lundi 13 juillet 2020 22:42:05

Affaire de montage automobile et financement occulte : Peines maintenues pour Ouyahia et Sellal

Le verdict du procès en appel dans l’affaire des ex-dirigeants politiques et des hommes d’affaires poursuivis pour corruption dans la filière de montage automobile et le financement occulte de la campagne électorale, est tombé hier.

PUBLIE LE : 26-03-2020 | 0:00
D.R
Le président de la chambre pénale près la Cour d’Alger a prononcé les jugements en présence des seuls avocats de la défense, les familles et proches des accusés ainsi que les médias, étant interdits d’accès. 
La cour d’Alger a donc confirmé les peines prononcées par le tribunal de Sidi M’Hamed contre le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui avait écopé d’une peine de 15 ans de prison ferme, d’une amende de 2 millions de dinars, de la confiscation de ses biens et de ceux acquis par son épouse et son fils ainsi que de la privation de ses droits civiques et politiques. De même pour Abdelmalek Sellal condamné à une peine de 12 ans de prison ferme, un million de dinars d’amende et la restitution des fonds indûment octroyés en avantages.
 
Peine réduite pour Haddad 
 
La peine a été réduite pour les deux anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, condamnés à 5 ans de prison ferme. Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda avaient  été condamnés par le pôle judiciaire spécialisé de Sidi M’Hamed,  à 10 ans de prison ferme et à une amende de 500.000 DA pour «octroi d’indus avantages», «abus de fonction», «corruption» et «dilapidation de deniers publics». L’ex-wali de Tipasa, Nouria Zerhouni et Fares Sellal ont vu leur peine réduite à 2 ans de prison ferme. Zerhouni avait été condamnée à une peine de 5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 200.000 DA pour «octroi d’indus avantages» et «abus de fonction». Fares Sellal, fils de l’ancien premier ministre, avait été condamné à 3 ans de prison ferme .
Les hommes d’affaire, s’en sortent également avec des peines moins lourdes. Ahmed Maazouz et Hassan Arbaoui patron de KIA Motors ont écopé d’une peine de 4 ans de prison ferme. Maazouz avait été condamné lors du premier procès à  7 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars et de la confiscation des fonds saisis pour «incitation de fonctionnaire pour obtenir d’indus avantages et bénéficier de l’influence des agents de l’Etat», «blanchiment d’argent et dissimulation de leur origine» et «financement occulte de la campagne électorale». Hassan Arbaoui avait été condamné à 6 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA et à la confiscation des fonds saisis. 
L’homme d’affaire Ali Haddad a écopé d’une peine de 4 ans de prison ferme alors qu’il avait été condamné  à 7 ans de prison ferme et à une amende de 500.000 DA par le tribunal de Sidi M’Hamed. La peine a été maintenue pour  Mohamed Baïri, patron du groupe Ival et ex-vice-président du Forum des chefs d’entreprise, condamné à  3 ans de prison ferme et à200.000 DA d’amende pour «incitation des agents publics en vue d’obtenir d’indus avantages» après avoir bénéficié de la relaxe pour le délit de «blanchiment d’argent».
 
Zaâlane de nouveau acquitté et acquittement pour l’ancien PDG de la BNA 
 
Abdelghani Zaalane, ex-ministre des Travaux publics (en détention dans le cadre de l’affaire) et directeur de la campagne électorale du président déchu, bénéficie de la relaxe pour «financement occulte de la campagne».L’ex-président de la commission technique auprès du ministère de l’Industrie, Amine Tira a vu sa peine réduite de 5 ans à 3 ans de prison ferme. Enfin Abboud Achour, ancien Pdg de la BNA  qui avait écopé de 3 ans de prison ferme et d’une amende de 100 .000 DA, a été acquitté. 
Neila Benrahal 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions