lundi 01 juin 2020 18:26:32

Nouvelles de mascara

Le wali de Mascara a présidé, en présence du P/APW, une réunion avec l’exécutif élargie aux chefs de daïra et aux P/APC. La rencontre a été consacrée à la situation de l’environnement dans les communes et aux préoccupations des élus locaux.

PUBLIE LE : 17-02-2020 | 0:00
D.R
Réunion de l’exécutif : Booster le développement local
 
Le wali de Mascara a présidé, en présence du P/APW, une réunion avec l’exécutif élargie aux chefs de daïra et aux P/APC. La rencontre a été consacrée à la situation de l’environnement dans les communes et aux préoccupations des élus locaux. 
 
Le wali a insisté sur le rôle que doit jouer l’APC en matière de développement local, tout en l’appelant à répondre aux besoins de la population à travers un dialogue. 
Le wali a instruit les élus locaux de fixer une journée de réception des citoyens et d’instituer des canaux de communication pour éviter le recours à la violence. Concernant les projets du FCCL du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, le wali a ordonné le lancement immédiat de 28 opérations qui concernent l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement.  Concernant le dossier de l’environnement, le wali a exprimé sa désolation quant à la situation et appelé à consacrer les journées de vendredi et samedi, pour y remédier, à travers l’ensemble des communes. Il plaidera pour une large mobilisation à ces journées, citant les imams, les associations et les jeunes, et ordonnant de mettre à leur disposition tous les moyens matériels nécessaires. 
Il a également préconisé de revoir la mission de l’EPIC chargée de cette question et d’étudier la possibilité de confier, de nouveau, l’opération de ramassage d’ordures aux APC. Dans le même ordre d’idée, le directeur de l’environnement a été instruit pour organiser un concours de la commune la plus propre, outre l’inscription de projets environnementaux. Le wali a, d’autre part, insisté sur l’ouverture de l’ensemble des cantines et le contrôle de la ration offerte à l’élève, ainsi que le transport scolaire, le chauffage et la réhabilitation de certaines écoles qui sont dans un état de dégradation avancée. Ceci en prévision de la prochaine rentrée scolaire. 

Le wali a, aussi, donné des instructions fermes à propos du logement dans ses différents types. Il a appelé les chefs de daïra à programmer des sorties sur le terrain et d’ouvrir des enquêtes transparentes, dans le respect de la loi. Il a également exigé des P/APC de veiller à l’évaluation des biens des communes en coordination avec les services de l’administration locale de la wilaya et les secrétaires généraux des communes. Par ailleurs, la préparation du mois de Ramadhan et la mise à jour des listes des familles nécessiteuses devraient débuter la semaine prochaine afin d’entamer l’opération 10 jours avant ce mois béni. Le directeur de la culture a été instruit pour préparer la saison estivale en collaboration avec la DJS. Après son intervention, la parole a été donnée aux P/APC qui ont exposé les différents problèmes que vivent leurs communes, notamment l’alimentation en eau, l’aménagement des routes, l’ouverture de pistes rurales.


SPECTRE DE LA SÉCHERESSE 
 LES CULTURES CéRéALIèRES compromises 
 
En raison de l’absence prolongée de précipitations en ce mois de février, et face au spectre de la sécheresse qui risque de compromettre les cultures céréalières, les fellahs de la région de Béni Chougrane commencent à montrer des signes d’inquiétude. 
Une situation dont la persistance fait craindre le pire aux agriculteurs céréaliers de la wilaya de Mascara, en raison de l’impact négatif de la vague de chaleur qui prévaut, provoquant un dessèchement des plantes et le jaunissement des feuilles et des tiges des cultures céréalières. La saison reste tributaire d’éventuelles pluies salvatrices, sur lesquelles repose l’espoir des fellahs, qui implorent le ciel pour avoir des pluies tardives pour sauver la saison.

 

PITAYA ou fruit du dragon 
Essai concluant
 
Un fellah de la localité de Sidi Abdelmoumen, dans la daïra de Mohamadia, également apiculteur, a fait des essais pour cultiver un fruit exotique connu sous l’appellation de «Fruit du Dragon», son nom scientifique le «Pitaya». Ce fruit pousse principalement dans les régions tropicales et subtropicales de l’Amérique latine et de l’Asie. Mais l’essai de M. Yakhlef est pour le moment concluant. Le fruit du dragon a une peau rose ou jaune, avec des écailles vertes. La chair du pitaya peut être blanche ou magenta, avec des petites graines noires. Comparée à sa peau dure, la chair du pitaya est douce, juteuse et acidulée. Son goût se rapproche de celui de la poire, du kiwi et du melon. Il n’est pas conseillé de manger la peau, qui peut être très amère. Le pitaya (qui signifie « fruit écailleux » en taïno) peut être utilisé pour concocter des « smoothies », des sorbets, des tartes, des yaourts aromatisés, des cocktails et des salades de fruits, nous explique cet agriculteur, avant d’ajouter que ce fruit se «marie» parfaitement avec la plupart des fruits, en particulier la goyave, la banane, l’ananas, la crème de noix de coco, la mangue et la papaye. Yakhlef cherche aujourd’hui un espace convenable qui lui permet d’élargir l’espace de culture afin de développer ce fruit qui a beaucoup d’effet sur la santé. Le pitaya contient environ 60 calories et est riche en vitamines (B1, B2, B3, C), ainsi qu’en minéraux (phosphore, calcium, fer). Le cactus peut donner des fruits environ 6 fois par an. Le fruit du dragon est très faible en matières grasses et est dépourvu de LDL (mauvais cholestérol). La composition des graines de pitaya se rapproche de celles des noix. Elles renferment de petites quantités d’acides gras mono-insaturés sains et des protéines. Selon les médecins, il est excellent pour l’appareil digestif. Les fibres solubles, que l’on retrouve dans ce fruit, assurent un nettoyage optimal des intestins, et réduit les problèmes de constipation. Le fruit du dragon est aussi une très bonne source naturelle d’antioxydants. Ces derniers se chargent d’éliminer les radicaux libres, qui sont souvent responsables de nombreux problèmes de santé, y compris le cancer. Manger régulièrement des pitayas peut diminuer les irritations au niveau des articulations. Il est d’ailleurs surnommé « fruit anti-inflammatoire » grâce à cette propriété particulière qu’il possède. La consommation de ce fruit peut aussi soulager les personnes souffrant de l’arthrite. En effet, les symptômes de l’arthrite sont susceptibles de s’atténuer, dès que le gonflement des articulations diminue. L’une des meilleures propriétés du fruit du dragon est sans doute le fait qu’il prend soin de notre santé cardiovasculaire. À l’exemple de l’avocat, le pitaya débarrasse le corps du mauvais cholestérol et augmente les niveaux de bon cholestérol (HDL) dans l’organisme. Les fibres contenues dans le pitaya stimulent le métabolisme et aident à brûler des calories. Elles permettent aussi d’éviter les pics de sucre dans le sang, que l’on constate souvent après avoir mangé des aliments à indice glycémique élevé. Du fait que le pitaya soit un aliment naturellement hypoglycémiant, les personnes qui suivent un traitement contre le diabète ou qui prennent des médicaments hypoglycémiants doivent consulter leur médecin avant de manger ce fruit. Il est aussi déconseillé de consommer le fruit du dragon dès le réveil, car les niveaux de sucre dans le sang sont généralement très bas le matin. En plus de combattre les radicaux libres dans l’organisme, les antioxydants contenus dans le pitaya contribuent également au ralentissement du processus de vieillissement de nos cellules, en particulier au niveau de la peau. Par ailleurs, le fruit du dragon améliore l’élasticité et la tonicité de la peau. Le pitaya est faible en calories par rapport aux autres fruits ; néanmoins, il apporte une sensation de satiété et de satisfaction, qui peuvent vous aider à contrôler vos fringales, sans prendre du poids. L’importante quantité de vitamine C que l’on trouve dans le fruit du dragon renforce le système immunitaire et nous aide à lutter contre les problèmes respiratoires, tels que l’asthme. Lorsque la chair du pitaya est appliquée 2 fois par jour sur le visage, elle aide à réduire les problèmes d’acné. Lorsqu’elle est mélangée avec le concombre et le miel, la chair du fruit de dragon peut aider à soulager les brûlures causées par les coups de soleil. Il est important de laisser le mélange agir pendant au moins une demi-heure, pour bénéficier des propriétés rafraîchissantes du remède. Le pitaya constitue également un traitement efficace pour renforcer les cheveux colorés. L’on peut l’appliquer sur les cheveux à chaque lavage et laisser agir pendant une vingtaine de minutes, avant d’utiliser un shampoing habituel. M. Yakhlef nous a incité a faire une petite recherche sur le fruit en question, une recherche qui s’est avérée très importante. C’est sa curiosité qui a poussé Yakhlef à faire un essai dans la localité qu’il habite. Un essai qui s’est avéré concluant. 
El Malah 
Les champignons absents des étals
 
Dans la localité d’El Malah (daïra de Hachem), les habitants ont pour habitude de cueillir des champignons. La cueillette est souvent associée à l’automne et certaines espèces poussent en abondance. Le ramassage pour consommation personnelle est toléré par les services des forêts et il doit répondre à certains critères, puisque ce n’est pas tous les champignons qui sont comestibles. 
Si vous avez le moindre doute sur la comestibilité des champignons, alors approchez-vous d’un mycologiste, il saura vous indiquer si vous pouvez le consommer ou pas. Il n’y a pas si longtemps, on trouvait ces champignons sur les étals des marchés, apportés par des gens qui connaissent parfaitement ces végétaux et qui étaient vendus au prix fort. Mais, depuis belle lurette, il n’y a pas trace de ces végétaux. Les campagnards ont complètement oublié leurs coutumes et traditions.
 
Infractions routières  
1.612 contraventions en janvier 
 
Les interventions des brigades de circulation ont abouti durant le mois de janvier au contrôle de 11.355 véhicules, ce qui a donné lieu à l’établissement de 1.612 contraventions et 292 retraits de permis. 197 délits routiers et 21 infractions de coordination ont été recensés. Pour ce qui est des manœuvres dangereuses commises par les motocyclistes, la brigade a enregistré sept accidents corporels et immobilisé 71 motos placées en fourrière pour des infractions dont 25 cas pour non-port du casque, 3 cas, défaut d’attestation d’assurance, 7 cas d’invalidité de l’attestation d’assurance, 21 cas, défaut de présentation des papiers, 3 cas pour défaut d’attestation d’habilitation.
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions