vendredi 28 fvrier 2020 11:08:28

La carte CHIFA-CNAS et ses dYsfonctionnements : En finir avec le parcours du combattant

Si vous êtes retraité(e) et que votre carte CHIFA-CNAS est en fin de validité, il va falloir, pour la faire réactiver dans n’importe quelle agence CNAS, présenter une attestation de revenus délivrée par la Caisse Nationale de Retraite (CNR).

PUBLIE LE : 15-02-2020 | 0:00
D.R
  Jusque-là rien d’anormal, penseriez-vous, et pourtant : s’il vous arrive, en cas d’empêchement imprévu, de ne pas présenter le fameux document à l’agence CNAS concernée, on ne vous réactivera pas votre carte et ce, quand bien même vous clameriez que vous êtes sans couverture médicale, alors que vous bénéficiez sans doute à 100% de prise en charge des prestations médicales dues à une maladie chronique.
Parce que, voyez-vous, lorsqu’on a un diabète chronique de type1, ce qui laisse entendre l’insulinodépendance, on ne peut se permettre de rater la moindre prise de médicaments et encore : il faut être constamment «à l’écoute» de sa glycémie, ce qui suppose la disponibilité d’appareils et de bandelettes de test de glycémie fiables : ce qui, hélas, n’est pas toujours le cas. Au point, d’ailleurs, que quelques pharmaciens d’officine disent en souffrir eux-mêmes, car ils savent que leur profession ne peut leur permettre d’ignorer les avis de leur clientèle concernant le manque de fiabilité de certaines marques d’appareils qu’ils commercialisent souvent malgré eux, car dépendants d’importateurs qui ne leur laissent pas toujours le choix des appareils et médicaments adéquats.  Cela nous amène à une première interrogation, concernant bien évidemment la question du renouvellement de la carte CHIFA-CNAS : pourquoi, diable, s’agissant précisément de retraités et de maladies chroniques les concernant, maladies dans la majorité des cas pratiquement incurables, pourquoi donc fragmenter la durée de validité de la carte CHIFA et, par la même, demander à ces malades de renouveler chaque fois la validité de cette carte alors que, vu que ce sont précisément des maladies incurables, ce sont des cartes CHIFA-CNAS à vie qu’il aurait fallu leur délivrer ! On rétorquera peut-être que l’usager(ère) peut entre-temps guérir ou décéder de sa maladie et que sa carte, ne lui servant plus, pourrait être utilisée par d’autres personnes mal intentionnées, soit. Mais alors, pourquoi ne pas procéder comme pour l’état-civil et, dans le cas d’une durée de validité à vie, signaler en cas de guérison ou de décès à l’organisme concerné ? 
 
«Votre carte n’a pas été établie ici, il faut vous rendre dans l’agence où on vous l’a délivrée pour la réactiver… »
 
Autre point noir qui met au défi le bon sens le plus simple : vous devez faire réactiver votre carte CHIFFA-CNAS dont la validité vient d’arriver à terme et vous vous rendez dans l’agence CNAS la plus proche de votre itinéraire pour la faire réactiver. Contre toute attente, que vous répondra-t-on, avec un air débonnaire, après avoir inséré votre carte dans le micro-ordinateur  pour vérification ? «Votre carte n’a pas été établie ici, il faut vous rendre dans l’agence où on vous l’a délivrée pour la réactiver». Imaginez un seul instant qu’au moment où vous avez besoin de faire réactiver votre carte, vous vous trouvez à Bab el Oued et que celle-ci a été délivrée à El Harrach. C’est à se demander, au deuxième degré, si les agences CNAS sont en réseau informatique, ce qui aurait permis la réactivation de votre carte CHIFA dans n’importe quelle autre agence CNAS que celle où elle vous a été délivrée… A l’image du CCP ou des banques par exemple. Or, cela ne semble pas encore, malheureusement, le cas pour la CNAS. Eh oui, l’archaïsme a encore de beaux jours dans notre pays… Kafkaïen, n’est-ce pas ? 
Toujours est-il que les dysfonctionnements cités plus haut sont des indices on ne peut plus patents des retards en matière de gestion accusés par un organisme censé pourtant être à la pointe de l’intérêt général bien compris. Dernière question donc : la CNAS va-t-elle enfin se mettre au diapason des NTIC et, par la même, faire en sorte que, s’agissant de la carte CHIFA, entre autres, ses usagers retraités ne soient plus, chaque fois que l’occasion s’en présente, astreints au parcours éreintant du combattant ?
Kamel Bouslama

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions