dimanche 05 avril 2020 23:15:47

Les SMA et la guerre de libération en débat au forum de la mémoire : Une école qui a forgé des héros

L’enseignant universitaire Mohamed Lahcen Zeghidi ,chercheur en histoire, a appelé mercredi, à la promotion de l’histoire dans la prochaine constitution, notamment les valeurs de la déclaration du 1e Novembre .

PUBLIE LE : 05-03-2020 | 0:00
Ph. Nesrine T.

La contribution déterminante des SMA dans la prise de conscience nationaliste et la naissance du mouvement  de libération a été le thème évoqué, hier, par les invités du forum de la mémoire organisé par El Moudjahid  et l’association Machaal Echahid pour commémorer le 63e anniversaire de la mort de Larbi Ben M’hidi  qui fréquenta cette grande école de nationalisme.

Le commandant général des Scouts musulmans algériens, M. Abderrahmane Hamzaoui, dira que 18 membres du Groupe des 22 ont été formés à l’école des scouts où ils se sont abreuvés des vertus du nationalisme, du patriotisme et de l’amour de la patrie. C’est la preuve irréfutable, que la prise de conscience de l’importance de la lutte armée était un cumul de plusieurs étapes d’apprentissage et d’éducation au sein des SMA.
L’orateur n’a pas manqué de rappeler l’apport des scouts dans la préservation de la mémoire et la valorisation de la richesse de l’histoire.
Il a rappelé le rôle primordial des scouts en tant que «fondation solide pour la société algérienne» en mettant en avant la fierté que doit avoir tout Algérien pour cette école de nationalisme, de valeurs citoyennes et d’unité nationale. Pour lui, les martyrs ont sacrifié leur vie pour une Algérie unifiée et les jeunes d’aujourd’hui devraient s’inspirer de leur nationalisme et se réapproprier le message de Larbi Ben M’hidi, de le concrétiser à travers leur énergie et leur engagement citoyen.
«Si le mouvement des SMA est né dans un contexte de mobilisation politique en vue de parvenir à l'indépendance nationale, aujourd'hui, le mouvement s’investit dans l'éducation civile, la formation, l’orientation et la solidarité», dira le commandant général.
L’historien Zeghidi a expliqué que la création des premiers groupes de scouts a coïncidé avec l’émergence des plus grands partis nationalistes et mouvements associatifs de l’Algérie en lutte, tels le PPA/MTLD et les oulémas.
C’est ce qui confirme, explique l’historien, que «les SMA étaient le terreau où les germes de mouvement de libération ont poussé». Evoquant quelques pans de l’histoire de ce mouvement, l’universitaire a souligné que cette organisation constituait une véritable école ayant forgé des héros imprégnés de patriotisme et de valeurs nationalistes. «Avec la création des SMA, le message de la réforme a accompagné le message de la révolte et de la libération», dira l’historien, non sans ajouter que «les SMA constituent une extension au mouvement nationaliste et que c’était le seul mouvement qui a réussi a s’imprégner de l’esprit du PPA et du MTLD et des oulémas».
Le conférencier explique que les premiers groupes sont apparus au lendemain des années 1930, fondés par des Algériens ayant fait du scoutisme ou l’ayant connu au contact d’unités européennes. Pour les militants, notamment ceux du PPA, le scoutisme représentait une école de formation militaire, notamment à travers l’attrait de l’uniforme, la vie de camp et l’étude de nombreuses techniques paramilitaires. Des éléments qui pouvaient servir un idéal patriotique entretenu par le statut des scouts ainsi que par les chants nationalistes.
Tout le fonctionnement de ce mouvement contribuait à faire des jeunes scouts de futurs djounoud. Le chahid Larbi Ben M’hidi était parmi eux. «Il était le fruit et le symbole de cette école du scoutisme qui a forgé ses principes et ses convictions», dira professeur Zeghidi. Les participants au forum sauront donc de la bouche du professeur universitaire que celui qui présida le congrès de la Soummam est né en 1923, au douar El-Kouakhi dans une famille nourrie des valeurs de la religion puisque son père, Abderrahmane, était le gardien et protecteur d’un mausolée dédié à un ancêtre marabout portant le nom de Si Larbi. D’où certainement le prénom du héros. En plus de l’apprentissage coranique, il fréquente l’école française en obtenant un certificat d’études primaires. Le destin de Larbi Ben M’hidi bascule une fois à Biskra, où ses parents sont partis s’installer. Dans la capitale des Ziban, il fait son entrée dans cette grande école de nationalisme qu’étaient à l’époque les Scouts musulmans algériens. Cette formation l’a conduit naturellement à franchir le pas en adhérant au PPA, le premier parti à revendiquer l’indépendance de l’Algérie. Il assiste à la réunion des Six qui avaient arrêté, dans ses grandes lignes, le programme de la lutte armée qui trouvera sa quintessence théorique et politique dans la Proclamation du 1er Novembre.
Le rôle des scouts durant la Révolution de Novembre 1954 a été mis en exergue par tous les intervenants. Il a été ainsi rappelé que les scouts ont grandement contribué au sein du mouvement national en menant un travail de sensibilisation auprès des populations et de la jeunesse, relevant à ce propos que les SMA étaient aux avant-postes lors des manifestations du 8 mai 1945.
Le scoutisme, qui demeure une grande école en matière d’engagement et de sacrifice, avait constitué un creuset pour l’Armée de libération nationale, ont-ils fait observer.
Aujourd’hui encore, les SMA poursuivent leur noble mission de sensibilisation et d'éducation des nouvelles générations à l'amour du pays et de la patrie, concluent les conférenciers.
Farida Larbi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions