lundi 25 mai 2020 06:14:07

Alcool destiné à la fabrication de gels hydro-alcooliques :M. Benbahmed annonce que les importations sont débloquées

Des quotas d'importation d'alcool destiné aux fabricants locaux de gels hydro-alcooliques sont en train d'être débloqués pour permettre de hisser la fabrication de ces produits entrant dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, a indiqué samedi à l'APS le ministre délégué chargé de l'Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed.

PUBLIE LE : 21-03-2020 | 17:30
PH: Nacera.I

 

Il a fait savoir, que le ministère des Finances était en train de débloquer actuellement des quotas d’alcool au profit des fabricants locaux de ces produits.

S'agissant de l’utilisation de ces gels, elle «doit se limiter aux endroits où l’eau n’est pas disponible hors de chez soi», a préconisé le ministre.

Il a soutenu que l'utilisation de ces gels n'était pas nécessaire lorsque l'individu peut se laver les mains à l'eau et au savon pendant une trentaine de secondes, ce qui permettra d'éviter de gaspiller de gel hydro-alcoolique.

A propos de l'activité de l'industrie et des laboratoires pharmaceutiques pour la fabrication des différents produits nécessaires pour lutter contre le coronavirus, le ministre délégué a affirmé que les unités de production continuaient à fonctionner normalement dans le respect de la sécurité et de la santé des salariés.

«Les laboratoires pharmaceutiques se sont réorganisés pour pouvoir prendre en charge la santé publique tout en veillant à la sécurité de leur personnel et de leurs familles», a-t-il assuré.

Interrogé sur d'éventuels «traitements» que pourrait mettre en œuvre le corps médical en Algérie au profit des patients atteints du coronavirus, M. Benbahmed a fait savoir que «même si, actuellement, il n’y a pas encore de médicaments contre ce virus, des pistes de traitement existent comme celui se basant sur la chloroquine».

Ce composé, fabriqué localement, est utilisé pour le traitement du paludisme et du lupus et l'Algérie possède des stocks importants dans l'attente d'une éventuelle validation par l'OMS d'un traitement à base de chloroquine.

M. Benbahmed a indiqué que son département, tout comme le ministère de la Santé, s'était «inscrit dans une stratégie de prévention solide sur le long terme», étant donné que le coronavirus est susceptible d'être saisonnier comme la grippe.

«Il est possible donc d’avoir un rebond de l’épidémie en octobre. Nous ne sommes pas sur une politique à court terme, ce sera un combat de longue haleine. Il y aura un avant et un après coronavirus», a-t-il expliqué.

Outre la protection par masque médical et l’utilisation de gels hydro-alcooliques, le ministre délégué a noté l'intérêt pour les citoyens d'utiliser les produits désinfectants tels que l'eau de javel. Selon lui, éviter un pic épidémique dépend de la capacité des individus à avoir le sens de la responsabilité, en se confinant chez eux et en évitant le contact avec leurs proches en cas de symptômes grippaux.

Il fera, faisant observer que «les pays où les règles d’hygiène et de sécurité ont été respectées, n’ont pas connu de pic épidémique, tandis que ceux qui ont été indisciplinés vivent une situation dramatique».

«C’est en se protégeant que l’on protège les siens», a-t-il insisté, appelant la population à éviter les contacts, à se laver constamment les mains et à nettoyer son environnement à l’eau de javel au moins deux fois par jour.

Il a fait savoir qu'il est conseillé, en cas d'éternuement, de toux ou de fièvre, de s'isoler chez soi. Et de se rapprocher des services de santé en cas de difficultés respiratoires.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions