologiques virtuels et utiliseront les TIC, a déclaré, récemment, le Dr Mohamed Idir Mechenen, coordinateur du comité de la fatwa, ce qui confirme l’engagement des mosquées à l’effort national de lutte contre la pandémie.
Contacté par nos soins, Kamel Chekkat, chercheur en théologie, nous a apporté plus de précisions autour de ce projet : «Quand la prière du vendredi est annulée, tout change. Par voie de conséquence, les gens doivent effectuer la prière du Dohr à la maison. Cependant et dans ce contexte, la mise en place du prêche virtuel intervient pour remonter le moral des fidèles et combler le vide provoqué par la fermeture des mosquées», a-t-il expliqué, affirmant que cette initiative est extrêmement louable.
De son côté, Naoufel, un jeune imam exerçant dans une mosquée d’Hussein Dey, estime que la mise en place par le ministère des Affaires religieuses de plates-formes technologiques est très bien accueillie, du fait que cela répond, selon lui, à une demande de plus en plus pressante exprimée par de nombreux citoyens qui ont perdu leurs repères depuis la crise du coronavirus. «En effet, beaucoup d’Algériens veulent que l’on pallie à l'absence des Tarawih par la diffusion d’un contenu à caractère religieux. Dans cette droite ligne, il faut dire qu'il y a un besoin accru de spiritualité et d’une volonté de se rapprocher d’Allah», a-t-il expliqué. Pour rappel, le ministère des Affaires religieuses a annoncé le lancement du service de fatwa électronique sur son site pour répondre aux questions et autres demandes des citoyens.
Un communiqué indique que la réception des questions se fait tous les jours 24H/24. Il est précisé que la réponse sera apportée par un certain nombre d’érudits et de cheikhs d’Algérie. Le même document demande à ceux qui souhaitent poser leurs questions d’entrer sur le site web du ministère, «Fatwa Service».
Sami Kaidi

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions