mardi 02 juin 2020 06:17:17

Des spécialistes de la santé, politologues et experts l’affirment : Engagement sans faille de l’État

La nation fait corps avec le Président Tebboune

PUBLIE LE : 07-04-2020 | 0:00
Ph. : Archives

Sous la conduite du président de la République Abdelmadjid Tebboune, la lutte que mène le gouvernement contre l'épidémie du coronavirus suscite de la reconnaissance, autant de la part du personnel médical que  du côté des politologues et experts économiques interrogés sur la gestion de cette crise sanitaire.

Ils sont unanimes à dire qu'en dépit des manquements constatés, notamment en matière d'équipements médicaux, la situation est de mieux en mieux maîtrisée et l'engagement de l'État à parer aux insuffisances relevées est entier.
«L'État fait de son mieux», fait savoir Nadjet Guemmadi, une spécialiste en pneumologie mobilisée dans la prise en charge des patients atteints du Covid-19. Elle se dit très optimiste quant à la consolidation, dans les jours à venir, non seulement des conditions du traitement des malades, mais aussi et surtout des moyens de protection du personnel de la santé. Tenant compte de la réception, dimanche, de deux cargos chargés d'équipements médicaux, entre autres d'un nombre considérable de masques chirurgicaux, et rappelant les déclarations du Premier ministre annonçant d'autres arrivages pour les semaines à venir, elle affirme «être mieux rassurée».
Pour sa part, le docteur Imane Merakchi qualifie la prime exceptionnelle accordée par le président de la République pour le personnel de la santé de «geste encourageant». Elle ne manquera pas non plus de mettre en relief la valorisation constante des efforts consentis par le corps médical, à chaque fois réitérée dans les déclarations du Président Tebboune.
Tout en reconnaissant la mobilisation sans relâche de la tutelle de la Santé, elle souligne toutefois que la préoccupation majeure des professionnels du secteur réside dans le manque de moyens, une problématique qui revient de manière récurrente et qui devrait être solutionnée dans l'immédiat, vu qu'il s'agit, selon elle, «de l'urgence de l'heure».
Il est à relever, à ce propos, que les pouvoirs publics sont très sensibilisés à la question de la protection du personnel médical inscrite en première ligne dans le dispositif national de lutte et de prévention contre le Covid-19.
Idem pour la pratique du dépistage qui tend à se généraliser progressivement à travers le pays, notamment dans la région du Centre, soit dans les wilayas les plus touchées par la pandémie. En effet, parvenir à instaurer un dépistage massif est l'une des ambitions de pouvoirs publics, comme l'a déjà fait savoir le Pr Idir Bittam, chercheur au niveau de l'Institut  Pasteur d'Algérie.
Sur le plan de la prévention, les différents mécanismes de distanciation et de barrières sociales, de même que l'option du confinement, total ou partiel, suscitent de plus en plus d'adhésion de la part de la population. À ce titre, l'universitaire Brahim Guendouzi relève qu'en dépit du caractère inédit de cette expérience, le consentement des citoyens ne fait pas défaut et leur prise de conscience quant à la menace de l'épidémie sur la santé publique est manifeste. Notre interlocuteur a plaidé en outre en faveur de l'optimisation de mode d'organisation du tissu économique national en direction, plus particulièrement, des entreprises sérieusement affectées par les conséquences engendrées par le Covid-19.

La nation fait corps avec le Président Tebboune

«La stratégie intersectorielle est l'un des points forts de l'État dans son combat contre l'épidémie du coronavirus», estime le politologue Idriss Attia, certifiant d'un retour  progressif de la confiance entre la population et les institutions, et de l'émergence d'un nouveau modèle de solidarité. «Face à la crise sanitaire, toute la nation fait front autour du Président Tebboune», a-t-il fait savoir. «En sus de l'importance d'une maîtrise du contexte actuel, les défis à relever à l'avenir sont aussi plus nombreux pour le président de la République», indique notre interlocuteur.
Il se dit ainsi convaincu qu'une fois cette crise sanitaire résolue, l'État passera à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre des réformes structurelles et du projet du changement à différents niveaux de la vie publique, rappelant que la pierre angulaire garantissant l'aboutissement de ces réformes réside dans le projet de  révision de la Constitution.
Karim Aoudia
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions