Après la décision du premier ministre : Rush sur les quincailleries et la réparation informatique

Le président de l’ANCA : «Une décision qui permettra la continuité des services.»
PUBLIE LE : 05-04-2020 | 0:00

 Des commerces de proximité sont de nouveau ouverts depuis hier sur instruction du Premier ministre Abdelaziz Djerad. Samedi 4 avril. Une ambiance particulière règne dans la capitale. Plusieurs magasins, fermés dans le cadre des mesures de prévention contre le coronavirus, étaient ouverts. À la rue de Tanger, où les trois-quarts des rideaux sont baissés, des files d’attente ont été constatées devant des magasins de quincaillerie et de réparation d'ordinateurs et d'équipements de communication. Les commerçants ne semblaient nullement inquiétés par la présence des policiers qui sillonnaient les lieux en patrouilles pédestres. «Nous sommes autorisés. L’ouverture de ces commerces est légale», a précisé le gérant d’une quincaillerie, au grand bonheur des clients suite à la décision de réouverture de commerces indispensables  durant le confinement.
«Je suis confiné et j’en profite pour faire du bricolage, malheureusement les magasins étaient tous fermés, je n’ai pu acheter même un petit clou», affirme un père de famille. Un autre a confié qu’il est resté sans lampe de couloir depuis plusieurs jours. «Je vais faire un stock après cette mauvaise expérience, car, aujourd’hui, on consomme beaucoup plus l’électricité», dit-il. Les commerçants ont exigé le respect de la distance de prévention et la présence de deux clients seulement à l’intérieur du local. Un magasin de réparation de téléphones portables était pris d’assaut par des jeunes et moins jeunes, femmes et hommes. «Plusieurs appareils ont été endommagés à cause de l’utilisation du gel antiseptique pour les nettoyer et d’autres à cause de la sur-utilisation des téléphones et tablettes lors du confinement», a relevé un technicien d’un magasin de réparation de la rue de la Liberté,  tout en rassurant la file «de l’ouverture de son local jusqu’à 18h». Un autre s’est réjoui de cette mesure, qui «permettra de préserver son commerce», soulignant qu’il est père de famille et ce commerce est son seul revenu.

Coiffeur et «café-presse»

Les animaleries ont également rouvert. À la rue Mohamed-Belouizad, un commerçant indique que «plusieurs animaleries ont assuré la livraison à domicile des produits, notamment la nourriture. Il fallait nourrir les chats, chiens et oiseaux. Nous étions contactés par des propriétaires d’animaux pour la nourriture, mais également pour des médicaments, en raison de la fermeture des cabinets vétérinaires. Il y avait une forte demande lors du confinement. C’est une bonne décision», a-t-il soutenu. Mais de nombreux citoyens se sont plaints de la fermeture des salons de coiffure et des cafés. Anis, un jeune accro du «café-presse», a proposé l’ouverture et le renforcement du contrôle des cafétérias. «Il faut juste interdire le rassemblement à l’intérieur», a-t-il suggéré. L’ouverture des pressings a été également saluée par des citoyens. «Certes, les femmes sont confinées, mais nous avons besoin du dégraissage», a lancé un cadre dans une entreprise publique. Un gérant de pressing à la rue Pasteur a relevé la suspension des moyens de transport. «Les employées ne sont pas véhiculées, je ne peux assurer toutes les commandes», a-t-il regretté.

Réouverture de certains  commerces

En effet, la wilaya d’Alger a décidé hier la réouverture de certains commerces fermés dans le cadre des mesures de prévention du Covid-19,  à condition de respecter rigoureusement les règles sanitaires d’hygiène et de prévention, notamment la distanciation sociale  sur instruction du Premier ministre. Dans une note du wali d’Alger, cette décision est motivée par l’intérêt qui exige que certains commerces demeurent ouverts aux citoyens. Ainsi, la décision concerne, entre autres, l’entretien et la réparation de véhicules automobiles, engins et matériels agricoles, commerce d'équipements automobiles, fournitures nécessaires aux exploitations agricoles, commerce de détail d'équipements de l'information et d’ordinateurs, quincaillerie, commerce de détail d'articles médicaux et orthopédiques, commerce de détail d'aliments et fournitures pour les animaux de compagnie, réparation d'ordinateurs et d'équipements électroniques, blanchisserie-teinturerie. Le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, a salué cette décision qui répond favorablement aux revendications exprimées par l’association au ministre du Commerce. «Lors de la dernière réunion, j’ai transmis les inquiétudes des commerçants à M. Rezig. Nous avons insisté sur l’ouverture de ces commerces qui s’inscrivent en droite ligne avec les mesures prises par le gouvernement pour assurer l’approvisionnement, notamment en produits alimentaires», a-t-il précisé à El Moudjahid. «Comment un transporteur de produits alimentaires peut-il travailler en l’absence d’un vulcanisateur ou d’un vendeur de pièces détachées ? On a demandé aux agriculteurs de poursuivre leur activité, cela n’est pas possible, alors que les points de vente de produits agricoles sont fermés. C’est une décision très positive en ces moments de crise sanitaire pour assurer la continuité du service public», a-t-il assuré.
    Neila Benrahal
 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com