mardi 29 septembre 2020 07:23:25

Salon de la production nationale à Boumerdès : Le foncier, un casse-tête pour les investisseurs

Les 54 exposants au Salon de la production nationale à Boumerdès ont un dénominateur commun : problème du foncier industriel.

PUBLIE LE : 29-02-2020 | 23:00
Ph. A. Asselah

Les 54 exposants au Salon de la production nationale à Boumerdès ont un dénominateur commun : problème du foncier industriel. S’exprimant dans un point de presse tenue à l’ouverture de l’évènement, M. Aissai Bekaï, ministre délégué chargé du Commerce extérieur a relevé, de prime abord, l’encouragement de l’affectation du foncier «à ceux qui le travaillent», suivant à la lettre les instructions du président de la République portant révision des textes législatifs et réglementaires régissant ce domaine. Pour M. Bekai, les résultats ne tardent pas à voir le jour. Outre le foncier, les écueils sont légion, notamment pour ceux qui veulent exporter. A ce sujet, le ministre délégué annonce la tenue, début mars, d’une grande rencontre, au niveau du ministère du Commerce, qui traitera des préoccupations des exportateurs. Quatre thématiques seront abordées : financement des exportateurs, information économique, logistique et qualité de l’emballage. Interrogé sur les priorités de son département, M. Bekaï les résume dans l’inversement de la tendance actuelle, soit d’améliorer la balance commerciale qui indique de nos jours une fragilité de l’économie nationale, sa dépendance de la rente pétrolière. «Nous sommes venus pour le changement. Et pour le concrétiser, nos devons être sur le terrain», dira l’hôte de la wilaya d Boumerdès. Rebondissant sur la stratégie nationale dédiée à l’export, M. Bekaï précise qu’elle définit les secteurs qui peuvent aller à ce défi d’exportation, lesquels sont pour le moment, l’agriculture, la pièce de rechange, l’industrie-pharmaceutique et les start-up qui investissent dans les nouvelles technologies». Pour ces derniers, le ministre délégué a salué leur esprit inventif assurant que les résultats seront palpables d’ici la fin de l’année en cours. Interrogé sur le coût élevé de la logistique, M. Bekaï affirme que des mesures étaient déjà prises et consistent en la réduction, pour les opérations d’exportation, de  rembourser 50% des frais pour les transports aérien, maritime, et depuis 2019, terrestre.  A une question liée au Coronavirus, le ministre délégué indique que le ministre de la Santé a assuré que son département veillera à donner une information très précise en temps voulu. Approchés, les exportateurs s’attendent à un meilleur accompagnement. Le cas de deux associés de la SARL Capital Stone, spécialisée dans la transformation du marbre et du granit, est le plus édifiant. Avec une production de 500 mètres/jour, cette entité, implantée à la localité d’Ouled Hadadj, se voit réussir dans l’export. Ses managers sollicitent des facilitations en termes de foncier, précisant que la location impacte négativement leur activité. Arrivé à leur stand, M. Bekkai leur a promis de les assister pour apporter une meilleure plus-value. Rencontré lors de cette ouverture du Salon, M. Boualem Marrakach, président de la Confédération algérienne du patronat se dit optimiste et relève l’existence d’importantes niches qu’il faut exploiter.        
Fouad Irnatene

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions