samedi 15 aot 2020 08:39:37

En procédant à un recrutement tous azimuts : Le CABBA mise sur l’accession

Younès Ifticène : “J’aime les défis’’

PUBLIE LE : 03-08-2011 | 23:00
D.R

A Bordj,  dirigeants, joueurs et supporters ont mal vécu la relégation du CABBA en Ligue 2 professionnelle, après une saison des plus catastrophiques, notamment durant la phase aller, avec une entame de championnat complètement manquée, en raison d’une reprise des entraînements et d’une préparation tardives.

Les camarades de Ferradji se sont bien battus durant la manche retour en réduisant sensiblement l’écart qui les séparait des équipes qui les précédaient, mais rien n’y fit, car les Criquets n’ont jamais réussi à s’extirper de la zone rouge. Prenant leur mal en patience, les responsables du club ont juré de faire le nécessaire, pour que le CABBA puisse retrouver sa place au sein de l’élite du football national dès cette saison. Pour cela, ils n’ont pas manqué de s’affairer durant l’actuelle intersaison, en procédant à un renouvellement presque intégral et à un recrutement massif, ne maintenant au sein du groupe appeler à défendre les couleurs du club pour l’exercice 2011/2012, que les éléments ayant donné satisfaction, tels les Ferradji, Belkheir, Bentayeb et autres. Des joueurs de qualité ou d’expérience viennent d’être engagés par la direction du club. Il s’agit, de Bendahmane, Akkouche et Bakhtaoui (MCS), Chérif El-Ouazzani (JSK), Mekkioui et Mohamed Rabah (ASO), Hosni (RCK), Si-Hadj (ASK), Belatrèche, Belguerfi et le portier Naïli (OM), Gherbi et Hamza Hamadou (Aïn-Turck) et Hamouche (AS Barika). Pour sa part, Benchergui qui a rejoint l’équipe de Bordj au mercato d’hiver, la saison passée, a renouvelé son bail avec les Jaune et Noir. En faisant venir Younès Ifticène, à la barre technique de l’équipe bordjienne, la direction du club, a fait le choix d’un technicien de métier et d’expérience, qui a déjà fait ses preuves dans les différents clubs qu’il a eus à driver. Passionné par son métier, qu’il exerce avec amour, abnégation et rigueur, Ifticène est l’homme indiqué pour la situation. Il est connu comme celui par qui vient l’accession. Il a la capacité de bien gérer son groupe, que se soit sur le plan humain ou technique. Fin communicateur avec ses joueurs, il saura comment les mobiliser pour relever ce nouveau défi qui se présente à lui et qui consiste à faire remonter Bordj en division supérieure. C’est l’objectif qui lui a été assigné par les dirigeants bordjiens. D’ailleurs, il prend à cœur de réussir dans sa nouvelle mission en faisant en sorte de mener son équipe à bon port, grâce aux efforts des différents acteurs du club. Pour y parvenir, il a décidé de constituer son propre staff technique. Ainsi, Boudjema sera son entraîneur adjoint et préparateur physique, alors que l’ancien keeper de la JS Bordj-Ménaïel et de l’USMH, Hadi Lamrani occupera le poste d’entraîneur des gardiens de but. D’autre part, le président du club, Djamel Messaoudène, et son équipe dirigeante sont en train de se démener aussi pour tout mettre au point, que cela soit sur le plan logistique ou celui ayant trait à la préparation de l’équipe, durant cette intersaison.

Préparation en trois phases
Au CABBA, on ne veut surtout pas commettre les mêmes erreurs, sachant que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ils sont en train de faire le nécessaire pour que le CABBA, version 2011/2012, puisse disposer des moyens qui lui permettront de jouer à fond l’accession en Ligue1. Le groupe qui est rentré en regroupement  mardi passé, à l’hôtel Mouflon d’Or d’Alger, a entamé les entraînements sous la houlette d’Ifticène. Ce dernier à scinder en trois la phase préparatoire de son équipe. La première concernera ce premier stage, d’une durée de 15 jours, avec au programme des séances d’entraînement qui se dérouleront sur les terrains annexes du stade du 5-Juillet. La 2e phase s’effectuera juste après ledit stage à Bordj Bou-Arréridj. Elle s’étalera sur 5-6 jours.
La 3e et dernière phase, dite précompétitive, aura lieu en Tunisie. Elle permettra aux camarades de Bentayeb de livrer des matches amicaux, programmés à l’avance par la direction du club, en concertation avec l’entraîneur, suivi de l’accord préalable des équipes qui seront appelées à leur donner la réplique. Tout se passe bien donc au sein du club, à propos de la nouvelle saison, sauf que la direction du CABBA, se voit confrontée à un épineux problème qui est venu en quelque sorte entraver son travail, il s’agit d’une correspondance émanant de la commission des litiges de la FAF, qu’elle vient de recevoir, la priant de régulariser la situation financière de certains joueurs, 14 au total, ayant quitté le club, tels les Kial, Illoul, Bouharbit, Boultif, Bitam et autres, qui réclament leurs dus antérieurs, non honorés par l’ancienne direction, selon le président Messaoudène. Cela nécessitera une enveloppe financière estimée à environ 2,6 milliards de centimes, comme rapporté par nos confrères du journal arabophone El-Khabar. Les ressources financières faisant quelque peu défaut et du fait qu’une importante manne soit réservée au recrutement et à la gestion des affaires courantes du club, celaa fait que Messaoudène a été contraint de solliciter le wali de Bordj pour trouver une solution à ce problème, parce qu’à défaut de payer les joueurs, le club ne pourra valider la venue des nouvelles recrues. Tout devra être réglé avant le 17 août, date de clôture de la période des transferts. La direction du club garde espoir est attend un geste du wali et des bailleurs du club.
Mohamed-Amine Azzouz

---------------------

Entretien avec Younès Ifticène  : “J’aime les défis’’
Le nouvel entraîneur du CABBA se dit prêt à relever le défi pour permettre aux Criquets de reprendre leur place au sein de l’élite du football national. Cette mission le passionne et il l’a prend à cœur.

Le CABBA est en stage bloqué depuis mardi, soit en plein mois de Ramadhan, de surcroît en été. Cela ne doit pas être facile à gérer, n’est-ce-pas ?
C’est vrai que cela n’est pas du tout évident, mais nous avons un programme de travail qui prend en compte toutes ses considérations. Comme vous le savez, la préparation d’intersaison est une phase très importante, pour toute équipe qui espère réussir sa saison. Notre plan d’action est bien ficelé et nous ferons en sorte qu’il soit minutieusement respecté. Sans sacrifices, pas de résultats.

Pourquoi avoir opté pour le CABBA, par rapport aux autres offres qui vous sont parvenues ?
Un bon challenge m’attend avec cette équipe, et le discours des dirigeants du club, avec à leur tête le président Djamel Messaoudène, m’a séduit. Le projet du club m’intéresse, d’autant plus que l’objectif fixé par les dirigeants n’est autre que la remontée en Ligue1 Pro. Comme je suis un homme de défi, j’ai répondu par la positive à leur sollicitation.

Pensez-vous qu’avec les éléments dont vous disposez, vous pourrez atteindre l’objectif qui vous a été fixé ?
Je peux dire que dans l’ensemble, nous disposons d’un bon effectif, qui est assez équilibré dans ses différents compartiments. Nous ferons en sorte de trouver la bonne formule, afin de mettre en place une équipe compétitive et performante, qui joue bien au ballon et qui en même temps sera efficace sur le terrain. Je n’ai jamais craint une mission quelle que soit sa difficulté.

Vous avez la réputation d’être le coach des accessions…
J’ai acquis beaucoup d’expérience dans ce fabuleux et ingrat métier d’entraîneur. Jouer l’accession me passionne. J’ai déjà réussi à faire accéder quatre équipes et pas des moindres : l’USMA, le NAHD, l’USMH et l’OMR. J’espère en réussir une 5e avec le CABBA, incha’Allah !

Comment réagissez-vous aux propos durs tenus à votre encontre par l’ex-coach bordjien, Abbas, qui ne fait pas partie de votre staff technique ?
Ecoutez, moi, j’ai d’autres chats à fouetter. Mon esprit est pris par le travail qui m’attend au sein de ma nouvelle équipe. Je retrousse les manches comme on dit. Il y a une déontologie au sein de la corporation, libre à chacun de la respecter ou non. Moi mon parcours plaide pour moi. Tout entraîneur est libre de composer son staff comme il le conçoit. Je ne suis ni contre X, ni contre Y. Mon souci est de mener mon équipe à bon port, c’est tout !

On croit savoir que votre situation financière avec l’USMB n’a pas encore été régularisée…
C’est exact, je n’ai pas encore récupéré une partie de mon dû. Je me suis montré patient jusque-là, car entre Zaïm et moi, il y a toujours eu un respect mutuel. J’attends un geste de sa part donc…
Entretien réalisé par M.-A. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions