lundi 06 avril 2020 00:55:43

Coût du hadj : Pas de hausse sensible

Le coût du hadj ne devra pas connaitre cette année une hausse sensible.

PUBLIE LE : 17-02-2020 | 0:00
D.R
 C’est du moins ce qui ressort des estimations de la mission algérienne chargée de la location des lieux d’hébergement de nos futurs hadjis. Les négociations menées par les membres de la mission ont permis de louer les lieux d’hébergement à des prix qualifiés raisonnables. Les montants oscillent, en effet, entre 4.300 et 5.100 rials saoudiens, selon l’emplacement de l’hôtel, sa classification et sa proximité du «Haram»
Il convient de signaler que dans l’ensemble, les hôtels loués sont proches du «Haram», une distance ne dépassant pas les 500 mètres au maximum. Aussi, selon les mêmes prévisions, le coût du hadj ne saurait dépasser les 60 millions de centimes, a condition, toutefois, que les autorités saoudiennes n’imposent pas aux pèlerins une assurance santé qui pourrait tirer le prix vers la hausse. Il faut néanmoins signaler qu’il ne s’agit que des premières prévisions, eu égard au fait que le prix du hadj n’est pas encore fixés. 
A rappeler que, pour cette saison de 2020, le quota des pèlerins algériens a été porté à 41.300 hadjis contre 36.000 h auparavant. L’opération de tirage au sort a eu lieu le 8 février dernier et concerné, à la fois, les saisons de 2020 et de 2021. Ce qui constitue une première. Les listes des heureux bénéficiaires ont été affichées à travers les 1.541 communes du pays. S’agissant des agences de voyages sélectionnées pour le hadj, elles sont au nombre de 54. Selon les explications fournies par le vice-président du Syndicat national des agences de voyages (Snav), Lyes Senouci, l’hébergement et la restauration des 41.300 hadjis sont déjà pris en charge par les agences de voyage. «Il faut savoir que les agences ont des marges bénéficiaires très minimes, environ 5.000 DA par pèlerin.  Ce n’est pas très rentable quand une agence ne peut prendre en charge que 150 pèlerins au maximum. Si nos agences continuent à s’occuper du hadj, c’est plus pour une distinction sociale que pour de l’argent», soutient M. Lyes Senouci. Il relève, par ailleurs, que la propagation du coronavirus dans plusieurs pays a provoqué quelques appréhensions chez les Algériens. «Nous avons constaté un recul de réservations sur le vols vers les Lieux Saints de l’Islam. Il peut y avoir des répercussions sur les activités de certains Tour Opérator», s’est-il inquiété même si, dit-on, «toutes les dispositions nécessaires» ont été prises pour dissiper ces appréhensions. Sur un autre registre, l’office national du Hadj et de la Omra organisera, à partir de demain, au Palais des expositions des Pins maritimes (Alger), un Salon national dédié au hadj et à la Omra. 
Lors de cette manifestation d’information et de sensibilisation, nos pèlerins pourront s’initier aux rites du cinquième pilier de l’islam, à travers des animations liés aux rites et des simulations effectuées sur place autour d’une reproduction, de taille réduite, de la Qaâba. Il y est prévu également un certain nombre de conférences axées sur la sensibilisation pour se prémunir du Coronavirus et d’autres maladies. 
Soraya Guemmouri
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions