mardi 02 juin 2020 05:18:10

Hôpitaux militaires de campagne, ambulances et avions : L’ANP mobilisée

L’expérience avérée des forces armées dans la gestion des grandes catastrophes sera mise à profit en cas de nécessité.

PUBLIE LE : 04-04-2020 | 0:00
D.R

Le Haut Commandement de l’ANP a répondu présent, comme toujours, face à la pandémie de COVID-19. Un dispositif anticipatif est déjà mis en place pour intervenir en cas de besoin.

La première mesure annoncée est l'installation d’hôpitaux de campagne. L’ANP dispose en effet d’une expérience avérée dans le montage des hôpitaux de campagne et dans la gestion des crises et catastrophes, notamment lors du séisme de Boumerdès, des inondations de Bab El-Oued et dans la prise en charge des migrants au niveau des frontières lors de la crise en Libye. 
Le directeur central des services de santé militaire, le général major Abdelkader Bendjelloul, a indiqué jeudi que des hôpitaux militaires de campagne sont mis en place pour appuyer les hôpitaux civils, mettant en avant leur importance. «Les hôpitaux de campagne sont totalement autonomes. Ils sont dotés de tous les équipements nécessaires, de services de radiologie, de  réanimation, d’un bloc opératoire et de laboratoires d'analyses pour effectuer, sur place, des opérations chirurgicales et des soins intensifs. On peut installer ces hôpitaux n’importe où et ils sont immédiatement opérationnels», a précisé l’officier supérieur, lors de son intervention à l’émission Waâkadna El Azzm diffusée par l’ENTV.

Des ambulances  médicalisées  et adaptées au terrain

Dans son intervention, l’officier supérieur de la santé a présenté le dispositif médical d’intervention de l’ANP qui sera déployé en cas de nécessité. Il consiste également en la mobilisation d’ambulances médicalisées dotées des équipements nécessaires et  adaptées au terrain. «Nous avons des ambulances tout-terrain, qui peuvent intervenir dans des pistes, et d’autres équipées pour les évacuations sanitaires spécifiques », a-t-il assuré. Toutes les Régions militaires et toutes les structures de la santé militaire à travers le territoire national sont dotées de ce type d’ambulances.
D’autre part, les forces aériennes ont été mises à contribution pour l’évacuation sanitaire de 6 à 8 malades de réanimation, en cas de nécessité,  a  rassuré le général major Bendjelloul, également médecin, qui a estimé que la situation sanitaire en Algérie n’est pas alarmante. «La pandémie n’est pas aussi importante par rapport à d’autres pays. Nous n’avons pas enregistré la même courbe mais l’on se prépare à toute éventualité». Il a insisté sur le respect des règles de prévention. «Des pays développés ont vu leurs capacités dépassées. Ils ont dû sélectionner les malades, c’est une décision lourde sur le plan éthique. On ne veut pas arriver à cette situation», a-t-il insisté. En effet, la situation actuelle des contaminations ne nécessite pas encore le déploiement de ces hôpitaux de campagne, si les citoyens respectent les consignes de prévention et d’hygiène.
De son côté, le directeur de l’hôpital central militaire Nekkache-Mohamed-Seghir d’Ain Naâdja, a indiqué qu’un plan d’urgence a été mis en œuvre, comme première étape, suite à l’apparition de l’épidémie dans le monde. «Nous sommes appelés à renforcer les capacités pour faire face à toute éventualité dans l’avenir». Parmi les mesures prises, le directeur a signalé l’installation d’une commission interne composée de spécialistes en médecine préventive, médecine du travail et maladies infectieuses et épidémiologiques pour le suivi de l’évolution de la situation sanitaire.

Soutien aux hôpitaux civils

A cet effet, il a présenté le dispositif de prise en charge d’un cas suspect dans un circuit particulier confiné dans une cabine d’hospitalisation. «Un pavillon a été aménagé pour la réanimation et un hôpital de campagne installé afin d’éviter toute propagation ou contamination», a-t-il assuré. Au niveau interne, des campagnes de sensibilisation et de prévention au profit du personnel militaire sont mises en place pour une prise de conscience individuelle mais également collective du contexte particulier. Le rôle de la DCIO (Direction de la communication, de l’information et de l’orientation) a été  mis en avant dans la sensibilisation et la promotion de la communication, notamment à travers «ESSALIL», diffusée chaque semaine sur les ondes de la radio nationale. Dans ce cadre, le chef d’état-major par intérim de l’ANP, le général major Saïd Chanegriha, a inspecté  mardi dernier  les équipements modernes et les moyens médicaux dont dispose ce régiment, à l'instar de l'hôpital de campagne pouvant prendre en charge un nombre considérable de patients au cas où la situation le requiert», a indiqué le MDN dans un communiqué. «Au 52° Régiment médical à Bouira, et en compagnie du général major Ali Sidane, commandant de la 1re Région militaire et du général major Abdelkader Bendjelloul, directeur central des Services de Santé militaire, le général major s’est enquis des derniers préparatifs et dispositifs mis en place par l’ensemble des composantes de ce Régiment, en prévision de toute éventuelle intervention à tout moment, en soutien au système de santé national dans cette circonstance sanitaire exceptionnelle. Mardi soir, lors d’une entrevue avec des médias nationaux, le Président Abdelmadjid Tebboune avait affirmé que «les médecins spécialistes et les infirmiers de l’institution militaire vont apporter leur soutien aux hôpitaux civils pour faire face à cette pandémie». Le président a assuré que  «la situation est sous contrôle, car nous disposons des moyens permettant de faire face à la pandémie, même en phase 5, d’autant que les capacités de l’Armée nationale populaire (ANP) n’ont pas encore été utilisées».
    Neila Benrahal

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions