lundi 01 juin 2020 18:33:06

Nouvelles de Constantine, Le téléphérique à l’arrêt : l’Inquiétude des usagers

Rentrée professionnelle : Deux nouvelles spécialités

PUBLIE LE : 24-02-2020 | 0:00
D.R

Page animée par Issam Bouleksibat

S’étant imposé, en à peine quelques mois, comme le moyen de transport privilégié des habitants des hauteurs de la ville, ainsi que celui des citoyens se rendant au centre hospitalo-universitaire Benbadis, notamment ceux en provenance des wilayas du Nord-Constantinois, et dont le point de chute est la gare routière de Bab El Kantara, le téléphérique de Constantine se trouve toujours à l’arrêt, un peu moins de deux ans après le début des travaux de modernisation lancée par l’entreprise de transport algérien par câble (ETAC) qui avait succédé en 2016 à l’établissement de transport urbain de Constantine (ETUC).

Après une exploitation depuis sa mise en service au cours de l’année 2008, il a enregistré quelque 32.000 heures de fonctionnement.
Le certificat de conformité étant arrivé à échéance, une mise à niveau générale de ses équipements est devenue nécessaire.
L’ETAC,  en partenariat avec l’entreprise française POMA, leader mondial du transport par câble, on pris en charge l’opération sur ce téléphérique qui relie le quartier Tatache-Belkacem, plus communément connu sous le nom de Charaâ, à la cité Emir-Abdelkader (ex-Faubourg Lamy), en passant par le CHU.
Ainsi, des travaux d’envergure ont été lancés dans les trois stations susmentionnées en juin 2018, en parallèle avec le révision du système électromécanique afin de procéder à l’examen des différentes pièces constituant le dispositif technique installé au niveau des stations.
Quant aux cabines, il est prévu qu’elles soient remplacées par d’autres, plus confortables, et surtout de moindre capacité (10 personnes au lieu de 15) afin d’offrir plus de sécurité aux usagers et d’amoindrir la charge sur les câbles. Le projet devait être réceptionné depios quelques mois.
Pour les habitant des quartiers de Bab El-Kantara supérieur et de la cité Emir Abdelkader, Ziadia et Djebel Ouahch, le téléphérique représente le moyen le plus commode et le plus rapide pour se rendre au centre-ville.
Lors d’une session de l’APW, en octobre drnier, l’ex-wali Abdessamie Saïdoun avait évoqué l’existence de problèmes techniques qui entravaient l’avancement des travaux et avait fait part des difficultés de trésorerie ayant conduit ses services à saisir le ministère des Travaux publics et des Transports afin de bénéficier d’une aide financière pour mener à terme l’opération. Selon d’autres sources, la tutelle aurait donné son accord aux autorités locales en consacrant une enveloppe budgétaire au projet qui devra être réceptionné dans quelques mois. Quoi qu’il en soit, ce sont les citoyens qui continuent à payer les frais de cette situation, laquelle a fait ressurgir les bouchons tout au long de l’axe Bab El Kantara-Faubourg Lamy, avec tout ce que cela engendre comme nuisances sonores et environnementales.
Pour rappel, le téléphérique de Constantine, construit pas l’entreprise suisse, Garaventa, avait déjà enregistré un premier arrêt de neuf mois en 2016 pour des travaux de maintenance. Reliant la partie Est etOouest de la ville sur une distance de 1,5 km, il est entré en exploitation en juin 2008 avec une trentaine de cabines et une durée de traversée estimée à dix minutes, ce qui permettait d’assurer le transport de près de 2.400 personnes par heure. Compte tenu de son succès, les autorités avaient envisagé la réalisation de deux autres lignes, la première entre Sidi M’Cid à Bekira, sur 5 km, et la seconde entre la place Kerkri et la cité Daksi, sur 3 km.

------------------------

Rentrée professionnelle
Deux nouvelles spécialités

Le secteur de la Formation professionnelle pour la rentrée de février doté de deux nouvelles offres sanctionnées d’un brevet de technicien supérieur (BTS) dans les domaines de la construction mécanique et sidérurgique et l’hôtellerie/restauration/tourisme. La première spécialité est celle de l’étude et réalisation d’outillage, qui sera dispensée au niveau de l’Institut national spécialisé de la formation professionnelle (INSFP) de Khroub, et la seconde celle de guide touristique lancée pour la première fois à Constantine, au vu du potentiel touristique de la ville, est appelé à connaître un succès. Ces deux formations viennent s’ajouter aux autres offres introduites ces dernières années, à l’image de celles de technicien supérieur dans la conception des jardins, dispensée à l’INSFP Zerzara, de technicien supérieur en contrôle qualité agroalimentaire et de technicien supérieur en protection, sécurité et environnement, proposés au niveau de l’INSFP Sidi Mabrouk, ou encore de technicien supérieur des arts et industries graphiques, ouverte au même institut, et de technicien supérieur en gestion et administration hôtelières ou en agence de voyages, disponibles à l’INSFP Abdelmadjid-Zitoune, et toutes lancées en 2019.
Il convient de signaler que pour la rentrée 2020, un autre diplôme a été proposé, et ce dans le souci de mettre le secteur au diapason du développement de l’économie nationale et surtout répondre aux besoins de marché local de l’emploi, caractérisé par une forte demande en métiers en rapport avec le secteur mécanique. Il s’agit d’un BTS en soudage industriel sanctionnant une formation d’excellence prodiguée à l’INSFP Khroub, en partenariat avec l’entreprise nationale des matériels des travaux publics (ENMTP). Concernant le nombre total de postes pédagogiques proposés, celui-ci s’élève à 3.356, répartis à travers une quinzaine de filières, dont le nombre le plus élevé, soit 552, est réservé à celle des textiles/habillement/confection, qui connait un regain d’intérêt de la part des inscrits, tout comme celle des techniques administratives et de gestion (490 postes) et celle de l’hôtellerie/restauration/tourisme (362 postes). Les autres postes sont consacrés aux filières des métiers de services (351), de l’électricité/électronique/énergétique (274), de l’informatique/numérique/télécommunications (270), de la construction métallique (241), du bâtiment et travaux publics (197), de l’artisanat traditionnel (162), de la construction mécanique et sidérurgique (134), de l’agriculture (124), de la mécanique moteurs engins (107), du bois et ameublement (53), des techniques audiovisuelles (35), et enfin des arts et industries graphiques (30). Le secteur de la formation professionnelle dispose, dans la wilaya de Constantine, de 18 centres de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA), de 3 instituts nationaux spécialisés de formation professionnelle    (INSFP), d’un institut de formation professionnelle, ainsi que d’une annexe relevant de l’INSFP du Khroub, et d’un centre régional d’enseignement professionnel à distance.

------------------------

Hôtel Cirta
Réouverture en juin prochain

L’hôtel Cirta, fleuron de l’architecture arabo-mauresque fermé depuis bientôt six ans, devra ouvrir de nouveau ses portes en juin prochain, et ce après la levée des dernières entraves administratives et techniques qui empêchaient la réception de l’édifice, alors que les travaux de modernisation confiés à une entreprise chinoise sont finis depuis des mois. En effet, l’établissement, dont la réouverture se fera sous la prestigieuse enseigne « Autograph Collection », une chaîne d’hôtels de luxe appartenant à Marriott International, a grandement pâti de la situation politique que vit le pays, notamment après les changements opérés à la tête de la société d’investissement hôtelier (SIH), maître d’ouvrage délégué du projet de rénovation, ce qui a induit un retard dans la réception des équipements des chambres et des différentes dépendances.
D’après les responsables locaux du secteur, la situation vient juste d’être débloquée et le matériel, en souffrance aux ports, devra bientôt être acheminé à sa destination, où son installation ne devra prendre que quelques semaines. Fermé en juillet 2014 pour les besoins de sa modernisation, et ce dans le cadre de la manifestation « Constantine capitale de la culture arabe », l’hôtel centenaire (ouvert en 1912) sera requalifié en palace et comptera 54 chambres, dont 27 suites, une piscine couverte, ainsi qu’une salle de restauration de 400 places. Le coût total de l’opération a été estimé à 4,6 milliards de dinars.

------------------------

Criminalité
Deux trafiquants de drogue arrêtés

Les services de la sûreté de la wilaya de Constantine viennent de mettre fin aux agissements de deux trafiquants de stupéfiants, repris de justice de leur état, qui sévissaient dans la commune du chef-lieu, et ce dans deux opérations distinctes, a indiqué la cellule de communication et des relations publiques. Dans la première affaire, ce sont les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) Palma qui, exploitant des informations précises, ont procédé, au prix d’une traque mouvementée, à la neutralisation d’un suspect de 54 ans, déjà recherché pour des faits similaires, au niveau de la cité populaire Benboulaïd, appelée communément Mme Roques. La fouille à laquelle a été soumis le concerné, qui avait vainement tenté de se débarrasser d’une partie de la résine de cannabis qu’il avait sur lieu, a permis de mettre la main sur une autre quantité de drogue, un cutter, ainsi qu’une somme d’argent représentant les revenus de son funeste négoce, et dont le montant avoisine les 42.000 DA. En tout, les policiers ont saisi 23 monceaux de kif traité destiné à la vente. La seconde affaire s’est, quant à elle, déroulée sur les hauteurs de Constantine, plus précisément dans la cité des frères Abbas (Oued El Had). Agissant à la suite de renseignements faisant état d’un trafic de drogue en cours dans ladite cité, la BMPJ Sidi Mabrouk a réussi a appréhender le principal suspect, âgé de 21 ans, en possession de 16 plaques de prégabaline (un générique du Lyrica) et d’une somme d’argent (16.200 DA). La perquisition du domicile du concerné a permis aux agents de la sûreté de découvrir 14 autres plaques, ainsi qu’un couteau de grande taille. La quantité globale de psychotropes a donc été portée à 403 capsules, dosées à 150 et 300 mg. À l’issue des procédures judiciaires, les mis en causeont été présentés devant le parquet territorialement compétent pour répondre des faits de détention et commercialisation de stupéfiants pour le premier, et d’exercice illégal d’une profession de la santé, détention et distribution sans autorisation de produits pharmaceutiques et possession d’arme blanche prohibée pour le second.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions